Pierre Krebs

De Metapedia
Aller à : navigation, rechercher
Pierre Krebs

Pierre Krebs (né à Alger le 20 décembre 1946) est un philosophe et essayiste franco-allemand. Il a été l'un des fondateurs du GRECE et de la Nouvelle droite en France. Il s'est ensuite installé en Allemagne, où il a créé notamment le Thule-Seminar. Il se situe au croisement des courants völkisch et de la mouvance identitaire.

Biographie

Pierre Krebs est diplômé en droit (Université de Montpellier) et en journalisme (École supérieure de journalisme de Paris). Il a ensuite étudié la sociologie et la science politique à l'Ecole des Hautes études sociales de Paris. S'étant installé en Allemagne, il étudie à l'Université de Göttingen la littérature française, la philosophie, l'histoire et les langues anciennes scandinaves. Il passe avec succès les examens pour l'enseignement supérieur en français, histoire et science politique à l’université de Cassel. Il obtient aussi un DEA en littérature et civilisation française (Paris) et un doctorat en philosophie. En 1992, il a soutenu une thèse de doctorat en littérature française, Paul Valéry face à Richard Wagner à l'Université Paris XII.

Congrès Europe2, le réveil ou la mort.jpg

De l'activisme politique à la métapolitique

En 1966-1967, il milite au Mouvement nationaliste du progrès, puis il sera cadre du Rassemblement européen de la liberté dans le Languedoc et au niveau national. Il est rédacteur en chef de son bulletin REL Europe.

En 1969 il entame une grève de la faim pour ne pas servir dans l' « armée gaulliste », suivant le mot d'ordre « pas un soldat pour servir la république gaulliste ». L'armée cèdera, en le libérant de ses obligations militaires sans qu'il ne soit réformé.

La même année, il est l'un des fondateurs du Groupement de recherche et d'études pour la civilisation européenne. Il contribuera longtemps aux revues Éléments et Nouvelle École.

Le Thule-Seminar

Il s'installe ensuite en Allemagne. En 1980, il fonde sa propre structure à Kassel, le Thule-Seminar. Il crée aussi les éditions Ahnenrad der Moderne (Verlag für Forschung und Studien der indoeuropäischen Kultur). A ce titre, il publie la revue Elemente, des travaux de recherches, des ouvrages militants ainsi que, chaque année depuis 2001, un almanach, Mars Ultor (Taschenbuchplaner der Avantgarde)[1]. Aujourd'hui, il est considéré comme proche du mouvement identitaire Terre et peuple.

Pierre Krebs appartient au groupe Artgemeinschaft et prône un renouveau païen.

Un militant grand-européen

En juin 2006, il représente l'Allemagne à la Conférence internationale sur L'avenir du monde blanc, organisée à Moscou par le journal russe Athenaeum et la section russe de Synergie européenne.

En novembre 2018, il participe à la Table Ronde de Terre & Peuple, oû il prononce son discours intitulé « Les Blancs ont-ils un avenir ?» .

Le 9 mars 2019, il participe à Genève à un congrès européen, intitulé «  Europe : le réveil ou la mort », organisé par le mouvement identitaire Résistance helvétique. Il assure la première partie des interventions, suivi par Tomislav Sunic, dont l'allocution est nommée « À quand la décadence finale ? De Salluste et Juvénal à nos jours », puis de celle de Robert Steuckers, avec « L'Europe, une multitude de défis ».

Sparta

En automne 2020, il fait partie, avec notamment Philippe Baillet et Jean Haudry, des créateurs d'une nouvelle revue théorique, Sparta. Sous-titrée « Ordre vital - Perspective ethnoraciale - Critique sociale », la revue entend remplir une fonction décisive d’approfondissement doctrinal et de transmission de l'héritage ancestral indo-européen.

Persécutions juridiques

Pierre Krebs et les autres animateurs du Thule-Seminar sont régulièrement l'objet de poursuites judiciaires sous les accusations d'« incitation à la haine ».

Le 1er février 2021, le Tribunal de Fritzlar (Lande de Hesse) annonce pour le 23 mars 2021 l'ouverture d'un procès pour « incitation à la haine communautaire » et pour publication d'écrits « censurés pour leur caractère dangereux pour la jeunesse » contre les trois dirigeants du Thule-Seminar, Pierre Krebs, Gudrun Schwarz et Burkhart Weecke. Les écrits incriminés sont principalement les almanachs Mars-Ultor[2].

Ouvrages

Pierrekrebs7.jpg

En français

  • Du plus loin des mots, Paris, Éditions Saint-Germain-des-Prés, « La Poésie, la vie », 1978.
  • Paul Valéry face à Richard Wagner. Mesure de la proximité, étendue de la fascination, envergure du désespoir, Peter Lang, 2000.
  • Combat pour l'essentiel, Pan-Europa, 2002.
  • « La destinée impériale de l'Europe. Werner Best et la conception völkisch révolutionnaire », in: Tabou, no 21, Akribeia, Saint-Genis-Laval, 2008, p. 162-197.
  • [avec Robert Steuckers et Pierre-Émile Blairon], Guillaume Faye, cet esprit-fusée : hommages et vérités, Diffusion du Lore, 2019, 160 p. (ISBN 978-2-35352-541-6).

En allemand

  • Das unvergängliche Erbe: Alternativen zum Prinzip der Gleichheit, Grabert, 1981.
  • Die europäische Wiedergeburt : Aufruf zur Selbstbesinnung, Grabert-Verlag, 1982.
  • Strategie der kulturellen Revolution, Burkhart Wecke, 1987.
  • Mut zur Identität: Alternativen zum Prinzip der Gleichheit, VGFK, 1988.
  • Das Thule-Seminar: Geistesgegenwart der Zukunft in der Morgenröte des Ethnos, Weeck, 1994.
  • Im Kampf um das Wesen, Weecke, 1996.
  • Das Ahnenrad der Moderne: Ein Porträt des Verlages Ahnenrad der Moderne, Ahnenrad der Moderne, 2008
  • Rassenhumanismus - Der Weltpolyphonie zuliebe ein metapolitischer Kompass, Kassel, Ahnenrad der Moderne, 130 p.
  • Was tun? Ein Vademecum der Reconquista. Rassenhumanismus versus Transmenschismus, Ahnenrad der Moderne, 2016, 76 p.
  • Brich los, Furor teutonicus!, Kassel, Ahnenrad der Moderne, 2017, 63 p. (ISBN 978-3-935562-33-1)
  • Fangt die Rebellen und macht sie mundtot!, Kassel, Ahnenrad der Moderne, 2018, 264 p.

Liens externes


sources vidéos

  • Intervention de Pierre Krebs au congrès « Europe, le réveil ou la mort » : [1]

Notes

  1. Les éditions 2019 et 2020 de Mars Ultor ont été interdites par un tribunal de Cologne.
  2. Joachim F. Tornau, « Braune Vordenker vor Gericht », Frankfurter Rundschau, 1.2.2021 : [2]