Heinrich Himmler

De Metapedia
Aller à : navigation, rechercher

Heinrich Himmler, né en 1900 et mort en 1945, est un dirigeant national-socialiste allemand, proche d'Adolf Hitler.

Heinrich Himmler

Heinrich Himmler a été le commandant en chef de la SS ainsi que de la Gestapo. Il devient en 1943 ministre de l'intérieur du Reich.


Biographie

Heinrich Himmler naît en 1920.

Depuis l'adolescence, Himmler lit beaucoup, encouragé par son père. Il tient même un journal, dans lequel il commente ses lectures. Parmi les auteurs qui le marquent le plus, il y a Artur Dinter, un écrivain proche du courant völkisch, dont le roman Die Sünde wider das Blut obtient un énorme succès dans cette mouvance et même au-delà : à l'automne 1922, il aurait eu 1,5 millions de lecteurs. Toutefois, le jeune Himmler est très critique envers cet auteur, dont l'antisémitisme obsessionnel et fanatique lui paraît malsain. En revanche, le célèbre Handbuch der Judenfrage de Theodor Fritsch, qu'il lit en 1923, lui plaît beaucoup plus. C'est au début de l'année 1922 que Himmler lit Houston Stewart Chamberlain. Il lit aussi les ouvrage de l'auteur bündisch Hans Blüher, dont il apprécie les recherches consacrées aux Männerbünde mais dont il critique les penchants homosexuels. Cette lecture fut en fait pour lui essentielle pour le confirmer dans son hostilité à l'homosexualité.

Dès 1924, Himmler se met à lire les travaux de spécialiste de la Rassenkunde, Hans F.K. Günther.[1].

Dans le cadre de ses lectures, il devient de polus en plus sensible au thème de la mission impartie aux élites historiques : « la caste des kshatriya, voilà ce que nous devons être. C'est ce qui nnous sauvera », écrit-il[2].

Débuts en politique

Lors de la tentative de putsch du 8 novembre 1923, Heinrich Himmler n'est pas encore formellement membre du Parti national-socialiste des travailleurs allemands. A ce moment-là, il appartient en fait à un groupe armé fondé par Ernst Röhm, la Reichsflagge, rapidement rebaptisée Reichskriegsflagge (Etendard impérial de guerre). Quelques mois plus tôt, cette organisation s'était associée au corps-franc Oberland et à la section d'assaut de la NSDAP pour former une Alliance de combat allemande, dont le chef n'était pas Adolf Hitler mais Erich Ludendorff.

C'est après son adhésion à la NSDAP que Himmler fait la connaissance d'une figure centrale du Parti, avec laquelle il va étroitement travailler, sans se douter que quelques années plus tard il prendra part activement à son élimination politique et physique : Gregor Strasser. . Sous les ordres de Strasser, il devient un membre actif dans les secteurs de la Basse-Bavière. Il reçoit la responsabilité de la section de Landshut, puis intègre la centrale munichoise du Parti dès 1926, alors que son mentor Strasser vient d'être nommé responsable de la propagande à l'échelle nationale[3].

Himmler véritable fondateur de la SS

Le 6 janvier 1929, suite à la démission de Heiden de la tête de la SS (Schutzstaffeln, littéralement « escouades de protection » ; elle compte alors 280 membres) créée en 1925 pour servir de garde rapprochée à Adolf Hitler, ce dernier promeut Himmler Reichsführer-SS (équivalent de maréchal). Dès son entrée en fonctions, il met en application son idée maîtresse : créer une élite au sein du parti, puis au sein de l'Allemagne tout entière. Il prend pour modèle les jésuites et leur rôle au sein de l'Église catholique, ce qui lui vaudra ce commentaire de Hitler : « C'est avec Himmler que la SS est devenue cette troupe sans pareille, fidèle jusqu'à la mort. Je vois en Himmler notre Ignace de Loyola ». De fait, le Reischsführer transforme profondément la SS si bien qu'en 1932 elle peut afficher 52.000 membres, et un an plus tard, lors de l'accession de Hitler au pouvoir, elle en compte 209.000. C'est à la fois beaucoup pour une milice privée et peu au regard de la Sturmabteilung, la SA (Sturmabteilung, « Section d'assaut »), créée en 1920 et dirigée par Ernst Röhm, qui en aligne plus du double (400.000 en 1930). C'est d'ailleurs pour se démarquer de ceux-ci que les SS, qui jusqu'ici portaient le même uniforme brun que les SA, excepté une cravate et une casquette noires avec une tête de mort, adoptent à l'automne 1932 pour les officiers le costume noir dessiné par Hugo Boss (1885-1948), marquant ainsi leur différence avec les SA.

Pour la création d'une nouvelle aristocratie

Pour Himmler, la SS n'était pas une simple structure ou « organisation » du Parti. Elle devait être un Ordre militaire qui donnerait naissance à une nouvelle aristocratie :

« La SS est un ordre militaire national-socialiste d'hommes résolument nordiques, communauté de leurs clans[4]. liée par serment [...] L'épouse, la femme, selon nos lois, appartient elle aussi à cette communauté, cet ordre de la SS, tout comme l'homme [...] Soyons sans équivoque à ce sujet : il serait absurde de rassembler tout le bon sang de toute l'Allemagne et de l'organiser méticuleusement dans un sens idéologique[5] pour le laisser aller se marier ailleurs et se diluer dans des familles selon son bon vouloir. Car ce que nous voulons créer pour l'Allemagne dans les siècles à venir, c'est une caste supérieure élue, une nouvelle noblesse [...] une noblesse qui jamais ne vieillira [...] »[6].

La fin de la tutelle de la SA pour les SS

Aussi, quand Himmler prend en avril 1934 la tête de la Gestapo (Geheime Staatspolizei, police politique créée un an plus tôt par Hermann Göring, premier ministre de Prusse), celle-ci à ses ordres joue un rôle de premier plan dans l'élimination d'Ernst Röhm et des chefs de la SA accusés de complot, durant la « Nuit des Longs Couteaux »[7], en juin suivant. En effet Röhm voulait faire de ses troupes, comptant nombre de soudards et de militaires en rupture de ban avec le régime, une armée privée et refusait de les mettre au service de la direction politique du NSDAP. Dans l'esprit de Röhm, les SA doivent même supplanter l'armée traditionnelle pour devenir la « nouvelle armée du peuple ». Avec plus de trois millions de « Chemises brunes » début 1934 (grâce à l'intégration des membres du Casque d’acier), totalement dévouée à son chef, la SA exige des réformes sociales et économiques, effrayant les milieux d'affaires et les partis conservateurs traditionnels en raison de leurs vagues de violence échappant à tout contrôle ; sa volonté de prendre le contrôle de l'armée suscite l'opposition des dirigeants militaires dont Hitler a un pressant besoin.

Un État dans l'État

Les SA désormais réduits à un rôle subalterne, le rôle moteur dans l'État nazi est dévolu aux SS. Pour consolider le pouvoir de son organisation, Himmler compte depuis août 1931 sur un spécialiste de l'information et de la répression : Reinhard Heydrich, un ancien officier de la marine. Il lui a confié la tâche de bâtir un service de renseignement interne à la SS, le Sicherheitsdienst ou SD. Sous ses ordres, ce service devient l'instrument le plus efficace de tout le régime nazi, infiltrant, informant et désinformant. Avec son puissant réseau d'agents, le SD étend son influence à l'intérieur comme à l'extérieur de l'Allemagne et apporte un appui logistique capital à la SS.

Le 22 septembre 1939, Himmler crée pour Heydrich le Reichssicherheitshauptamt (Office central de la sûreté nationale, RSHA) qui permet ainsi le regroupement sous une seule autorité du SD et de la SIPO (police de sécurité), divisée en deux sections, la Gestapo et la Kriminalpolizei, pour neutraliser les ennemis du Reich. La Gestapo devient le 4e département (Amt IV) du RSHA. Le RSHA permet à Heydrich de concentrer entre ses mains la police, la surveillance idéologique et le renseignement militaire.

Organisation de la SS

À la veille de la guerre, la SS ne comptait que 28.000 hommes et l'organisation prit son visage définitif avec 3 branches distinctes.

  • Premièrement, le service de renseignement du parti (SD) qui absorba en février 1944, les services de renseignement de l'armée (Abwehr).
  • Deuxièmement, les polices, groupant les polices régulières et la police secrète d'État : la Gestapo. Dépendent de la RSHA, dans le sens « répressif », mais un peu en marge de la SS proprement dite, les Einsatzgruppen (« groupes d'intervention ») chargés de sécuriser les territoires occupés et, à partir d'août 1941, de missions exterminatrices à l'Est (au moins un million de morts).
  • Troisièmement, la Waffen SS dont le nom n'apparaît qu'en 1940. À cette date, la Waffen SS ne comportait que 4 régiments (Verfügungstruppe ou troupes à disposition) : les régiment Leibstandarte Adolf Hitler, Deutschland, Germania et Der Führer. En mai 1940, les effectifs totaux de la Waffen SS s'élèvent à 125.000 hommes. L'accroissement des effectifs est très lent (jusqu'en 1942) car Hitler ne voulait pas d'un corps portant ombrage à la Wehrmacht. Lors de la campagne de France les 4 régiments participèrent avec succès aux combats.

Reste le cas particulier des unités SS à tête de mort (SS-Totenkopf Sturmbanne), dirigées par Theodor Eicke, et chargées de la surveillance des camps de concentration mis en place en 1933, camps de travail dévolus principalement aux opposants politiques jusqu'en 1939, organisés en système concentrationnaire en raison de la tournure du conflit dès septembre 1941.

Il faut aussi mentionner l'activité d'organismes moins directement politiques, consacrés à la recherche ou à des activités de la vie quotidienne : la direction générale pour la Race et le Peuplement, la direction générale chargée des Allemands résidant à l'étranger, le commissariat du Reich pour la consolidation de la race allemande, le mouvement « Fontaine de vie » (Lebensborn), centre de « recherches sociales », sans oublier l'Institut pour l'héritage des ancêtres (Ahnenerbe).

La constitution du Schwarze Korps (le Corps noir)

À la puissance policière, politique, idéologique et économique, il ne manque à Himmler que la puissance militaire rêvée par Röhm pour la SA. Hitler accède à ce désir. Malgré la réticence des généraux de la Wehrmacht, il autorise au début de la guerre la transformation des SS Verfügungstruppen en une Waffen-SS (SS armée), une troupe d'élite dont il limite par diplomatie les effectifs (entre 5% et 10% de ceux de l'armée régulière).

Après les revers de l'armée allemande et de la perte de la VIème armée à Stalingrad,la Waffen SS subit une profonde mutation. Hitler, n'ayant plus confiance dans la Wehrmacht, autorise Himmler à accroître les effectifs. La Waffen SS passe alors à 300.000 hommes fin 1943 pour atteindre 600.000 hommes en 1944. La proportion d'étrangers devint considérable et dépassa la moitié des effectifs. La Waffen SS devint indiscutablement une force militaire multinationale. On y trouvait des Wallons (division Wallonie), des Français (division Charlemagne), des Suédois (division Viking), des Danois, Norvégiens et Hollandais (Division Nordland), des Baltes (divisions Latvia, Lettland, Estland), des Ukrainiens (division Galizien), des Suisses, des Grecs, des Caucasiens et même des... Indiens (Légion Freies Indien).

Julius Evola considère cet élargissement de la SS comme une réorientation profonde de sa vocation  : « Dans un discours prononcé à Poznan le 4 octobre 1943, Himmler parla carrément des SS comme de l'Ordre armé qui, à l'avenir, après l'élimination de l'Union Soviétique, aurait dû monter la garde de l'Europe sur l'Oural contre les "hordes asiates". L'important, c'est que dans cette situation un certain changement de perspective eut lieu. On cessa d'identifier "l'aryanité" à la "germanité". On voulait combattre non pour un national-socialisme expansionniste reposant sur un racisme unilatéral, non pour le pangermanisme, mais pour une idée supérieure, pour l'Europe et pour un "Ordre Nouveau" européen. Cette orientation gagna du terrain dans la SS et s'exprima dans la déclaration de Charlottenburg publiée par le Bureau Central des SS vers la fin de la guerre ; ce texte était une réponse à la déclaration de San Francisco faite par les Alliés sur les objectifs de la guerre, "croisade de la démocratie". Dans cette déclaration de Charlottenburg, il était question de la conception de l'homme et de la vie propre au Troisième Reich et, surtout, du concept d'Ordre Nouveau, lequel n'aurait pas dû être hégémonique, mais fédéraliste et organique » [8].

À la fin de la guerre, la Waffen SS compte 900.000 hommes, répartis en 38 divisions. Elle concentre un quart des divisions blindées et un tiers des divisions mécanisées de l'ensemble de l'armée allemande. Si l'on veut dresser un bilan de la Waffen SS en tant que formation combattante, force est de constater que ces hommes se battent avec un courage fanatique au prix de lourdes pertes (celles-ci se montaient parfois à 50 ou 60% des effectifs et la durée de vie moyenne d'un officier sur le front de l'Est ne dépassait guère 15 jours). L'action de la Waffen SS retarda indiscutablement la fin de la guerre. En 1953, le chancelier Adenauer déclara publiquement que les Waffen SS n'avaient été que des soldats comme les autres. Il s'appuyait sur le fait que les hommes de la Waffen SS n'avaient pas eu de réels contacts avec les autres branches de l'organisation (Gestapo ou SD). Les anciens Waffen SS finirent par obtenir les mêmes pensions que les hommes de la Wehrmacht et, dès 1956, ils furent acceptés dans la Bundeswehr avec leur ancien grade.

La chute de Himmler

Après l'attentat manqué contre Hitler, le 20 juillet 1944, Himmler devient chef d'état-major des armées de l'Intérieur en remplacement du comte Claus von Stauffenberg impliqué directement. Dans les derniers mois du régime, alors que s'effondrent toutes les structures du Reich hitlérien, seule demeure la SS, qui a pratiquement absorbé l'essentiel de l'État national-socialiste. La SS, fidèle à sa vocation, protège jusqu'au bout un Reich condamné comme elle.

Hitler, ayant appris le 19 avril 1945 par la radio de Stockholm les propositions de capitulation faites par Himmler au comte Bernadotte (de la Croix Rouge Internationale), le révoque aussitôt de ses fonctions et désigne l'amiral Karl Dönitz à la tête de l'État à sa mort (qui aura lieu le 30 avril). Evola juge ainsi ce dernier geste d'Himmler : « Il faut rappeler, d'autre part, qu'on doit à Himmler une tentative de sauvetage in extremis (considérée par Hitler comme une trahison). Par l'intermédiaire du comte Bernadotte, Himmler transmit aux Alliés occidentaux une proposition de paix séparée, et ce afin de continuer la guerre uniquement contre l'Union Soviétique et le communisme. On sait que cette proposition - qui, si elle avait été acceptée, aurait peut-être pu assurer à l'Europe un autre destin, évitant ainsi la "guerre froide" qui allait suivre et le passage au communisme de l'Europe située au-delà du "rideau de fer" - fut nettement repoussée au nom d'un aveugle radicalisme idéologique, tout comme avait été repoussée, pour la même raison, l'offre de paix faite par Hitler à l'Angleterre en des termes raisonnables, lors d'un fameux discours de 1940, donc à un moment où les Allemands étaient les vainqueurs »[9].

Himmler gagne le Schleswig où il sera arrêté par les Anglais. Mis à l'écart dans une cellule de la prison de Lünebourg, il est décédé le 23 avril 1945, vraisemblablement "suicidé" par les services secrets britanniques [10].

Les idées fondamentales de Heinrich Himmler

Guerre totale à toutes les puissances du « vieux monde moderne »

Le 3 juillet 1938, il déclare devant une assemblée des élèves de Napolas : « Nos ennemis sont nombreux, très nombreux, et vous-mêmes, en tant que nationaux-socialistes, vous les connaissez : le capital dans son ensemble, la judaïsme dans son ensemble, la franc-maçonnerie dans son ensemble, les démocrates et les bourgeois de la terre dans leur ensemble, les bolchevistes de la terre dans leur ensemble, les Jésuites de la terre dans leur ensemble… ». Le 8 novembre 1938, devant les généraux SS, il développe cette notion de combat pour la conception-du-monde : « Nous devons avoir clairement conscience que nous aurons affaire, au cours des dix prochaines années, à des affrontements d'une violence inouïe. [...] il s'agit du combat idéologique contre tous les Juifs, les francs-maçons, tous les marxistes et toutes les Eglises du monde. Ces forces savent - et je considère les Juifs comme leur élément moteur, comme le principe négatif même -, elles savent que si l'Allemagne et l'Italie ne sont pas détruites, c'est elles qui le seront »[11].

Le « nordicisme » de Himmler, mythe et réalité

Contrairement à ce qui a souvent été raconté, le « nordicisme » de Himmler n'avait rien d'une « obsession de la blondeur » mais était beaucoup plus subtil. En fait, pour lui comme pour d'autres dirigeants NS, la race nordique était bien davantage un idéal à atteindre - voire un idéal inatteignable mais devant être poursuivi par principe - qu'une réalité factuelle à défendre. Le « nordicisme » est au fond plus moral et spirituel que physique. La « renordification » (Aufnordung) de Himmler ne doit pas être comprise comme la création utopique d'une « nouvelle race pure », mais comme une œuvre visant à « débrouiller » (Entmischung), en s'aidant notamment de mesures eugéniques, le sang nordique masqué au sien d'un patrimoine héréditaire devenu mêlé au fil des siècles[12].


L'excès de masculinisation et la condamnation de l'homosexualité

Himmler reproche aux homosexuels d'être des menteurs maladifs et impénitents. Il considère qu'elle mène à une « totale extravagance intellectuelle, à une totale irresponsabilité ». Il s'en prend très clairement à Blüher, qui influence selon lui de manière très négative le mouvement de jeunesse, par son culte excessif de la masculinité.

« A mon avis, il y a une trop grande masculinisation de notre vie; nous allons jusqu'à militariser des choses inimaginables; je le dis très franchement, rien n'est aussi parfait que notre manière de faire avancer les hommes en rang et de faire les paquetages. Mais je trouve catastrophique de voir les filles et les femmes - les jeunes filles surtout - circuler à travers le pays avec des paquetages parfaits. Cela donne envie de vomir. Je trouve catastrophique de voir les organisations féminines [...] s'occuper de choses qui détruisent le charme, la dignité, la grâce de la femme. [...] nous masculinisons les femmes de telle sorte qu'à la longue la différence sexuelle, la polarité disparaissent. Dès lors, le chemin qui mène à l'homosexualité n'est pas loin »[13].

Un antichristianisme radical

Ce que Himmler déteste le plus dans le christianisme est la morale bourgeoise et, en particulier, le mépris du corps. Celui-ci mène inévitablement à la disparition de la race.

Himmler rejette en bloc le christianisme au nom d'une autre vision du monde, une vision radicalement biocentrique.

« Nous devons en finir de manière encore plus déterminée avec le christianisme [...], avec cette peste, la pire maladie qui nous ait atteints dans toute notre histoire, qui a fait de nous les plus faibles dans tous les conflits. [...] Nous devons inventer de nouvelles échelles de valeurs pour toutes les choses »[14]. Contrairement à d'autres nationaux-socialistes, il ne cherche pas à réformer les christianisme dans un sens germanique ou national-socialiste, mais à tracer une ligne nette de démarcation avec toutes les communautés chrétiennes.

Une initiative symbolique de haute importance prise par Himmler dans ce sens est l'inauguration, à l'occasion du solstice d'été 1935, du « bosquet des Saxons » (Sachsenhain). Il s'agissait de 4500 pierres levées, rangées en une double ellipse, en mémoire du massacre perpétré par Charlemagne dans la lande de Verden en 782 et durant lequel 4500 Germains restés fidèles à l'ancienne religion furent assassinés. L'inauguration et lieu en présence de Himmler et de Rosenberg[15].

Une réhabilitation de la femme

Pour Himmler, les femmes avaient été les gardiennes les plus fidèles de l'ancienne religion germanique et étaient également appelées à devenir les meilleures gardiennes de l'idéal national-socialiste[16]. On peut rappeler à ce sujet un gigantesque travail de recherches sur les sorcières commandé à l'Ahnenerbe[17].

« La dépréciation de la femme est une attitude typiquement chrétienne; et à notre époque - et bien que nous soyons nationaux-socialistes - nous avons repris cet héritage mental. [...] Nous devons bien voir que le mouvement, la conception du monde nationale-socialiste, ne peuvent subsister que s'ils sont portés par les femmes; car les hommes saisissent les choses avec leur entendement, alors que la femme les saisit avec son cœur. Ce sont les femmes allemandes qui ont fourni le plus de victimes aux procès de sorcellerie et d'hérésie, et non les hommes. La prêtraille sait très bien pourquoi elle a brûlé de cinq à six mille femmes; c'est justement parce qu'elles s'accrochaient sentimentalement à l'ancienne science et à l'ancienne doctrine, parce que leurs sentiments et leur instinct ne leur permettaient pas e s'en détourner; alors que les hommes, de manière logique et conforme à leur intelligence, avaient changé leur fusil d'épaule »[18].

En accord avec ses convictions, Himmler défendait en matière sexuelle une orale suérieure sans aucun rapport avec le moralisme bourgeois, le seul cadre à respecter étant évidemment celui de l'hétérosexualité. Il demandera aussi que la SS accepte les naissances hors mariage. Il se prononcera même en faveur de certaines formes de polygamie, estimant, sur la base d'études relatives au mariage chez les anciens Germains, qu'un deuxième mariage ou Friedel-Ehe avait existé chez eux et avait été toléré, pourvu que la liaison donnât des enfants. Selon lui, la famille SS devait avoir entre quatre et six enfants[19].

Jugements

« Il avait des mains petites, bien formées, délicates et soigneusement manucurées, bien que ce soit interdit chez les SS. Il était aussi à ma grande surprise extrêmement affable. Il donnait des preuves d’un sens de l’humour, tendant vers le macabre. Assurément, il n’y avait rien de diabolique dans son apparence. Je n’observais pas non plus dans son regard les signes de cette dureté glaciale dont j’avais tant entendu parler. Himmler semblait être une personnalité très vivace, incliné à la sentimentalité en ce qui concernait ses relations avec le Führer et avec une grande capacité à l’enthousiasme. »

Comte Folke Bernadotte de Visborg

« Cet homme était l’esprit démoniaque de Hitler. Froid, calculateur et ambitieux, il était incontestablement la personnalité du Troisième Reich la plus résolue et la plus dépourvue de scrupules. »

Général Friedrich Hossbach, aide-de-camp d’Adolf Hitler d’août 1934 à janvier 1938, in Zwischen Wehrmacht und Hitler, 1949.

« Himmler semblait être un homme venant d’une autre planète. »

Général Heinz Guderian, chef de l’état-major de l’armée de terre allemande et architecte de la tactique de la Blitzkrieg.

« Je n’ai jamais réussi à regarder Heinrich Himmler droit dans les yeux. Ceux-ci étaient toujours dissimulés par le battement de ses paupières derrière son pince-nez. Maintenant, cependant, je peux les voir grâce aux photographies et je pense que je peux détecter une chose dans son regard : de la méchanceté. »

Alfred Rosenberg, ministre du Reich et principal idéologue du NSDAP.

Littérature primaire

  • Heinrich Himmler, Discours secrets, Bradley F. Smith et Agnes F. Peterson (éd.), intro. par Joachim Fest, Gallimard, Paris, 1978.

Bibliographie

  • Philippe Baillet, « Heinrich Himmler, Reinhard Heydrich et l’incarnation de l’idéal national-socialiste », in : Tabou, vol. 20, 2013, p. 7-68.
  • André Brissaud, Hitler et l'Ordre noir, Perrin, 1969.
  • Joseph Bellinger, La Mort d'Himmler. Suicide ou assassinat ?, Akribeia, 2007, 488 p.
  • Christian Bouchet, Karl Maria Wiligut le Raspoutine d’Himmler, Avatar, 2007.
  • Peter Longerich (trad. Raymond Clarinard), Himmler : biographie : l'éclosion quotidienne d'un monstre ordinaire, Paris, éditions Héloïse d'Ormesson, 2010, 916 p.
  • Edwige Thibaut (dir.), Heinrich Himmler : esquisses d'une vie, textes de Léon Degrelle, Gebhard Ludwig Himmler et alii, Edwige Thibaut, Éditions Déterna, Paris, 2016.
  • Edwige Thibaut (dir.), Heinrich Himmler, Chroniques d'un destin, textes de Léon Degrelle, Gebhard Ludwig Himmler et alii, édition revue et augmentée, Versipellis, Maraye-en-Othe, 2020, 190 p.[20].
  • Edwige Thibaut, Wewelsburg - Histoire d'un nouveau Montsalvat, Versipellis, Maraye-en-Othe, 352 p.
  • Michael Wildt et Katrin Himmler, Heinrich Himmler d’après sa correspondance avec sa femme, 1927-1945, Plon, 370 p.
  • Bill Yenne, Himmler et l'Ordre noir - Les origines occultes de la SS, Camion noir, 470 p.

Notes et références

  1. Philippe Baillet, « Heinrich Himmler, Reinhard Heydrich et l’incarnation de l’idéal national-socialiste », in : Tabou, vol. 20, 2013, p. 7-68.
  2. Longerich, op. cit, p. 92.
  3. Baillet, op. cit.
  4. Sippengemeinschaft
  5. Le couple Ideologie/ideologisch est extrêmement rare dans la littérature nationale-socialiste, contrairement aux récurrents Weltanschauung/weltanschaulich. Une traduction exacte de l'adjectif serait donc « ce qui est afférent à/ce qui relève de la vision du monde », mais, pour éviter une évidente lourdeur, la plupart des traducteurs se sont résignés à employer « idéologique ».
  6. Discours du 8 novembre 1937, cité in : Longerich, op. cit., p. 346
  7. Le terme de « Nuit des longs couteaux » n'a pas cours dans l'historiographie allemande, qui emploie le nom de Röhmputsch.
  8. Julius Evola, Le Fascisme vu de droite - Suivi de : Notes sur le IIIe Reich, Cercle Culture et Liberté 1981, 2ème éd. : Pardès, 1993, 214 p.
  9. Julius Evola, op. cit..
  10. Document « Dernier jour de la vie de Himmler : le témoignage autorisé du capitaine Selvester » : [1].
  11. cité in : Baillet, op. cit.
  12. ibidem.
  13. Heinrich Himmler, Discours secrets, voir infra, p. 89.
  14. ibidem, p. 156-157.
  15. Baillet, op. cit.
  16. Baillet, op. cit.
  17. Longerich, op. cit., p. 223
  18. Himmler, op. cit., p. 93.
  19. Baillet, op. cit.
  20. L'ouvrage est disponible chez l'éditeur et diffuseur Akribeia