Martin Heidegger

De Metapedia
Aller à : navigation, rechercher

Martin Heidegger, né le 26 septembre 1889 à Messkirch dans le Grand-Duché de Bade et mort le 26 mai 1976 à Fribourg-en-Brisgau au Bade-Wurtemberg, est un philosophe allemand.

Martin Heidegger.jpeg

Biographie

Né en 1889 et décédé en 1976, Martin Heidegger était le fils aîné d’un artisan tonnelier souabe (pays de Bade), Friedrich et de sa femme Johanna, et qui faisait aussi fonction de sacristain de sa paroisse de Messkirch en appartenant au courant, nombreux en Allemagne, des Vieux-Catholiques qui refusent de tenir les parents de la Vierge, Anne et Zacharie, exempts du péché originel et contestent le dogme de l’infaillibilité pontificale du Premier Concile du Vatican, de 1870. Martin Heidegger entra au noviciat des Jésuites en 1909 et le quitta bientôt pour raison de santé ; tout comme, bien que réformé en 1914, volontaire et placé dans le service de météorologie à Verdun, il dut abandonner le service. Professeurs, étudiants, artistes et clercs, aînés de famille à la campagne n’étaient pas, en Allemagne impériale, y compris sous le national-socialisme sauf aux derniers temps de l’inondation bolchevique lorsque les digues européennes furent rompues, astreints aux armes, car l’on estimait leur survie précieuse au peuple. C’est pourquoi ils devaient se porter volontaires. Sa femme, épousé en 1917, Elfride Petri (1892-1993), protestante et patriote, partageait son dégoût des ennemis de la culture et de la société et le détacha de la tutelle politique catholique, s’engageant elle-même dans le national-socialisme. Il estimait, par ailleurs, que la vraie philosophie allemande avait toujours été inséparable du Christianisme.

Influences

Martin Heidegger a influencé :

Citations

« L'Histoire est une projection, dans le passé, de l'avenir que s'est choisi l'homme. »

Bibliographie

Être et temps


  • Jean-Pierre Blanchard, Martin Heidegger philosophe incorrect, L’Aencre, 1997
  • Jean-Pierre Blanchard, Heidegger, Grez-sur-Loing, Pardès, coll. « Qui suis-je ? », 2000, 127 p.
  • Edith Blanquet, Apprendre à philosopher avec Heidegger, Ellipses, 2012
  • Mark Blitz, Heidegger’s being and time and the possibility of political philosophy, Cornell University Press, 1981
  • Renaud Denuit, Heidegger et l’exacerbation du centre, aux fondements de l’authenticité nazie, L’Harmattan, 2004
  • Michael Gelven, Être et temps de Heidegger, un commentaire littéral, Pierre Mardaga, 1970
  • Florian Grosser, Revolution denken, Heidegger und das politische 1919-1969, C. H. Beck, 2011
  • Emil Kettering, Nähe, das denken Martin Heideggers, Günther Neske, 1987
  • Bernd Martin, Martin Heidegger und das « Dritte Reich », ein kompendium, Wissenschaftliche Buchgesellschaft, 1989
  • Michael Roth, The Poetics of resistance, Heidegger’s line, Northwestern University Press, 1996
  • Rainer Schûrmann Le principe d’anarchie, Heidegger et la question de l’agir, Seuil, 1982
  • Hans Sluga, Heidegger’s crisis, philosophy and politics in nazi Germany, Harvard University Press, 1993

Liens externes