Fabrice Robert

De Metapedia
Aller à : navigation, rechercher
Fabrice robert.jpg

Fabrice Robert, né le 28 octobre 1971 à Orléans, est un cadre politique français, d'abord dans la mouvance nationaliste-révolutionnaire, puis dans la mouvance identitaire.

Il a notamment été président du Bloc identitaire, avant de devenir en 2016 un des deux directeurs nationaux du mouvement Les Identitaires.

Biographie

Fabrice Robert adhère en 1987 au Front national puis rejoint le mouvement Troisième voie qui, affirme-t-il, « répondait mieux à ses aspirations ». Alors qu'il est en première année d’histoire, il est condamné à un mois de prison avec sursis et 10 000 francs d'amende pour avoir distribué des tracts remettant en question l'existence des chambres à gaz dans l'Allemagne nationale-socialiste.

Il adhère à Nouvelle Résistance lors de sa création et devient responsable de son groupe de base de Nice, puis se voit confier la direction de la jeunesse du mouvement et lance la revue Jeune Résistance. En 1995, il est élu conseiller municipal à La Courneuve sur une liste Front national.

Par ailleurs musicien, Fabrice Robert se fait connaître dans les années 1995 à 2002 comme leader et bassiste du groupe niçois de rock Fraction (initialement « Fraction Hexagone »), dont le style à mi-chemin entre RAC et RIF lui assure une large audience dans la jeunesse nationaliste radicale.

En juin 1998, Fabrice Robert participe à la création du mouvement Unité radicale. Il est coopté à son Comité exécutif au sein duquel il gère le secrétariat agit/prop, avant d'en devenir un des deux porte-paroles en 2002. À ce titre il se rapproche en 2001 du Mouvement national républicain (MNR) de Bruno Mégret et y adhère l'année suivante. Le MNR étant alors en pleine hémorragie militante, l'équipe niçoise de Fabrice Robert représente un apport apprécié et fait de Nice un bastion du parti mégrétiste. C'est à Nice que se tient en février 2002 un congrès du MNR, essentiellement organisé par cette équipe. À cette occasion Fabrice Robert est admis au Conseil national du MNR, en même temps que Christian Bouchet, mais leurs chemins ne vont pas tarder à se séparer.

Fabrice Robert tend à suivre la ligne inspirée du néo-conservatisme américain de Bruno Mégret (ce qui donnera naissance au courant identitaire) tandis que Christian Bouchet reste fidèle à la ligne nationale-révolutionnaire. Ce dernier est bientôt écarté de la direction d'Unité radicale, où Fabrice Robert demeure seul maître à bord.

Le 14 juillet 2002, Maxime Brunerie, militant MNR réputé être proche d'Unité radicale, commet une tentative d'assassinat contre le président nouvellement réélu de la République Jacques Chirac. En réaction, le gouvernement dissout par décret en date du 8 août Unité radicale mais épargne le MNR, lequel se souvient opportunément que son règlement interne interdit la double appartenance pour expulser de ses rangs aussi bien Christian Bouchet que Fabrice Robert.

Lors des assises constitutives du Bloc Identitaire, tenues les 5 et 6 avril 2003 à Mâcon, Fabrice Robert en est élu président.

En 2013 il fait condamner Bernard-Henri Levy et l'hebdomadaire Le Point pour diffamation. Il écrit à ce propos: « Il est tout de même piquant de faire condamner celui qui prétendait vouloir “défendre l’honneur des musulmans” en France alors que, dans le même temps, celui qui a contribué à installer la chariah en Libye est persona non grata à Tripoli, “parce qu’il est juif”… »

Le 1er juillet 2016, le Bloc identitaire abandonne sa structure de fédération de mouvements pour devenir une organisation unitaire appelée Les Identitaires. Fabrice Robert en est un des deux directeurs nationaux.

En janvier 2021, Fabrice Robert relance le groupe de rock identitaire Fraction.

Liens internes

Lien externe

Documents