Les Identitaires

De Metapedia
Aller à : navigation, rechercher
Le sanglier, emblème du Bloc identitaire
Affiche du Bloc identitaire
AB71.jpg
AB72.jpg
AB81.jpg
AB82.jpg
Autocs-bloc-assez.jpg
Autocs-bloc-mosquee.jpg
Autocs-bloc-delocalisations.jpg
Autocs-bloc-racaille.jpg
Autocollants du Bloc identitaire

Les Identitaires est le nom générique sous lequel sont désignées un certain nombre de structures étroitement liées entre elles (Bloc identitaire, Jeunesses identitaires, Nissa rebela, etc.)

Origine des Identitaires

Composition des Identitaires

Bloc identitaire

Présentation

Créé en avril 2003, le Bloc identitaire – Mouvement social européen est une structure prônant l’action en réseau et qui réunit ceux pour qui la préservation des identités historiques et charnelles (local, national, civilisationnel) est une priorité. Favorable à l’idée d’une France des régions dans une Europe des nations, le Bloc identitaire entend aussi mettre l’accent sur l’action sociale avec pour objectif simple : aider les nôtres avant les autres.

Le Bloc identitaire agit selon quatre axes : Développement du travail dans le domaine associatif (culturel, social, etc.) ; Combat électoral pour développer un réseau de candidats et d’élus identitaires ; Fédération d’un réseau de compétences avec mise en place de projets thématiques (Soutien scolaire, Aide à l’emploi ; Conseils juridiques, etc.) ; Centrale d’agitation (et boîte à idées) dont l’action se concrétise à travers des actions de lobbying.

Le Bloc identitaire, qui entend développer une communauté militante capable de peser sur la vie politique française, estime que le pouvoir ne se prend pas uniquement par la voie électorale mais également via des structures (associations, syndicats, etc.) et des supports (réseau Internet, musique, etc.) susceptibles de relayer une conception du monde.

L'organe de presse du Bloc identitaire est le bimensuel IDentitaires.


Texte à l'appui

Extrait de "ligne politique des identitaires"


Appelant tous ceux qui se sentent pionniers du monde à venir à nous rejoindre et tenant à l'écart les nostalgiques du monde d'hier, nous fondons notre combat sur quatre axes principaux.

1. Les identités complémentaires

Face à un discours jacobin ultra-républicain et assimilationniste, nous défendons une vision de l'homme enracinée dans ses communautés naturelles et historiques. La notion de citoyenneté républicaine désincarnée – et sans relation avec la filiation – est en opposition totale avec notre vision de l'identité charnelle et enracinée. Au concept de « France des lumières », nous opposons celui de la terre et des morts de Barrès.

En tant qu'identitaires, nous concilions et assumons pleinement notre triple identité régionale (identité charnelle), française (identité historique), et Européenne (identité civilisationnelle).

Attachés à la défense de nos identités, nous refusons fermement non seulement l'islamisation de notre société mais également l'immigration extra-européenne.

2. Le social

Dans leur pratique politique, ni les socialistes, ni les communistes n'ont évité l'accroissement constant depuis des décennies d'injustices sociales évidentes.

En bons suppôts cosmopolites de l'immigration, ils contribuent à une concurrence salariale faussée et donc aux bas salaires et à la précarité. Nous nous refusons à utiliser la misère du monde pour tirer vers le bas les salaires des travailleurs Européens !

Nous n'acceptons pas davantage le règne du capital fou et de sa spéculation financière éhontée. Ils se montrent inhumains au point d'être capables de spéculer sur les cours des denrées alimentaires et de gagner du fric sur la famine !

Gauche socialiste et droite libérale sont les deux visages de la globalisation économique, celle qui écrase les peuples, précarise les travailleurs et entraîne ainsi une baisse des revenus autant chez les salariés que chez les travailleurs indépendants. Ils voient le salarié comme une marchandise et une ressource comptable, nous le voyons comme une personne concrète et enracinée. Les premières mesures sociales consistent à inverser la dérive vers le profit financier maximal et anonyme pour mieux rémunérer et garantir les salariés d'une part et à rétablir de l'autre les conditions de la renaissance d'un plus grand nombre de professionnels véritablement indépendants.

Agissant pour et au sein du peuple, nous voulons investir prioritairement l'action sociale. Loin des postures intellectuelles faciles, nous rendons cette implication réelle et concrète. En défendant notre peuple contre les excès du libéralisme, nous sommes ceux qui aidons les nôtres avant les autres.

3. L'écologie comme réponse à l'envahissement capitaliste

Une société de consommation (et donc de gaspillage) globale de plus de 10 milliards d'hommes avant 2050, c'est le rêve fou de la nouvelle classe dirigeante mondiale. Animées par un esprit de concentration et de financiarisation sans précédent, les transnationales dominent et sacrifient les peuples, les salariés, les petites et moyennes entreprises, et organisent le pillage de la planète.

Leur système nous mène droit dans le mur, vers des catastrophes sans précédent.

La civilisation des Grecs anciens dont nous sommes grandement issus, dénonçait déjà la démesure qu'ils appelaient « hubris »

Nous proposons de rétablir la mesure et l'équilibre notamment grâce à :

-la relocalisation progressive de l'économie, pour recréer du lien social et enraciné, limiter la précarité et le nomadisme.

-La gestion prudente des ressources par une transformation des modes de production et d'échange, ainsi que la refonte du système fiscal.

-l'autonomie alimentaire de chaque peuple ou sous continent par le développement prioritaire de l'agriculture vivrière.

-la maitrise et la taxation des mouvements de capital pour redonner de la dignité au créateur, au salarié, au travailleur, à l'artiste. Faire de l'argent avec l'argent ne nous paraît pas l'activité humaine à encourager en priorité.

-le véritable respect de ce que le cosmos ou la main de Dieu selon les croyances a engendré. Par conséquent le respect de la biodiversité et des écosystèmes (lien entre les espèces vivantes dans une aire géographique déterminée) …et par conséquence ultime et majeure le respect de la diversité et des écosystèmes humains (lien entre les ethnies, les peuples et leur milieu géographique et culturel)

4. L'Europe

Nous appelons de nos vœux la constitution d'une Europe politique puissante dégagée de l'OTAN. Une Europe forte élargie à la Russie est seule capable d'apporter à un monde déboussolé et multipolaire la stabilité et la paix qui lui font défaut. Cette autonomie de l'Europe est nécessaire pour peser face aux autres sphères civilisationnelles y compris outre-Atlantique. Nous défendons ainsi l'idée d'une France des régions dans une Europe des Nations en mettant en avant le principe de subsidiarité et la défense des libertés locales.

Il n'y a, en effet, pas de contradiction entre l'attachement à sa région, à sa patrie et une Europe de la puissance, libérées des technocrates mondialistes et des scléroses bruxelloises.

Le génie des Européens, leur capacité de création et d'adaptation est plus que jamais indispensable dans l'époque de bouleversements que nous abordons.


Structures

Président :

Bureau Exécutif [1]

  • Fabrice Robert, 38 ans, consultant multimédia
  • Philippe Millau, 60 ans, formateur – formation
  • Richard Roudier (alias Jorgi Roumegas), 62 ans, restaurateur – grands événements
  • Guillaume Lotti, 29 ans, consultant - jeunesse
  • Dominique Lescure, 50 ans, conseiller en communication – coordination interne
  • Erick Cavaglia, 44 ans, professeur – développement
  • Hélène Richard, 35 ans, plasticienne – prospective
  • Laurent Gouteron, 38 ans, avocat - conseil juridique
  • Bruno Vendoire, 45 ans, consultant - communication (démission de ce poste en juin 2011)
  • Jacques Cordonnier, 58 ans, - mouvement associé Alsace d'abord.

Coordinateurs Régionaux :

  • Claude Jaffres, 68 ans, retraité de l’Hôtellerie – Auvergne
  • Christophe Pacotte, 39 ans, ingénieur Travaux Publics - Aquitaine
  • Philippe Milliau, 60 ans, formateur – Bretagne / Pays de Loire
  • Hélène Richard, 35 ans, plasticienne – Normandie
  • Virgile Dernoncourt, 31 ans, représentant – Flandre/Artois/Hainaut
  • Erick Cavaglia, 44 ans, professeur – Languedoc
  • Philippe Vardon, 28 ans, commerçant – Provence/Pays Niçois

Leur rôle est de représenter le Bloc identitaire à l'échelon régional, de coordonner les efforts des différentes sections locales et d'assurer le lien avec les associations identitaires à vocation sociale ou culturelle ainsi que les groupes locaux de jeunes identitaires.

Conseil Fédéral

C'est «l'assemblée des pairs» regroupant les responsables de toutes les initiatives identitaires (qu'elles soient politiques, culturelles ou sociales).

Scissions

Depuis sa création le Bloc identitaire a connu plusieurs scissions.

La plus importante, en 2012, a entraîné la création du Réseau identités.

Jeunesses identitaires

Les jeunesses identitaires sont regroupées en sections locales :

  • Jeune Alsace, en Alsace.
  • Oppidum, en Auvergne.
  • Les Burgondes, en Bourgogne.
  • Maquisards, en Dauphiné.
  • Insula, en Flandres.
  • JI Genève, à Genève.
  • Projet Apache, en Ile de France.
  • Nostra Revolta, en Languedoc.
  • Kerkant, en Lorraine.
  • Vague Normande, en Normandie.
  • Rebeyne, en Pays Lyonnais.
  • Jouinessa, en Pays Niçois.
  • Recounquista, en Provence.
  • Les Allobroges, en Savoie.

Structures régionalistes

Logo Alsace d'abord
  • Alsace d'abord

Le 11 mai 2009, le mouvement régionaliste Alsace d’abord a décidé d’officialiser son rapprochement avec le Bloc identitaire en se joignant à celui-ci sous le statut de « mouvement associé ». En 2012, AA a rompu ses liens avec le BI lors de la scission qui a donné vie au Réseau identités.

D'abord section des Jeunesses identitaires en Bretagne, Jeune Bretagne est devenu un mouvement régionaliste à part entière et non plus uniquement juvénile. En 2012, Jeune Bretagne a rompu ses liens avec le BI lors de la scission qui a donné vie au Réseau identités.


  • Nissa rebela

Présidée par Philippe Vardon. Elle a participé à plusieurs élections locales à Nice et ses alentours.

  • Ligue du Midi

Présidée par Richard Roudier. Elle a participé aux élections régionales de 2010 et aux élections cantonales de 2011. En 2012, la Ligue a fait scission, présenté des candidats aux élections législatives et participé à la création du Réseau identités.

Les Identitaires et les élections

Ligue du sud.jpg
LDM.jpg
ABI-2011 banlieues.jpg
ABI-2011 burqa.jpg
ABI-2011 quartiers.jpg
Autocollants du Bloc identitaire
Après avoir participé sous divers noms à des élections locales, le Bloc identitaire s'est transformé en parti politique lors de sa Convention identitaire 2009. Il a alors décidé d'être présent aux Élections régionales 2010 en région Midi-Pyrénées avec la liste de la Ligue du Midi, menée par Richard Roudier, en PACA avec la liste de la Ligue du Sud, menée par Jacques Bompard, et en Alsace avec la liste d'Alsace d'abord menée par Jacques Cordonnier.

Le BI a décidé de présenter Arnaud Borella-Gouillon, président de Solidarité Kosovo, aux Élections présidentielles de 2012.

Notes

  1. Il s'agit du BE dont la composition a été rendue publique en mars 2009. Le 1er BE (2003) était ainsi composé :
    • président : Fabrice Robert.
    • vice-président, délégué à l'organisation, représentant l'association Les Identitaires : Guillaume Luyt.
    • vice-Président, délégué à la propagande, représentant l'association Jeunesses identitaires : Philippe Vardon.
    • secrétaire national, délégué à la formation : Jean-Baptiste Santamaria.
    • secrétaire administratif : Arnaud Menu.
    • déléguée à l'action sociale : Marie-Céline Bruneaut (alias Marie Bérénice).
    • délégué à l'action rurale : Christophe Praturlon.
    • délégué à l'action culturelle : Yvan Lajeanne (alias Yvan Walgenwitz).

Citations

"Quiconque suit régulièrement nos activités, lit nos textes, sait que le Bloc identitaire n'est ni antisémite, ni antisioniste et qu'il a relégué au magasin des antiquités politiques du XXe siècle ce que d'aucuns appellent la « question juive »."

"Nous ne sommes pas nationalistes, le nationalisme a été un drame pour l’Europe. Nous sommes populistes."

Fabrice Robert.

"Quand je lis les numéros 8 et 9 de Totalité (1979), qui célébraient avec entrain la Révolution islamique de Téhéran contre "la monarchie collaborationniste du Chah, asservie aux intérêts de l'usorocratie occidentale", réfléchissant aux moyens de s'inspirer de la valeur de la tradition islamique pour mener la Révolution européenne, et quand je vois aujourd'hui les slogans de la mouvance identitaire tels que "Islam, hors d'Europe !", je réalise à quel point une certaine droite radicale a pu régresser en trente ans..."

Laurent James, Flash n° 6, janvier 2009, p. 10.

Liens internes

Liens externes

Étude

Liens nationaux

Liens antennes régionales

Liens structures régionalistes

Liens Jeunesses identitaires