Jack Marchal

De Metapedia
Aller à : navigation, rechercher
Jack Marchal

Jack Marchal, né le 19 septembre 1946, est un militant, dessinateur et musicien français. Il est notamment le créateur du personnage du Rat noir.

Biographie

Il milite d'abord à Occident, puis devient une figure centrale du Groupe union défense. Il entre à la direction politique d'Ordre nouveau dès sa création. Il militera ensuite Parti des forces nouvelles, puis au Front national.

Les rats noirs arrivent à Assas

Le créateur du Rat noir

Contre l'insulte, la dérision !

En 1970, il a l'idée de retourner l'insulte de « rat noir », utilisée par la propagande gauchiste pour désigner les militants nationalistes, en la transformant en une figure plutôt sympathique : un rat noir, devenant personnage de bande dessinée, sarcastique, provocateur et bagarreur[1]. Il s'inspire, pour les premières mises en forme, de la bande dessinée Chlorophyle de Raymond Macherot.

Presque tous les jours sur le panneau du syndicat à l’Université dite d’Assas, « avec un talent indéniable et un humour ravageur[2] », le Rat noir présente alors son commentaire ironique ou sarcastique.

Le Rat noir transalpin

La Voce della Fogna

Non seulement le petit personnage devient indissociable de la jeunesse nationaliste, mais son succès est rapidement européen. Les militants italiens du Fronte della Gioventù, qui vivent alors un plein bouillonnement culturel, s'en emparent immédiatement. Italianisé, il devient la figure principale de La Voce della Fogna, le « journal qui apprit à la Droite à rire d'elle-même  ».

Alternative, journal différent

En décembre 1973, Marchal créé avec quelques amis un journal satirique: Alternative. Les « rats noirs » vont alors voir leurs aventures contées dans le feuilleton « Les Rats maudits », jusqu'en novembre 1975[3].

Le GUD est partout

Le Rat noir en Suisse

En 1978, le mouvement nationaliste-révolutionnaire suisse du Nouvel ordre social traverse une crise interne et la parution de son organe de presse Avant-garde est interrompue. En janvier 1979, un groupe de militants du NOS lance Le Rat noir, présenté comme le premier numéro d'un « bulletin de liaison et d'information NR de Suisse ». Le bulletin promet la reparution prochaine d'Avant-garde. Mais il va en être autrement. En avril 1979, contre toute attente, Le Rat noir annonce que le Bureau politique du NOS vient de décider la dissolution du mouvement et la création d'une nouvelle organisation, Forces Nouvelles. L'éditorial affirme qu'il ne s'agit pas d'un simple changement de nom, mais d'une volonté réelle de changement, du désir de créer une nouvelle Droite révolutionnaire, et de gagner une audience plus large.

Le Rat noir, dont la vocation initiale était celle d'un bulletin provisoire, va se transformer en une revue axée sur un travail de réflexion métapolitique, mais donnant aussi une large place à l'humour, à la satire et à la bande dessinée. La revue, désormais sous-titrée journal différent, va paraître jusqu'en 1984, publiant 18 numéros.

Jack Marchal va collaborer (également sous son avatar « Crunch » [4]) à chacune des livraisons, comme le feront aussi d'autres dessinateurs, tels le Français Rémi (l'auteur de La bande à Balder), les Belges Pascal Paulon (alias « Julius ») et Stan Sluydts (sous ses pseudonymes « Korbo » et parfois « Prik »), l'Italien Maurizio (du « Centre graphique » du FUAN), le Suisse Pedro, et même Reiser[5].

Genève assurera ainsi pendant cinq ans le rôle de pôle européen de la bande dessinée de droite[6].

Carrière musicale

Science et violence

En 1979, avec le peintre Olivier Carré et Mario Ladich, le fondateur et batteur du groupe Janus[7], il lance un projet de rock psychédélique ou progressif, Science et violence. Ils produiront un album qu'ils enregistrent à Rome les 3 et 4 septembre 1979.

Elendil

Jack Marchal a plus tard participé au rock identitaire français en étant guitariste du groupe Elendil.

Ouvrages de Jack Marchal

  • Histoire de la civilisation racontée aux enfants, 1975.
  • Science et Violence, 1981, réédité en 1998 en CD.
  • Avec Frédéric Chatillon et Thomas Lagane, Histoire des étudiants nationalistes. 1965-1995, 1995.


Bibliographie

  • « Jack Marchal … un parcours nationaliste 100 % politiquement incorrect », in : Devenir, no 13, 2000

https://web.archive.org/web/20030705175037/http://www.les-identitaires.com/Devenir13/Culture_resistance4.htm

Documents sonores

Notes et références

  1. Dans son ouvrage Tricolores — Une histoire visuelle de la droite et de l'extrême droite (éd. L'Échappée, Montreuil, 2011, ISBN-978-29158305-4-5), le spécialiste de la communication politique visuelle Zvonimir Novak note que cette innovation a inauguré « un nouvel outil de propagande, le politiquement incorrect ».
  2. Selon le propagandiste gauchiste Nicolas Lebourg.
  3. Le personnage du Rat noir va connaître une nouvelle gloire à partir de 1990, sous le fusain du dessinateur Sergueï.
  4. Lambiek Comicopedia
  5. Le célèbre dessinateur de gauche collabora effectivement au numéro 14 du Rat noir .
  6. Le groupe genevois sera à l'origine de la création, au milieu des années 1980, de la section suisse de Troisième voie, qui continuera d'ailleurs utiliser la case postale du Rat noir.
  7. Janus est, parmi les groupes de Musica alternativa di Destra italienne, le premier à délaisser le style folk pour le rock, variante psychédélique. Il devient rapidement l'un des plus populaire dans la jeunesse de Droite. Fondé à Rome en 1976, il produit 3 singles et un album. Le 7 janvier 1978, Stefano Recchioni, le guitariste du groupe, est abattu à l'arme automatique par un commando communiste devant le siège du Mouvement social italien d'Acca Larentia. En septembre 1980,les stocks du deuxième 45 tours du groupe, Pescatore di Sogni, sont détruits dans un attentat à la bombe à la librairie Europa de Rome. Le groupe se sépare en 1981.