Emmanuel Kant

De Metapedia
Aller à : navigation, rechercher

Emmanuel Kant, né le 22 avril 1724 à Königsberg en Prusse et mort le 12 février 1804 à Königsberg en Prusse, est un philosophe allemand, fondateur du criticisme et de la doctrine dite « idéalisme transcendantal ». Emmanuel Kant est un des principaux représentants de l'idéalisme allemand, aux côtés de Johann Gottlieb Fichte, Georg Wilhelm Friedrich Hegel et Friedrich Wilhelm Joseph von Schelling.

Emmanuel Kant

Idées

Races

Emmanuel Kant accorde dans ses cours de géographie une place importante à la question des races.

En 1775 et en 1785, Emmanuel Kant rédige deux opuscules sur la notion de race, qui s'inscrivent dans une polémique avec les défenseurs d'une polygénèse de l'humanité, selon qui il existerait plusieurs « souches primitives » biologiquement distinctes, entraînant la division de l'humanité en plusieurs espèces. Dans Des différentes races humaines puis Définition du concept de race humaine, Kant s'oppose notamment à Georg Forster, prend position pour l'unité de l'espèce humaine et recourt au concept de race pour réduire les différences observables à des variations héréditaires favorisées par l'environnement. Toutefois, le texte Des différentes races humaines exprime un certain nombre de préjugés, notamment envers les personnes à peau noire. Les mêmes remarques défendant l'inégalité des humains selon la couleur de peau se trouvent également dans sa Géographie.

Dans un commentaire qu'il fait en 1764 concernant la capacité de raisonnement d'une personne « noire » », Kant affirme « Cet homme était tout à fait noir de la tête aux pieds, ce qui prouve manifestement que ces propos étaient stupides. » Les opinions de Kant sur ce point semblent avoir évolué avec le temps : vingt ans après cet épisode, l'essai Définition du concept de race affirme explicitement que la couleur de peau est le seul caractère héréditaire des races humaines et oppose expressément ce trait physique au développement des facultés intellectuelles chez l'individu.

Emmanuel Kant croit en une souche raciale unique possédant les germes des quatre grandes races chromatiques (« Blancs », « Nègres », « Huns » ou « Mongols », « Indiens »). Sous l'effet des migrations et des agents atmosphériques, un germe devient dominant et se transmet de génération en génération. Ensuite, il n'y a plus de réversion possible. La race devient infailliblement héréditaire.

Influences

Emmanuel Kant a influencé :


  • l'idéalisme allemand
  • la philosophie analytique
  • la phénoménologie
  • la philosophie moderne
  • la pensée critique en général

Lieux à visiter

Tombeau d'Emmanuel Kant

Le tombeau d'Emmanuel Kant est situé à l'extérieur nord-est de la cathédrale de Königsberg/Kaliningrad.

Citations

  • « Dans un bois aussi courbe que celui dont est fait l’homme, on ne peut rien tailler de tout à fait droit. » (Idée d'une histoire universelle d'un point de vue cosmopolitique, 1784)

Ouvrages

  • L'unique fondement possible d'une démonstration de l'existence de Dieu (1762).
  • Essai pour introduire en philosophie le concept de grandeur négative (1763).
  • Rêves d'un visionnaire expliqués par des rêves métaphysiques, (dont le titre est aussi traduit, en français : "Rêves d'un visionnaire"), (1766).
  • Dissertation de 1770 (1770).
  • Des différentes races humaines (1775).
  • Critique de la raison pure (1781 ; 2nde éd. 1787).
  • Prolégomènes à toute métaphysique future qui voudra se présenter comme science (1783).
  • Idée d'une histoire universelle d'un point de vue cosmopolitique (1784).
  • Qu'est-ce que les Lumières ? (1784).
  • Fondements de la métaphysique des mœurs (1785). [mœurs=normes=règles de conduite]
  • Premiers principes métaphysiques de la science de la nature (1786).
  • Que signifie : s'orienter dans la pensée ? (1786).
  • Conjectures sur le commencement de l'histoire humaine (1786).
  • Critique de la raison pratique (1788).
  • Critique de la faculté de juger (1790).
  • Sur le mysticisme et les moyens d'y remédier (1790).
  • Sur l'échec de toute tentative philosophique en matière de théodicée (1791).
  • Sur le mal radical (1792).
  • La Religion dans les limites de la simple raison (1793).
  • Sur l'expression courante : il se peut que ce soit juste en théorie, mais en pratique, cela ne vaut rien (1793).
  • La Fin de toutes choses (1794).
  • Vers la paix perpétuelle (1795).
  • Métaphysique des mœurs (1796-1797).
  • Sur un prétendu droit de mentir par humanité (1797).
  • Conflit des facultés (1798).
  • Anthropologie d'un point de vue pragmatique (1798).
  • Logique (1800).
  • Géographie physique (1802-1803).
  • Réflexions sur l'éducation ou Traité de pédagogie (1803).
  • Quels progrès effectifs a accomplis la métaphysique depuis l'époque de Leibniz et de Wolff ? (1804).

Sources

Cité dans :

  • Thierry Baudet, Indispensables frontières. Pourquoi le supranationalisme et le multiculturalisme détruisent la démocratie, préface de Pascal Bruckner, Éditions du Toucan, Paris, 2015. (Traduction de : De Aanval op de Natiestaat)
  • Collectif, « La fabrique des races », in L’Histoire de mars 2022, p. 28 à 89.
  • Jean-Numa Ducange, Quand la gauche pensait la nation. Nationalités et socialismes à la Belle époque, Fayard, Paris, 2021.
  • ELTCHANINOFF Michel, Dans la tête de Vladimir Poutine, Actes Sud, Arles, 2022, p. 31 à 33, 36, 40, 41.
  • Marx. La lutte des classes est le moteur de l’histoire, Apprendre à philosopher, RBA, Barcelone, 2019.
  • Pol Vandromme, Destrée. La Lettre au Roi, Paul Legrain, Bruxelles, 1984, p. 87.