Georg Wilhelm Friedrich Hegel

De Metapedia
Aller à : navigation, rechercher

Georg Wilhelm Friedrich Hegel, né le 27 août 1770 à Stuttgart dans le duché de Wurtemberg et mort le 14 novembre 1831 à Berlin dans le royaume de Prusse, est un philosophe allemand. Il est un des principaux représentants de l'idéalisme allemand, aux côtés de Emmanuel Kant, Johann Gottlieb Fichte et Friedrich Wilhelm Joseph von Schelling. Il a dominé la pensée allemande des trois premières décennies du XIX siècle.

Hegel.png

Biographie

Georg Wilhelm Friedrich Hegel né à Stuttgart en 1770 dans une famille de la petite bourgeoisie. En 1788, il entre au Séminaire luthérien de Tübingen. Il y étudie aux côtés de Friedrich Wilhelm Joseph von Schelling et Friedrich Hölderlin. Tous les trois admirent la Révolution française et plantent un arbre de la liberté en son honneur. Sous l'influence de Friedrich Hölderlin, Hegel est fasciné par la Grèce antique. Hegel quitte le séminaire en 1793, sans intention d'entrer dans les ordres, et devient précepteur à Berne en Suisse. Sous l'influence de Friedrich Hölderlin, Hegel consacre ses activités intellectuelles à une lecture critique des ouvrages d'Emmanuel Kant. En 1797, Hegel s'établit à Francfort-sur-le-Main où Friedrich Hölderlin, qui y vit depuis 1795 et y est précepteur, lui a trouvé une place de précepteur. En 1801, Hegel quitte Francfort et devient professeur à Iéna où Friedrich Wilhelm Joseph von Schelling a succédé en 1799, en tant que professeur, à Johann Gottlieb Fichte destitué après avoir été accusé d'athéisme.

Après la bataille d'Iéna qui voit la victoire des troupes napoléoniennes, Georg Wilhelm Friedrich Hegel quitte cette ville désormais occupée et s'installe à Bamberg où il dirige un journal, puis à Nuremberg où il est nommé directeur d'une école et reprend son enseignement de la philosophie. En 1811, il épouse Maria Helena Tucher qui a vingt ans de moins que lui. Entre 1816 et 1818, Hegel exerce à l'université de Heidelberg. Il vit dans cette ville avec sa femme et leurs trois enfants. En 1818, Hegel obtient, à l'université de Berlin, la chaire laissée vacante en 1814 par la mort de Johann Gottlieb Fichte. En conséquence, il donne cours au sein de l'université la plus réputée de Prusse et du monde germanique et sa notoriété croît. Il devient le philosophe le plus réputé d'Europe. Des étudiants des divers États allemands viennent à Berlin assister à ses cours. En 1830, Hegel devient recteur de l'université de Berlin. Il meurt en 1831, victime d'une épidémie de choléra.

Idées

Hegel estime que la Réforme, et non pas l'humanisme de la Renaissance, a permis à la société de passer de la crainte de Dieu à la conscience de la liberté humaine.

Contrairement à Emmanuel Kant, Georg Wilhelm Friedrich Hegel est beaucoup plus un romantique qu’un homme des Lumières. Pourtant, dans un de ses cours, il dénonce le romantisme.

Hegel ne pense pas, contrairement à Emmanuel Kant, que l'État-nation puisse être dépassé par une république cosmopolite planétaire.

Hegel réfute Emmanuel Kant en prétendant que la guerre a toujours eu et aura toujours le dernier mot.

Hegel a remercié Johann Gottlieb Fichte et Friedrich Wilhelm Joseph von Schelling pour leur audace d'avoir distingué la lettre du kantisme de son esprit.

Dans La Phénoménologie de l'Esprit apparaît l'idée de la Fin de l'histoire.

Hegel pense que l'histoire a un sens.

Influences

Georg Wilhelm Friedrich Hegel a influencé :

Friedrich Hölderlin et Hegel étaient amis.

Critiques

Arthur Schopenhauer s'oppose à Hegel.

Au XXe siècle, Karl Popper est l'adversaire le plus influent de Hegel. Dans son ouvrage La société ouverte et ses ennemis, il décrit Hegel comme un philosophe d'État prussien, comme un penseur de l'ordre officiellement approuvé, dont le travail a eu un effet désastreux sur le développement intellectuel ultérieur.

Citations

Représentation de Napoléon, « l'âme du monde », et Hegel à Iéna en 1806.
  • « J'ai vu l’Empereur — cette âme du monde — sortir de la ville pour aller en reconnaissance ; c'est effectivement une sensation merveilleuse de voir un pareil individu qui, concentré ici sur un point, assis sur un cheval, s'étend sur le monde et le domine. » (Hegel à Niethammer, 13 octobre 1806, in Correspondance, trad. fr. J. Carrère, Gallimard, tome I, pp. 114-115)
  • « Ce n’est qu’au début du crépuscule que la chouette de Minerve prend son envol » (préface des Principes de la philosophie du droit, 1821)

Ouvrages

La production de Hegel peut être classée en trois entités chronologiques :

  • Jeunesse (1795-1801)
  • Iéna-Nuremberg (1806-1816)
  • Heidelberg-Berlin (1816-1831)

D'autres textes ont été publiés après sa mort sur la base de notes prises au cours par ses élèves.

Traductions françaises

Phénoménologie de l'Esprit
  • Lettres confidentielles sur le rapport juridique du pays de Vaud à la ville de Berne, Francfort, 1798
  • Dissertatio philosophica de Orbitis Planetarum, Iéna, 1801 (Les orbites des planètes)
  • Différence entre les systèmes philosophiques de Fichte et Schelling, Iéna, 1801
  • (avec Schelling) Journal critique de la philosophie, 2 vol., Tübingen, 1802
  • Système de la vie éthique (1802-1803, 1re éd. 1913)
  • Logique et métaphysique (1804-1805)
  • Logique, métaphysique et philosophie de la nature, Iéna, (1804-1805, 1re éd. 1915)
  • Phénoménologie de l'esprit, Bamberg et Wurtzbourg, 1807
  • La Science de la logique, 3 vol., Bamberg, 1812-1816.
  • Encyclopédie des sciences philosophiques
  • Principes de la philosophie du droit, Berlin (1821)
  • Encyclopédie des sciences philosophiques en abrégé (1830)

Sources

  • Hegel, Apprendre à philosopher, RBA Coleccionables S.A.U., Barcelone, 2019.

Cité dans

  • Marx. La lutte des classes est le moteur de l’histoire, Apprendre à philosopher, RBA, Barcelone, 2019.
  • Pol Vandromme, Destrée. La Lettre au Roi, Paul Legrain, Bruxelles, 1984.