Carl Schmitt

De Metapedia
Aller à : navigation, rechercher

Carl Schmitt, né le 11 juillet 1888 et mort le 7 avril 1985, est un juriste (constitutionnaliste, théoricien et professeur de droit), philosophe et intellectuel allemand catholique conservateur.

Carl.jpg

Biographie

Carl Schmitt est né le 11 juillet 1888 dans la ville de Plettenberg, en Westphalie. Il est resté étroitement lié à sa ville natale, située dans l'enclave catholique autour de Münster, il est resté attaché à ce site pendant toute sa vie, et y a vécu pendant de nombreuses années après la Seconde Guerre mondiale et y est décédé.

Il étudie le droit à Berlin, Munich et Strasbourg, où il soutient sa thèse en 1915 et où il y est habilité un an plus tard.

Il s'est essayé à la littérature et a entretenu de nombreux contacts avec des représentants de l'avant-garde artistique. En 1916, il a épousé une femme serbe, Pavla Dorotić, mais ils ont divorcé en 1924. Lorsqu'il épouse une autre Serbe, Duška Todorović, deux ans plus tard, il est excommunié par l'Église catholique. Le juriste et philosophe, qui fut toute sa vie un admirateur enthousiaste du catholicisme en tant que "forme politique" et précurseur de l'idée de représentation politique, qui chercha des liens entre la théorie politique et la théologie, et qui était considéré comme un auteur typiquement catholique, resta donc excommunié et ne put recevoir les sacrements jusqu'à la mort de sa première femme en 1950.

Le jeune professeur passe une grande partie de la Première Guerre mondiale au ministère bavarois de la Guerre à Munich, où il a été affecté à la lutte contre la propagande ennemie. Il est resté dans la capitale bavaroise même pendant les jours troublés qui ont suivi la révolution de novembre 1918, et peu après, il a été le témoin direct d'une tentative de coup d'État communiste. Lorsqu'un révolutionnaire communiste a abattu un collègue devant lui au ministère, Schmitt est devenu un partisan déterminé d'un État fort capable de se défendre contre des groupes sociaux révoltés qui défendent leurs intérêts. Cette attitude est devenue l'un des contenus centraux de son œuvre.

Sous Weimar

Après avoir quitté le ministère, Schmitt a été professeur de droit public dans différentes universités allemandes, de Greifswald à Cologne, jusqu'en 1933. À cette époque, il a renoncé à ses ambitions artistiques et se consacre entièrement à la science juridique, tout en mettant l'accent sur la théorie politique, la philosophie et la sociologie. Il qualifie lui-même la science moderne de l'État de « théologie politique » et nomme l'un de ses livres comme tel. Dans ses écrits, il se lance dans une lutte déterminée contre la faible démocratie parlementaire, qu'il accuse d'être incapable de faire valoir vigoureusement l'intérêt politique de la nation dans son ensemble contre les pressions des partis politiques, des syndicats d'intérêts et d'autres groupes qui opposent leurs intérêts particuliers à l'ensemble. Dans son livre Die geistesgeschichtliche Lage des heutigen Parlamentarismus, il formule une critique sévère du système parlementaire, qui, selon lui, est directement construit sur le principe de la concurrence des intérêts privés. De plus, de par le profil social de ses membres, le Parlement ne représente qu'un certain groupe social, la bourgeoisie, et non la nation dans son ensemble.

La solution, selon Schmitt, devrait être une démocratie basée sur un système de votes populaires, qui remplacerait le règne des partis politiques et permettrait en même temps de prendre des décisions. Schmitt considère l'incapacité à prendre une décision claire comme l'une des faiblesses de la démocratie parlementaire, qui, selon lui, n'est encline qu'à des compromis boiteux. En même temps, cependant, il dit qu'il faut un gouvernement autoritaire qui prépare les questions pour le référendum et en même temps, soutenu par la confiance du peuple, qui décide de toutes les autres questions.

À la fin de l'ère Weimar, Schmitt est l'un des juristes les plus connus d'Allemagne. Le cabinet de Franz von Papen l'a même engagé comme conseiller juridique dans un procès contre l'État de Prusse, dont le gouvernement socialiste a été démis par le gouvernement du Reich en raison de la menace de déstabilisation du pouvoir. Il a défendu, bien sûr - dans l'esprit de ses convictions - le droit de l'État à intervenir dans une situation d'urgence. Avec la même véhémence, il préconise le renforcement des pouvoirs du Président à cette époque et rejette l'idée que le Président soit lié par un vote parlementaire de défiance envers un gouvernement qui n'en installe pas automatiquement un nouveau, provoquant ainsi une crise politique. Ce raisonnement est à l'origine du concept allemand actuel de vote de défiance constructif, selon lequel lorsqu'un chancelier est renversé, un nouveau chancelier doit être approuvé en même temps.

Dans la phase finale de la période de Weimar, Schmitt a rejoint un groupe d'intellectuels appelant au remplacement de la forme d'État existante par un régime autoritaire qui mettrait fin aux efforts des radicaux des deux côtés du spectre politique pour s'emparer des institutions de l'État et contrôler le parlement. Dans son essai Légitimité et légalité, il remet en cause la théorie juridique positiviste selon laquelle tout ce qui est conforme aux lois écrites est légitime et, à l'inverse, tout ce que les lois ne permettent pas est en même temps illégitime. Ce seront les nationaux-socialistes qui utiliseront ce raisonnement positiviste pour défendre leur « révolution légale » , dans laquelle une force totalitaire s'empare de l'État par des moyens légaux autorisés par la constitution. Ici aussi, l'argumentation de Schmitt est paradoxalement à l'origine du principe d'après-guerre de la démocratie dite défendable, qui est capable de se défendre contre les abus, ne permet pas de modifier les fondements de l'ordre constitutionnel même en recourant aux mécanismes démocratiques, et est capable d'éliminer les groupes politiques qui cherchent à le faire. Un tel principe est désormais inscrit dans la constitution allemande. Ses racines remontent à Schmitt, bien que lui-même n'ait certainement pas eu l'intention de protéger ainsi la démocratie parlementaire, mais un État autoritaire démocratique plébiscitaire contre une société hétérogène[1].

Avec le Troisième Reich

Schmitt a rejoint les nationaux-socialistes immédiatement après la prise de pouvoir d'Adolf Hitler en 1933. Il attendait du nouveau régime ce qu'il n'avait pas réussi à obtenir sous les chanceliers conservateurs Papen et Schleicher, à savoir l'établissement d'un État autoritaire, qualitativement totalitaire, concentré sur ses compétences et séparé de la société. Selon Schmitt, l'État national-socialiste devait empêcher un véritable totalitarisme consistant soit dans la « socialisation de l'État » par la domination des partis et des groupes, soit dans la « nationalisation de la société » dans sa domination par l'État.

En 1933, Schmitt est nommé professeur à l'université de Berlin à l'instigation de Hermann Göring. Dans le même temps, il devient président de l'association des avocats nationaux-socialistes et occupe un certain nombre d'autres fonctions. Dans la hiérarchie des juristes nationaux-socialistes, il se hisse aux plus hauts rangs, et ses éditoriaux paraissent aux côtés de ceux des ministres du Reich dans des revues prestigieuses. Schmitt a rapidement commencé à adapter ses vues à l'idéologie dominante. Dans son essai sulfureux Le Führer protège la loi, il va même jusqu'à défendre juridiquement la Nuit des longs couteaux (au cours de laquelle Hitler a fait assassiner l'opposition interne du parti autour d'Ernst Röhm et de Gregor Strasser) comme un acte de « justice administrative ». Il a ainsi remis en cause le principe de la séparation des pouvoirs judiciaire et politique. Avec la même véhémence, il a prôné la « purification » de la science juridique de l'influence juive. Ce faisant, il a également perdu de nombreux anciens amis. Ernst Forsthoff, l'un de ses plus proches élèves, a rompu avec lui après que Schmitt l'ait invité à une conférence sur l'influence juive sur la recherche juridique, ce que Forsthoff a refusé.

Cependant, même son opportunisme proclamé haut et fort n'a pas protégé Schmitt des attaques des partisans purs et durs du nouveau régime. En effet, même pendant la dictature, il a défendu sa position fondamentale consistant à séparer la gestion de l'État de la sphère de la société. Dans son livre Staat, Bewegung und Volk il défend l'idée que le mouvement nazi, en tant que force sociale et seul parti politique, doit se concentrer dans la sphère de la culture et de la société, tandis que la véritable politique doit être réservée à l'État, séparé de ce mouvement. Un tel concept allait clairement à l'encontre de l'objectif nazi de mettre les institutions étatiques sur la touche et de remplacer leur rôle par les organes du parti. Le disciple de Schmitt mentionné plus haut, Ernst Forsthoff, est allé encore plus loin en affirmant que l'ensemble du système de politique sociale avec lequel le système national-socialiste travaillait devait être politiquement neutralisé - et retiré des mains du NSDAP. Cette idée était complémentaire de l'étatisme fort de Schmitt. S'il avait précédemment critiqué la domination de l'État par une ou plusieurs forces sociales comme une forme malsaine de totalitarisme, il ne pouvait manquer de voir que le système émergent était l'exemple le plus dur d'un tel processus.

Le contraste entre l'étatisme et le mépris des nationaux-socialistes pour l'État était évident pour les autres théoriciens du NSDAP, qui ont rapidement commencé à critiquer Schmitt comme un libéral hégélien qui niait la supériorité de la nation et des idées du Parti sur l'État. À partir de 1936, il est confronté aux attaques de la revue de la SS Das Schwarze Korps", qui le considère comme un opportuniste et l'accuse même de collaborer avec les Juifs. À la suite de cette affaire, il a progressivement perdu tous ses postes. Jusqu'à la fin de la guerre, il reste cependant professeur à Berlin.

Après-guerre

Après la Seconde Guerre mondiale, Schmitt a été arrêté mais non inculpé. Le procureur général du tribunal de Nuremberg, Robert Kempner, s'en est défendu plus tard en disant qu'il n'y avait pas d'acte spécifique pour lequel le condamner: "Il n'avait pas commis de crime contre l'humanité, il n'avait pas tué de prisonniers de guerre, il n'avait pas préparé une guerre offensive". En tant que scientifique, il ne pouvait tout simplement pas être reconnu coupable d'un crime. Pourtant, il a été exclu de la fonction publique sans pension. Il n'a plus postulé pour regagner l'opportunité d'enseigner, sachant qu'avec son passé, il n'aurait aucune chance. Il s'est retiré dans la solitude, une sorte d'exil intérieur, et a vécu le reste de sa vie dans sa ville natale de Plettenberg. Il y a écrit un certain nombre d'autres textes importants, en se concentrant notamment sur les questions de politique et de droit internationaux, qu'il avait commencé à aborder à la fin des années 1930. Il n'est pas revenu pour réfléchir à sa période nazie. Bien qu'il ait admis avoir honte de certains de ses écrits avec le recul, il ne s'est jamais distancié de son travail à l'époque. Son objectif était de se postuler rétrospectivement dans le rôle d'un érudit impartial qui se trouvait par hasard au mauvais endroit au mauvais moment.

Bien qu'il n'ait pas été en mesure d'enseigner, il a conservé une influence extraordinaire sur le développement des sciences sociales et juridiques. Des philosophes, écrivains, juristes et politologues de toute l'Europe lui ont rendu visite à Plettenberg. Son cercle de fidèles était vraiment bizarre autant que varié: l'écrivain Ernst Jünger, le philosophe du droit et socialiste Ernst-Wolfgang Böckenförde, qui est d'ailleurs devenu plus tard juge à la Cour constitutionnelle, le philosophe Alexander Kojéve et l'historien de gauche Reinhart Koselleck, le politologue de la droite radicale Armin Mohler, le sociologue Hanno Kestings, Ernst Forsthoff qui s'est rapproché de Schmitt après la guerre, et de nombreux autres intellectuels européens de premier plan issus de divers camps politiques.

Schmitt était estimé comme un expert de premier plan en droit constitutionnel par Hannah Arendt, par exemple, et nombre de ses idées ont même été reprises par le célèbre religieux juif Jacob Taubes lorsqu'il a rédigé des textes programmatiques pour l'aile d'extrême-gauche des leaders étudiants allemands en 1968. Un certain groupe de gauchistes italiens d'après-guerre, admirateurs de Schmitt, ont même été appelés "schmittiens marxistes" par leurs adversaires. Après la publication de La théorie du partisan (1963), son apologie de la résistance de principe à toute domination étrangère, comprise toutefois dans un sens social, lui a valu des adhérents de la gauche maoïste comme de la nouvelle droite.

Lorsqu'un ami lui demande, dans une lettre, si, parmi ses élèves, figure le comte Christian von Krockow, le célèbre écrivain et historien allemand, Schmitt répond avec humour, en faisant référence au nom de Krockow : "J'ai parmi mes élèves tout le monde, des communistes et des fascistes, mais pas encore de crocodiles". Bien qu'il soit lui-même resté jusqu'à la fin de sa vie un étatiste conservateur, désireux d'empêcher l'État d'être submergé par les forces sociales, il a souvent toléré chez ses élèves des conclusions exactement opposées à celles auxquelles il était lui-même parvenu.

Carl Schmitt décède dans sa ville natale de Plettenburg le 7 avril 1985.

Les principales thèses de Carl Schmitt et leur actualité

Le décisionnisme en politique

En cas de normalité de la situation, les dirigeants politiques libéraux s’en tiennent généralement à une norme juridique, des mécaniques, des rigidités, des procédures routinières qui peuvent vite devenir « une cage d’acier » empêchant toute résolution de problèmes urgents pouvant même conduire une nation à sa perte. Les vieilles nations européennes s’en rendent bien compte aujourd’hui tant elles sont démunies juridiquement face au terrorisme islamique mais aussi face à l’invasion migratoire qu’elles ne peuvent juguler au motif qu’il existerait une norme supérieure à leurs droits fondamentaux : les droits de l’homme. Hors selon Carl Schmitt, l’exceptionnalité d’une situation appelle la décision, ce qui signifie, agir, sévir, légiférer. Et en conséquence, restaurer la dimension personnelle du pouvoir, la décision d’un homme dans le cadre d’une situation « hors norme et urgente » étant toujours préférable que la lenteur des procédures et du verbiage parlementaire. Un véritable vitalisme politique ! Ce qui suppose ponctuellement d’avoir recours à la dictature, de suspendre le droit avant que la normalité ne reprenne ses droits, ou que le droit évolue de manière « re-territorialisé », c’est-à-dire convenant à un Etat et à son peuple (aucun droit international ne peut se substituer au droit national).

Le Grand Espace – grossraum – européen

Les peuples européens partageant une identité, une culture, des intérêts et un espace de civilisation communs, Carl Schmitt estimait urgent de penser l’organisation de cette espace qui est « nôtre » et que constitue le bloc continental « Europe », afin de nous organiser militairement, économiquement et de partager intelligemment nos ressources ( matières premières et agricoles) visant de facto et avec le temps, à une véritable autarcie des grands espaces. Voyant aussi la montée en puissance d’Empires et de nations prédatrices, il estimait que les Européens devaient au plus vite se doter d’une véritable « doctrine Monroe », c’est-à-dire littéralement interdire notre sol à toute puissance étrangère (notamment aux USA). Repenser une autre Europe intégrée, hors UE voire même contre l’UE qui n’est non pas les Etats-Unis d’Europe mais les Etats-Unis en Europe, voilà à quoi nous devons nous atteler urgemment. De même qu’il avait bien analysé, pour prolonger sur ce sujet, notamment dans Le nomos de la terre, la lutte éternelle entre les puissances de la Terre par définition enracinées ( l’Europe) et les puissances de la mer (les thalassocraties Anglo-saxonnes) nomades, fluides, impérialistes, agressives, prédatrices.

La désignation de l’ennemi

Telle est la base du combat politique qui ne l’oublions jamais, est aussi une forme de guerre. Malheur à celui qui par mollesse n’ose pas le montrer du doigt! A contrario, si vous ne désignez-pas un ennemi, c’est aussi lui qui peut vous désigner comme tel. Cet ennemi peut être extérieur mais aussi intérieur. Schmitt écrivait :

« Aussi longtemps qu’un peuple existe dans la sphère politique, il devra opérer lui-même la distinction entre amis et ennemis, tout en la réservant pour les conjonctures extrêmes dont il sera juge lui-même…Dès l’instant que la capacité ou la volonté d’opérer cette distinction fait défaut au peuple, ce dernier cesse d’exister politiquement. S’il accepte qu’un étranger lui dicte le choix de son ennemi et lui dire contre qui il a le droit ou non de se battre, il cesse d’être un peuple politiquement libre et il est incorporé ou subordonné à un autre système politique. »

La primauté du Politique

L’Etat n’est qu’un moyen, pas le but. S’appuyant sur l’Histoire, son territoire et son peuple, un Etat a le devoir de concevoir des institutions et des règles s’inscrivant dans la durée, susceptibles non pas d’assurer le bonheur à ses citoyens mais un destin. Mais aussi de briser impitoyablement toutes les féodalités, notamment financières susceptibles de mettre le peuple en coupe réglée. Imposer le pouvoir du Politique contre le pouvoir de l’économique qui ne peut profiter qu’a une minorité. Carl Schmitt rejoint ici totalement Maurras qui notait : « De l’autorité des princes de notre race, nous avons passé sous les verges des marchands d’or qui sont d’une autre race que nous, c’est-à-dire d’une autre langue et d’un autre passé. »

Nouvelle École a consacré son numéro 44 (1987) à Carl Schmitt

L’Ernstfall

L’Ernstfall est l’antonyme absolu du bien-être, du confort, du farniente, de la dolce vita, du consumérisme qui tuent tout vitalisme chez les peuples qui ne sont plus aptes à lutter contre la dureté de l’existence ou contre toute difficulté, même temporaire. Cette notion qui nous rappelle aussi le tragique de l’existence oblige les peuples, s’ils ne veulent pas mourir, à se hisser à la pointe d’eux-mêmes. Dominer une situation ou se laisser emporter. Pour Schmitt, l’Ernstfall, c’est la guerre sous toutes ses formes, ce qui justifie l’existence d’un Etat fort, des citoyens disciplinés, des militants mobilisés en permanence, une sorte de « Sparte » au quotidien dynamisant toutes les forces potentielles de son peuple[2].

Citations

"César règne aussi sur la grammaire."

Au sein de son ouvrage « L’illusion du concensus » (p.131), Chantal Mouffe, qui enseigne la théorie politique à l’université de Westminster à Londres, compte parmi les intellectuels européens les plus influents sur la scène internationale et inspire fortement Jean-Luc Mélenchon en France ainsi que le mouvement de gauche populiste Podemos et son dirigeant Pablo Iglesias Turrión en Espagne, cite le juriste conservateur catholique allemand Carl Schmitt :

« C’est même l’un des faits majeurs de l’histoire juridique et intellectuelle de l’humanité : celui qui détient la vraie puissance définit aussi les mots et les concepts. Caesar dominus et supra grammaticum : César règne aussi sur la grammaire. » [3]

Œuvres

  • Über Schuld und Schuldarten. Eine terminologische Untersuchung, 1910.
  • Gesetz und Urteil. Eine Untersuchung zum Problem der Rechtspraxis, 1912.
  • Schattenrisse (sous le pseudonyme de Johannes Negelinus, mox Doctor, avec Fritz Eisler), 1913.
  • Der Wert des Staates und die Bedeutung des Einzelnen, 1914.
  • Theodor Däublers ‚Nordlicht‘: Drei Studien über die Elemente, den Geist und die Aktualität des Werkes, 1916.
  • Die Buribunken, in: Summa 1/1917/18, 89 ff.
  • Politische Romantik, 1919.
  • Die Diktatur. Von den Anfängen des modernen Souveränitätsgedankens bis zum proletarischen Klassenkampf, 1921.
  • Politische Theologie. Vier Kapitel zur Lehre von der Souveränität, 1922.
  • Die geistesgeschichtliche Lage des heutigen Parlamentarismus, 1923.
  • Römischer Katholizismus und politische Form, 1923.
  • Die Rheinlande als Objekt internationaler Politik, 1925.
  • Die Kernfrage des Völkerbundes, 1926.
  • Der Begriff des Politischen, Archiv für Sozialwissenschaft und Sozialpolitik vol.58/1, 1927, 1-33.
  • Volksentscheid und Volksbegehren. Ein Beitrag zur Auslegung der Weimarer Verfassung und zur Lehre von der unmittelbaren Demokratie, 1927.
  • Verfassungslehre, 1928.
  • Hugo Preuß. Sein Staatsbegriff und seine Stellung in der dt. Rechtslehre, 1930.
  • Der Völkerbund und das politische Problem der Friedenssicherung, 1930, 2. erw. Aufl. 1934.
  • Der Hüter der Verfassung, 1931.
  • Der Begriff des Politischen, 1932 (seconde version de l'essai de 1927).
  • Legalität und Legitimität, 1932.
  • Staat, Bewegung, Volk. Die Dreigliederung der politischen Einheit, 1933.
  • Das Reichsstatthaltergesetz, 1933.
  • Der Führer schützt das Recht, 1934.
  • Staatsgefüge und Zusammenbruch des Zweiten Reiches. Der Sieg des Bürgers über den Soldaten, 1934.
  • Über die drei Arten des rechtswissenschaftlichen Denkens, 1934.
  • Der Leviathan in der Staatslehre des Thomas Hobbes, 1938.
  • Die Wendung zum diskriminierenden Kriegsbegriff, 1938.
  • Völkerrechtliche Großraumordnung und Interventionsverbot für raumfremde Mächte. Ein Beitrag zum Reichsbegriff im Völkerrecht, 1939.
  • Positionen und Begriffe im Kampf mit Weimar – Genf – Versailles 1923–1939, 1940.
  • Land und Meer. Eine weltgeschichtliche Betrachtung, 1942.
  • Der Nomos der Erde im Völkerrecht des Jus Publicum Europaeum, 1950.
  • Donoso Cortes in gesamteuropäischer Interpretation, 1950.
  • Ex captivitate salus. Erinnerungen der Zeit 1945/47, 1950.
  • Die Lage der europäischen Rechtswissenschaft, 1950.
  • Das Gespräch über die Macht und den Zugang zum Machthaber, 1954.
  • Hamlet oder Hekuba. Der Einbruch der Zeit in das Spiel, 1956.
  • Verfassungsrechtliche Aufsätze aus den Jahren 1924–1954, 1958.
  • Theorie des Partisanen. Zwischenbemerkung zum Begriff des Politischen, 1963.
  • Politische Theologie II. Die Legende von der Erledigung jeder Politischen Theologie, 1970.
  • Glossarium. Aufzeichnungen der Jahre 1947–1951, hrsg.v. Eberhard Freiherr von Medem, 1991 (posthume).
  • Das internationale Verbrechen des Angriffskrieges, hrsg.v. Helmut Quaritsch, 1993 (posthume).
  • Staat – Großraum – Nomos, hrsg. von Günter Maschke, 1995 (posthume).
  • Frieden oder Pazifismus?, hrsg. von Günter Maschke, 2005 (posthume).
  • Carl Schmitt: Tagebücher, hrsg. von Ernst Hüsmert, 2003 ff. (posthume).

Traductions françaises

Ouvrages

  • Romantisme politique, Paris, Librairie Valois-Nouvelle Librairie nationale, 1928 (traduction partielle)
  • Légalité légitimité, Paris, LGDJ, 1936
  • Considérations politiques, Paris, LGDJ, 1942
  • La notion du politique - Théorie du partisan, Paris, Calmann-Lévy, 1972 [en édition de poche, Paris, Flammarion, 1992]
  • Du politique. Légalité et légitimité et autres essais, Puiseaux, Pardès, 1980
  • Terre et Mer, un point de vue sur l'histoire du monde, Paris, Le Labyrinthe, 1985, réédition Pierre-Guillaume de Roux, Éditions, 2017
  • Parlementarisme et démocratie, Paris, Seuil, 1988
  • Théologie politique, Paris, Gallimard, 1988
  • Hamlet ou Hécube, Paris, l'Arche, 1992 (Hamlet oder Hekube 1956)
  • Théorie de la constitution, Paris, PUF, 1993
  • Les trois types de pensée juridique, Paris, PUF, 1995
  • Du politique. Légalité et légitimité et autres essais, Puiseaux, Pardès, 1996
  • État, mouvement, peuple - L'organisation triadique de l'unité politique, Paris, Kimé, 1997
  • La dictature, Paris, Seuil, 2000
  • Le Nomos de la Terre, Paris, PUF, 2001
  • Le Leviathan dans la doctrine de l'État de Thomas Hobbes. Sens et échec d'un symbole politique, Paris, Seuil, 2002
  • La valeur de l’état et la signification de l’individu, Genève, Droz, 2003
  • Ex Captivitate Salus. Expériences des années 1945-1947, Paris, Vrin, 2003
  • La guerre civile mondiale, essais 1953-1973, éditions è®e, 2007
  • Deux textes de Carl Schmitt. La question clé de la Société des Nations. Le passage au concept de guerre discriminatoire, Paris, Pedone, 2009
  • La visibilité de l'Église - Catholicisme romain et forme politique - Donoso Cortès. Quatre essais, Paris, Cerf, 2011

Articles parus dans des revues ou des ouvrages collectifs

  • « Aux confins de la politique ou l’âge de la neutralité », in L’année politique française et étrangère, XI, 4, décembre 1936
  • « Neutralité en droit des gens et totalité « völkisch » », (?), in Revue de droit international, XXII, juillet-août 1938
  • « Une étude de droit constitutionnel comparé. L’évolution récente du problème des délégations législatives », Paul Roubier et H. Mankiewicz, in Recueil d’études en l’honneur d’Edouard Lambert, Lyon, 1938
  • La mer contre la terre, texte d'une conférence de C. S., in Cahiers franco-allemands, t. 8, 1941, n.os 11-12
  • Souveraineté de l'État et liberté des mers. Opposition de la terre et de la mer dans le droit international des temps moderne, in K. Epting, Quelques aspects du droit allemand, six conférences, Paris, Sorlot, 1943
  • « La situation présente de la jurisprudence », (texte d’une conférence prononcée en français par Carl Schmitt), in Boletim da Faculdade de Dereito, Coimbra, XX, 1944, p. 601-621.
  • « Trois types de pensée juridique », Julien Freund, in Le droit d’aujourd’hui, J.F. éd., Paris, Puf, 1972, p.35-39.
  • « L’ère des neutralisations et des dépolitisations », Marie-Louise Steinhauser, in Exil, 3, été 1974, p.83-95.
  • « Le contraste entre communauté et société en tant qu’exemple d’une distinction dualiste. Réflexions à propos de la structure et du sort de ce type d’antithèse », Piet Tommissen, in Res Publica, XVII, 1, 1975, p.105-119.
  • « Entretien sur le pouvoir », Françoise Manent, in Commentaire, 32, hiver 1985, p. 1113-1120.
  • Le droit comme unité d'ordre (Ordnung) et de localisation (Ortung), in « Droits », n. 11, Paris, PUF, 1990, p. 77 ss.
  • La notion positive de Constitution, Droits, 12, Paris, PUF, 1990, p.149 ss.
  • La situation de la science du droit, in Droits, Paris, PUF, 1991

Bibliographie

En français

  • Jean-François Kervégan, Que faire de Carl Schmitt ?, coll. « Tel », Gallimard, Paris, 2011, 336 p.
  • Aristide Leucate, Carl Schmitt, coll. "Qui suis-je?", Pardès, Grez-sur-Loing, 2017, 128 p.
  • Robert Steuckers, Sur et autour de Carl Schmitt : un monument revisité, La Diffusion du Lore, 2021, 298 p.
  • Aristide Leucate, Carl Schmitt et la gauche radicale. Une autre figure de l'ennemi, La nouvelle librairie, Paris, 2021, 191 p.

Cité dans :

  • Thierry Baudet, Indispensables frontières. Pourquoi le supranationalisme et le multiculturalisme détruisent la démocratie, préface de Pascal Bruckner, Éditions du Toucan, Paris, 2015. (Traduction de : De Aanval op de Natiestaat)

En allemand

  • Günter Maschke, Der Tod des Carl Schmitt: Apologie und Polemik, Karolinger Verlag, Wien, 1987.
  • (Préface et annotation de Günter Maschke), Carl Schmitt. Staat – Großraum – Nomos, Arbeiten von Carl Schmitt aus den Jahren 1916 - 1969, , Verlag Duncker & Humblot, Berlin, 1995.
  • (Préface et annotation de Günter Maschke),Carl Schmitt. Frieden oder Pazifismus?, Arbeiten zum Völkerrecht und zur internationalen Politik 1924 - 1978, Verlag Duncker & Humblot, Berlin, 2005.


Carl2.jpg

Liens externes

Notes et références

  1. « L'État, c'est plus que la démocratie », par Vojtěch Belling
  2. Eugène Krampon, Note de lecture de Sur et autour de Carl Schmitt : un monument revisité de Robert Steuckers, paru en 2021, pour le site de Terre et Peuple, 11.4.2021.
  3. « Les formes de l’impérialisme en droit international moderne » (1932) in : Du politique. «  Légalité et légitimité » et autres essais, Puiseaux, Pardès, 1990, p.99.