Division Charlemagne

De Metapedia
Aller à : navigation, rechercher
Blason de la Division Charlemagne

La 33e division SS de grenadiers volontaires Charlemagne (en allemand : 33. Waffen-Grenadier-Division der SS „Charlemagne“ (französische Nr. 1), dite Division Charlemagne, est l'une des 38 divisions de la Waffen-SS qui sert durant la Seconde Guerre mondiale. Elle est constituée de Français volontairement engagés sous l'uniforme Waffen-SS pour combattre le bolchevisme.

Affiche de recrutement

Repères chronologiques

La Division Charlemagne a été formée à partir de la Sturmbrigade, de la LVF et des hommes de divers organismes collaborationnistes qui avaient retraité de France devant l’avance des Alliés. Le numéro 33 a été attribué à cette Division suite à la destruction et dissolution de la 33ème Division de Waffen-Kavallerie der SS (Ungarnische Nr 4).

Octobre 1944

La plupart des volontaires français sont envoyés au camp de formation de Wildflecken, en Franconie, où plus de 7.000 hommes sont rassemblés. Les unités de la nouvelle brigade proviennent de la LVF, de la W-SS Sturmbrigade et de divers autres éléments : Organisation Todt, Kriegsmarine, NSKK, Flak.

A ces hommes, déjà accoutumés à servir dans les rangs allemands, s’ajoutent 2.000 membres de la Milice. Il semblerait que quelques SS du Bezen Perrot les aient rejoints, mais ceci n’est pas confirmé.

L’amalgame entre ces divers éléments ne sera pas fait facilement. Au-delà des habituelles polémiques concernant les conflits politiques internes et l’hésitation de certains à porter les runes SS, nous y voyons plutôt les difficultés classiques quant à l’amalgame, dans l’urgence, d’unités aux expériences et aux qualifications militaires très différentes, le tout à une époque où la logistique ne fonctionne plus avec la précision toute germanique du début de la guerre. Certes, les anciens du Front de l’Est, LVF et Sturmbrigade, ont peut-être considéré comme des "bleus" ceux qui arrivaient de France, mais cela aurait été valable dans n’importe quelle unité de n’importe quelle armée.

Février 1945

La brigade Charlemagne devient Division et prend le nom officiel de 33ème Waffen-Grenadier-division der SS “Charlemagne” (Franz. n° 1). La formation des grenadiers a duré seulement trois mois, beaucoup de spécialistes n’ont pas fini leur formation et l’équipement lourd n'a pas encore été reçu. La nouvelle Division est néanmoins considérée comme opérationnelle et envoyée vers le front de Poméranie en plusieurs convois ferroviaires le 17 février 1945.

La situation est particulièrement sérieuse pour les Allemands car les forces soviétiques ont lancé une offensive de la Vistule vers la côte balte, essayant d'encercler les troupes allemandes de Dantzig et de Poméranie. Leur objectif est visiblement la ville de Stettin et le delta de l'Oder.

Bataille De Poméranie

  • 17 février 1945 : Les volontaires français seront positionnés à la charnière de deux armées soviétiques en progression. Ils ont atteint Hammerstein entre Stettin et Dantzig, à cent kilomètres de la mer, convoi après convoi, et sont envoyés à la rencontre des unités blindées soviétiques sans avoir eu le temps de se regrouper et de recevoir leur équipement lourd.
  • 22 février 1945 : Les premiers éléments du régiment 57 sous le commandement du Hauptsturmführer de Bourmont atteignent Hammerstein.
  • 24 février 1945 : Deux jours plus tard, le régiment 58 arrive dans la ville. C'est alors que la campagne de Poméranie commence. Plus de cinquante chars soviétiques sont détruits en quatre jours. Le climat est encore affreux en ce mois d'hiver. Ils se déplacent uniquement à pied et personne n'a idée de la situation réelle en atteignant la ligne de front. Dès le 25 février, les quatre bataillons d'infanterie de la Division Charlemagne sont disloqués et forcés à retraiter plus ou moins dans le désordre, après avoir subi de lourdes pertes. Seuls deux points de résistance demeurent, leurs défenseurs encerclés, à Barenhutte et Elsenau où de furieux combats continuent. La ligne de front n'existe plus. Jetés dans la bataille par éléments dispersés, ils ne peuvent pas constituer longtemps un front continu et sont rapidement débordés par les vagues russes. Il n'y a pas de liaison par radio entre les unités ou avec le Q.G., aucun appui d'artillerie, aucune intervention de panzer, aucun appui aérien. Même les liaisons avec les autres unités du secteur, qui sont censées être tenues par des volontaires Waffen SS lituaniens, se révèlent rapidement impossibles: la plupart des unités lituaniennes, durement attaquées, retraitent également.
  • 25 février 1945 : le Sturmbannführer Reybald arrive à Hammerstein avec le régiment 58.
  • Nuit du 25 au 26 février 1945 : le Q.G. du régiment 57 est situé à Barenwalde. L’Obersturmführer Artus est tué avec son panzerfaust pendant une attaque de T34. Les deux bataillons du régiment 57 engagent une contre-offensive : le Hauptsturmführer Obitz (Vétéran de la LVF) réussit à occuper sans trop de difficultés le village de Barkenfelde. Fenet tombe sur les Russes qui occupent Heinrichwalde. Une de ses compagnies a atteint le centre du village mais les troupes soviétiques, trop nombreuses, menacent d'encercler le bataillon entier. Fenet doit se retirer. L'Untersturmführer Counil est tué d'une balle dans la tête. Obitz est encore attaqué à Barkenfelde et doit abandonner le village après des combats violents. Le bataillon Monneuse, du régiment 58 fraîchement arrivé, joint le bataillon Obitz au croisement ferroviaire de Barenhutte, s'impliquant immédiatement dans les combats.
  • 26 février 1945 : Krukenberg et le reste du Q.G. divisionnaire sont à Elsenau. Le deuxième bataillon du régiment 58, sous le commandement du Hauptsturmführer Berret (vétéran de la LVF), arrive enfin à Hammerstein et se précipite au combat. Le Q.G. de la division est attaqué par des T34, l’Obersturmführer Weber et sa compagnie de protection entrent en action. Pire, les deux régiments de la Charlemagne sont enterrés au croisement ferroviaire de Barenhutte sous les coups de boutoir de deux brigades blindées et de quatre divisions d'infanterie! La Charlemagne perd sa coordination. L’Obersturmführer Puaud tient la ville de Barenhutte avec 3.000 hommes. Le Hauptsturmführer de Bourmont se précipite au nord pour atteindre Elsenau où se trouve le Q.G. de la division. Elsenau est perdu malgré la destruction de trente-deux chars russes. La retraite du Q.G. vers la mer baltique, vers le nord, commence.
  • Nuit du 26 au 27 février 1945 : Puaud et 3.000 hommes réussissent à s’échapper de Barenhutte et rejoignent le bataillon Fenet (Rgt 57) à Hammerstein puis se dirigent ensemble vers Neustettin. Là, ils retrouvent Bassompierre (vétéran de la LVF et de la Milice), Fayard qui commande la Flak (Vétéran de la Sturmbrigade) ainsi qu'environ cent W-SS français, arrivant juste de Wildflecken. La Charlemagne a déjà 500 morts, 1.000 disparus, sans mentionner les blessés.
  • 28 février 1945 : les SS français marchent vers Belgard pour une réorganisation. Cependant, quelques hommes ont été laissés à Neustettin, un bataillon placé sous les ordres d'un militant du PPF, l’Obersturmführer Auphan. Ces trois cents W-SS tiendront plus de douze heures et retarderont l'avance des Soviétiques. C’est seulement après que les Russes eurent pris la gare ferroviaire que les derniers W-SS, appartenant à la Flak de l'Untersturmführer Fayard, retraiteront. La Division Charlemagne arrive à Bad Polzin à pied et fait mouvement vers la mer baltique, direction Kolberg. Ils feront quatre-vingts kilomètres en 24 heures. Les routes sont gelées, les coups de vent et les bourrasques de neige fouettent les hommes surchargés de matériel.

Mars 1945

  • 1er mars 1945 : Ils arrivent à Belgard; Christian de La Mazière s’en souvient dans ses mémoires : "Nous n’avions que peu de choses avec nous. L'armement, les provisions étaient restés à Hammerstein ". Quelques renforts arrivent : le bataillon de réserve de la Division venant de Greifenberg (Standartenführer Zimmermann). Krukenberg et le Q.G. divisionnaire sont également à Belgard.
  • 2 mars 1945 : La Division est de nouveau réorganisée : Le Hauptsturmführer de Bourmont commande le régiment de réserve. Le Sturmbannführer Reybald prend en charge le "régiment De Marche" composé de 2 bataillons, celui de Fenet et celui de Bassompierre. Les deux bataillons comptent 1 200 hommes organisés en huit compagnies.
  • Nuit du 3 au 4 mars 1945 : Korlin est la ville à défendre, les deux régiments s’y installent. La Mazière : "Nous avons pris un maximum d’armes légères, fusils et sturmgewehr. Le plus lourd, mitrailleuses MG 42 qui, avec leurs munitions, pèsent 20 kilos." Quelques unités perdent le contact tout en se déplaçant vers leurs positions. Une section de Waffen-SS (Obersturmführer Pinsard-Berthaz) s'est retrouvée combattant avec des W-SS hollandais. Les 4 bataillons engagent le combat, Reybald est sévèrement blessé (Croix de fer de 1ère classe). La bataille ne mène plus vers le nord mais vers le sud, vers Belgard. La Mazière : "Les forces soviétiques arrivent maintenant en nombre. Elles avaient commencé, à l'est, à tester notre défense : elles ont solidement tenu. Il semble dorénavant qu'elles attaqueront par le sud-est. Les défenseurs de Belgard, nous venons de l'apprendre, retraitent. Les Français, qui ont combattu ici aux côtés des Allemands, se retirent vers Stettin, les renforts n’arrivant pas". Une percée doit être effectuée, Vaugelas devant, avec le personnel du Q.G. aussi bien que le premier bataillon de Fenet. Les deux bataillons de réserve suivront (Bourmont et Puaud) et enfin le deuxième bataillon (Bassompierre) couvre l’arrière.
  • 4 mars 1945 : A 5 heures du matin, les chars soviétiques sont dans les banlieues de Kolberg. La Division Charlemagne et beaucoup d’unités allemandes sont prises dans un piège qui ressemble étrangement à celui de Dunkerque en mai 1940. La position évolue dangereusement pendant la matinée du 4 mars. Les chars soviétiques ne peuvent pas mener leur avancée vers le port. Après avoir isolé et encerclé Kolberg, ils se replient vers l'est pour réduire la poche qui s'est formée dans la région de Belgard et de Korlin. "Vraiment, cela commence à être inquiétant. Il ne reste aucune sortie, à part un petit couloir, au nord-ouest, vers le Q.G. de Krukenberg".
  • Nuit du 5 au 6 mars 1945 : Entre 1 et 2 heures du matin, les SS du bataillon Fenet arrivent devant Belgard. Le ciel est illuminé comme en plein jour. La ville brûle. Les soldats de la Wehrmacht qui défendent cette ville autrefois calme combattent maintenant au corps à corps. Les rues sont encombrées de cadavres et de véhicules abandonnés sur lesquels les maisons s'effondrent. Dirigé par Krukenberg et Fenet, le bataillon suit sa route au sud-est, dans la direction de la base arrière de Greifenberg. Derrière eux, les 3 autres bataillons suivent. Vers 1 heure du matin, l’Oberführer Puaud décide d’essayer de rattraper l'avant-garde mais, au départ de Korlin, le régiment de réserve prend du retard. Plus de deux mille hommes piétinent dans la neige fondue. Les officiers essayent de reformer des sections et des compagnies. Le moral n'y est plus. Le 2ème bataillon Bassompierre tient toujours Korlin. "Six heures, douze heures, vingt-quatre heures. Le soir tombe, néanmoins, nous avons compris que la fin approche. Les Russes qui ont attaqué de tous les côtés nous écraseront le jour suivant. Notre groupe avait subi de lourdes pertes: de 750, nous n’étions plus qu’environ 350 hommes ". Le bataillon a essayé de s’échapper via le chemin de fer Korlin-Belgard. Le bataillon sera dispersé, écrasé en dépit de toute l’énergie et du courage des vétérans de la LVF. Les Russes captureront Bassompierre le 17 mars.
  • 6 mars 1945 : Après avoir atteint Belgard, les hommes du régiment de réserve sous le commandement de Puaud et de Bourmont tirent profit du brouillard pour traverser une plaine. Mais le brouillard se dissipe très rapidement. Ils sont encerclés. La colonne de Puaud est détruite peu après 8 heures du matin, faisant face sans munitions à une unité d'infanterie et de chars russes. L’Oberführer Puaud est blessé à la jambe et disparaît comme de Bourmont, disparus pour toujours. Un ancien survivant se souvient : "Environ 3.000 hommes se trouvaient par un matin froid et pluvieux dans une forêt de pins, près de Belgard. Notre groupe a atteint une plaine couverte de neige. Les hommes épuisés ont marché dans un couloir d'environ quinze mètres. Soudainement, le soleil est apparu, absorbant la brume et les tirs ont commencé. Les Russes étaient là. Pris entre les deux feux, les soldats sont tombés ou ont tenté de fuir, une fois en arrière, l’autre en avant. Les officiers ont essayé de rassembler leurs troupes, mais ils sont tombés. Les tirs russes se sont rapidement concentrés. Fusils, mitrailleuses, canons légers, canons lourds, mortiers nous ont pris pour cible, la neige volait, déchirée et obscurcie par les explosions. Trop fatigués pour courir, trop nerveux pour se coucher, nous avons marché sans arrêter de tirer, nous relayant pour porter la mitrailleuse. Nous sommes parvenus à la lisière de la forêt. Regardant derrière moi, j'ai vu que la plaine, blanche quelques instants plus tôt, était devenue noire. Les chars ennemis et l’infanterie la parcouraient, achevant les blessés." Ce qui reste de la Division consiste en quelques groupes isolés et trois bataillons, un à Dantzig, un à Kolberg (totalement encerclé) et le 1er bataillon du Hauptsturmführer Fenet, environ 500 hommes. Ils marchent pendant presque trois jours et atteignent la ville de Meseritz, la colonne s’est agrandie par l’arrivée de soldats isolés, de quelques étrangers mais également de Français. La division qui est maintenant réduite à un bataillon se réorganise à Meseritz. Le bataillon est constitué de 4 compagnies de 200 hommes chacune, plus de 300 isolés ont réussi à rejoindre la Division. Fenet est décoré de la Croix de Fer de première classe. Pour les civils des villes telles que le Zarnefanz (près de la plaine de Belgard), la colère russe sera terrible. Les habitants qui n'ont pas été abattus seront contraints au travail forcé.
  • 7 mars 1945 : Les Waffen-SS français se précipitent à Greifenberg ou ils pensaient pouvoir combattre, mais c’est impossible, les Russes sont partout et avancent trop rapidement. Pour échapper à l'annihilation pure et simple, il est nécessaire de retraiter vers la mer Baltique. Combats encore à Gorke, encore des morts, toujours ces femmes violées et ces vieillards torturés à mort par les Russes. Les Français ne peuvent plus rien pour les Poméraniens.
  • 8 mars 1945 : Anniversaire du Gruppenführer Krukenberg. Le bataillon avance vers Zapten, les W-SS sont affamés et souffrent de la dysenterie.
  • 9 mars 1945 : La mer est enfin en vue, le bataillon se fractionne en deux : une partie vers Horst et les autres vers Rewahl.
  • 11 mars 1945 : Les troupes russes sont signalées partout. Menacé à nouveau d’être encerclé, le bataillon doit tenter une percée vers l'ouest, suivant la côte. Le bataillon est scindé en deux, une avant-garde et une arrière-garde; entre les deux, 5.000 réfugiés civils. Les Français sont soutenus par deux navires de la Kriegsmarine qui martèlent le sommet des falaises où se trouvent les troupes soviétiques ainsi que quelques points de résistance sur la plage. Le Hauptsturmführer Roy, avec quelques chars Tigres et Panther de diverses divisions, tiendra le dessus des falaises, avec l’aide de parachutistes allemands. Les Français ouvrent la marche de toutes leurs forces, des morts encore. La percée sera terrible.
  • 12 mars 1945 : Dievenow est enfin en vue, ils rejoignent quelques troupes de la Wehrmacht et des Waffen-SS. Ils traversent l'Oder sur des bateaux et arrivent enfin à Korlzow, sur l’île de Wollin puis le jour suivant Swinemunde. La sanglante bataille de Poméranie est finie. Ils viennent de sauver 5.000 civils. Cela sera remarqué par le Reichsführer SS Heinrich Himmler. "Tenant pendant 48 heures Korlin, les SS français ont permis l’exécution des plans de l'OKW. Le sacrifice des centaines de camarades disparus n'a pas été inutile."

La réorganisation de la "Charlemagne" derrière la ligne de la défense est allée de pair avec de grandes difficultés. Beaucoup d'anciens Miliciens ne veulent plus continuer le combat. Le moral est cassé. Krukenberg relève les SS français de leur serment. 400 hommes finiront la guerre dans des unités du génie militaire.

Les dernières batailles

Französisches freiwilligen-sturmbataillon der SS "Charlemagne" : Fin mars 1945, 1.000 survivants de la Charlemagne sont regroupés près de Neustrelitz. Le Brigadeführer Krukenberg fait appel à des volontaires, plus de 600 acceptent de combattre jusqu’à la fin. 300 seulement, sous le commandement du Hauptsturmführer Fenet, pourront monter à bord des 9 camions que Krukenberg avait pu obtenir pour emmener à Berlin les derniers renforts.

Berlin avril 1945

25 avril 1945 : Henri Fenet, ancien lieutenant de l'infanterie coloniale, blessé deux fois devant Verdun en juin 1940 et de nouveau blessé en Galicie dans la Sturmbrigade, commande la compagnie. Il y a quelques semaines, il a réussi à sortir son bataillon de l'enfer de Poméranie, la percée célèbre de Dievenow. Il a reçu pour cela, avec la croix de fer de première classe, le grade de Hauptsturmführer. Cet homme de 25 ans dirige un petit Sturmbataillon composé de 4 compagnies (fortement réduites) et de la Compagnie d’honneur de Weber. Le 25 avril, ils s'embarquent et partent pour Tempelhof. Les véhicules des SS français sont bloqués un peu avant la capitale, un pont ayant été détruit par des Volksturm les ayant pris pour des Russes. Ils continueront à pied. La marche sera longue et pénible, des kilomètres en portant les panzerfaust, les grenades, les MG42 et les munitions. A l’arrivée, les volontaires prennent quelques heures de repos dans la forêt de Grünewald. Il est confirmé que le Sturmbataillon Charlemagne a été la dernière unité à entrer dans Berlin avant que la ville ne soit complètement encerclée par les forces soviétiques. Le Brigadeführer Krukenberg se présente au Général Weidling, commandant des forces de Berlin. Là, il est informé qu'il doit également prendre le commandement des volontaires de la Division SS Nordland, constituée de Hollandais, de Danois et de Suédois. Il semble que quelques Anglais en fissent partie, mais ceci n'est pas confirmé. Il garde sous ses ordres directs la Compagnie d’honneur de l'Obersturmführer Wilhelm Weber. Les autres troupes françaises sont divisées en quatre compagnies fortes de 60 à 80 hommes chacune. A Tempelholf, le Sturmbataillon aide les feldgendarmes à filtrer les déserteurs de l’armée allemande des civils en fuite.

  • 26 avril 1945, 6.00 heures du matin : Le Sturmbataillon est engagé dans le secteur de Neukölln, au sud-est de Berlin. Quelques chars du régiment Panzer de la Nordland, y compris un Koenigstiger, soutiennent une attaque qui se heurte à une farouche résistance des soviétiques. Très rapidement, les premiers chars russes sont en flammes. Trente seront détruits ce jour-là, ainsi que de nombreuses pièces antichar. L'artillerie soviétique détruit une section de réserve imprudemment regroupée : 15 cadavres couvrent le trottoir et la chaussée. En une seule matinée, la moitié des W-SS français sont hors de combat. On compte les morts et les disparus par douzaines. Le souci principal, maintenant que l'attaque française s’est révélée un échec, est de regrouper les troupes, y compris ceux qui ont été isolés par l'avance russe dans le secteur, pour une nouvelle mission. Le Hauptsturmführer Fenet a positionné son Q.G. à l’hôtel de ville. Blessé au pied, il doit se faire porter sur une chaise pour continuer à diriger ses hommes. A minuit, il reçoit l’ordre d’atteindre la Hermannplatz. Il laisse derrière un groupe dirigé par un de ses officiers fidèles, l’Obersharführer Hennecourt, pour regrouper tous ceux qui ont été isolés par le retrait. Un groupe de Hitlerjugend combat avec les Français.
  • Nuit du 26 avril : Les survivants sont regroupés à Belle-Alliance Platz. La 1ère compagnie de l'Untersturmführer Labourdette est envoyée en mission à l’aéroport de Tempelhof. La deuxième compagnie a perdu son commandant, l’Obersturmführer Michel. La 3ème compagnie, qui compte dorénavant moins de trente hommes, est commandée par l’Obersharführer Rostaing, un vétéran de la LVF. La quatrième compagnie, plus nombreuse, en l'absence de son commandant l'Obersturmführer Olliver, occupé dans un autre secteur, est commandée par un authentique prince russe, le Standartenjunker Protopopoff.
  • 27 avril 1945 : Ayant regroupé ceux de ses hommes qui sont encore valides, le Hauptsturmführer Fenet leur accorde quelques heures de repos dans la brasserie Thomas Keller, et va au Q.G. de la Division Nordland pour y recevoir les instructions du Brigadeführer Krukenberg. Le Standartenoberjunker Douraux est avec lui. Après un arrêt à l’unité médicale dans les sous-sols de la Reichsbank, le commandant de bataillon cherche son commandant. Il le trouvera dans les sous-sols de l’Opéra, situé sur Unter den Linden. Fenet apprend que son bataillon sera divisé en petits groupes de 8 hommes chacun, chargés de combattre de nuit les chars dans les rues de la capitale. De jour, les Français vont donc se retirer de leurs positions pour rejoindre les sous-sols de l’Opéra. Ces déplacements se feront par les tunnels du Métro de Berlin. Le Q.G.de division se déplace à la station de métro de Stadtmitte, dans un wagon éclairé par des bougies. Dans cet étrange décor, Krukenberg distribue quelques croix de fer gagnées pendant les combats de Neukölln.
  • Nuit du 27 avril 1945 : Les chars russes se rassemblent à proximité de Belle-Alliance Platz. Une demi-douzaine d'entre eux réussissent à lancer une attaque en direction du ministère de la justice du Reich, le long de la Wilhelmstrasse. Ils seront finalement détruits à proximité du bunker de Hitler.
  • 28 avril 1945 : Tôt le matin, Weber et ses hommes attaquent les chars russes. Les combats de cette sorte ne s’arrêteront qu’à la fin de la bataille de Berlin. Une sorte de compétition s’engage entre les volontaires pour savoir qui détruira le plus grand nombre de chars ennemis. Maintenant que tout est perdu, les hommes de la Charlemagne prennent tous les risques. L’Untersharführer Eugène Vaulot détruit son quatrième char russe au panzerfaust. Ses camarades occupent les avant-postes et attendent les blindés ennemis cachés derrière quelques ruines, ne tirant qu’à la dernière minute. Les Soviétiques doivent utiliser des canons et mortiers d’artillerie pour essayer de se débarrasser de ces chasseurs de chars qui causent de lourdes pertes. Certains isolés finiront le combat avec d'autres volontaires étrangers. En dépit de ses blessures et de l'interdiction de son commandant, le Hauptsturmführer Fenet est avec ses hommes sur la ligne de feu. Il coordonne l'action des petits groupes qui ne cessent de s'opposer à l'avance irrésistible des chars soviétiques. Il retrouve l’Obersturmführer Weber, qui, bien que ne parlant pas un mot de français et étant surnommé "cyclone", jouit d’une très grande popularité dans sa Compagnie. Il vient juste de détruire le T34 qui brûle à quelques mètres. Seuls les chars russes sont jusqu'ici entrés en action et les W-SS français n’ont pas eu encore l'occasion de s'opposer à l'infanterie soviétique dans le secteur de Berlin qu'ils occupent, entre la Wilhelmstrasse et la Friedrichstrasse. Fenet parvient à joindre ses agents de liaison qui lui rapportent les moments terribles qu'ils viennent de vivre. Après la mort de l’Untersharführer Millet, tué le 26 avril, son ami Riberto l’a remplacé. Il a mené une attaque contre un bâtiment tenu par les Soviétiques et, avec d'autres agents de liaison, éliminé un groupe d'environ cinquante adversaires. Quelques heures plus tard, il lance encore une attaque avec son ami l’Untersharführer Lacombe, alias Bicou, 18 ans, le plus jeune sous-officier du bataillon français. En compagnie de leur ami Designer, un ancien pompier de Paris, ils combattent au pistolet et à la grenade dans les ruines d'un bâtiment occupé par les Russes. Très sérieusement blessé, Riberto perdra un œil, comme un autre Français, Boural, qui a été blessé à Neukölln. Ce dernier survivra et entrera dans les ordres après la guerre.
  • Nuit du 28 avril 1945 : Les Français entendent les cris des femmes allemandes, violées par des soldats dans les sous-sols des bâtiments proches.
  • 29 avril 1945 : A l'aube, les chars russes essayent encore de progresser le long de la Wilhelmstrasse. Le tir des panzerfaust français bloquent les premiers. Mais les autres chars répliquent, tirant pour essayer d'effondrer les bâtiments où les W-SS sont embusqués. Vaulot détruit quatre nouveaux chars, alors que son ami l’Untersharführer Albert Brunet en élimine trois. Le Hauptsturmführer Fenet doit ordonner la retraite, son Q.G. totalement dévasté par les obus, et les survivants de ses unités reculent, menacés d’encerclement. L’infanterie russe commence à s’infiltrer de part et d’autre de sa position. Ses hommes ont mis le feu aux bâtiments pour couvrir leur retraite. Dorénavant, les W-SS français combattront à quelques douzaines de mètres derrière leur ligne de front précédente. Ils tiennent maintenant le carrefour de Puttkammerstrasse. Le Q.G. est installé dans une librairie qui sera prise sous le feu des mortiers de 120 soviétiques. Le Standartenjunker Protopopoff est tué par un obus dans la cour arrière du bâtiment. Les Russes lancent un troisième assaut de blindés. Les obus ne cessent de frapper, les éclats sifflent partout. Le W-SS Rostaing est enterré sous les gravats et tous le croyaient mort quand il surgit, blanc de poussière, au Q.G. du bataillon pour y recevoir la croix de fer de première classe. Dans la soirée du 29 avril, les volontaires français tiennent encore et encore leurs positions. Mais ils comptent beaucoup de morts, notamment parmi les officiers, tels que les Standartenoberjunker Block et de Maignan, et beaucoup de blessés comme les Standartenoberjunker de Lacaze, Abaque, Frantz et l’Untersturmführer Berthaud. L’Untersturmführer Labourdette a disparu dans les couloirs du Métro pendant un affrontement avec une patrouille russe. Selon les hommes de la 1ère compagnie, il a été tué.
  • Nuit du 29 avril : Tout le long de la nuit, Berlin ressemble à l'enfer. Bâtiments et véhicules détruits brûlent, illuminant la nuit comme en plein jour. Une affreuse odeur de cadavres en décomposition monte des ruines. Les cris des femmes violées continuent.
  • 30 avril : L'aube du 30 avril se lève dans une atmosphère étonnante. Les Russes martèlent les derniers défenseurs de la capitale du Reich sous les fusées des "orgues de Staline". Le bruit devient de plus en plus assourdissant, alors que les colonnes de fumée noire montent dans le ciel. Un prisonnier ukrainien annonce à l’Hauptsturmführer Fenet que l'assaut final aura lieu le 1er mai. Les soldats de l'infanterie russe progressent en suivant les chars. Un T34 réussit à dépasser les avant-postes et pénètre quelques dizaines de mètres dans les positions françaises avant d’être détruit. Les Russes lancent sans arrêt de nouvelles attaques et essayent de déborder les positions françaises. Fenet décide alors de reculer d’environ cent mètres pour installer les derniers combattants français dans les bâtiments du RSHA, Prinz-Albrechtstrasse. A 18 heures, la retraite est finie et les W-SS français organisent leur dernière ligne de front dans les sous-sols où les fenêtres fournissent les postes d'observation et de tir. Très rapidement, de durs engagements les opposent à l'infanterie.
  • 1er Mai : L’Armée rouge engage le combat massivement. Des chars sont détruits quelques dizaines de mètres derrière les lignes françaises! Les sturmgewehr tirent leurs dernières balles. Le prisonnier ukrainien avait raison. Durant l’après-midi, la situation s’aggrave, le bâtiment où se trouvent les Français est en flamme, ils doivent l'abandonner pour reculer vers le Sicherheitshauptamt.
  • Nuit du 1er mai : Une dernière distribution de croix de fer aura lieu pendant la nuit, à la lueur vacillante des bougies trouvées dans les sous-sols du ministère. Au même moment, l’Untersharführer Vaulot reçoit la croix de chevalier de la croix de fer pour avoir détruit en combat singulier son huitième char. Le Brigadeführer Krukenberg prononce un petit discours où il évoque le courage des soldats français sur tous les champs de bataille du monde. Le Brigadeführer quitte son Q.G. de Stadtmitte vers minuit, se dirigeant vers le nord-ouest de la capitale pour tenter une percée. Avec lui, quelques hommes de la Charlemagne, dont l’Obersturmführer Weber et l’Obersharführer Appolot, qui viennent juste d’être proposés pour la croix de chevalier de la croix de fer, tout comme le Hauptsturmführer Fenet. Pendant la tentative de percée, Vaulot sera tué et Krukenberg sera arrêté. Certains indiquent qu'Appolot a également été tué pendant cette nuit, mais il semble en fait qu’il a réussi le tour de force de sortir de Berlin, rentrer en France et y vivre sans jamais avoir été retrouvé.
  • 2 mai 1945 : Les derniers volontaires tiennent le sous-sol du RSHA jusqu'au matin du 2 mai. Ils sont environ trente, 10% seulement des troupes engagées quelques jours avant. A l'aube, alors qu'ils se déplacent vers les bâtiments du ministère de l'air, ils voient des soldats russes et allemands qui semblent fraterniser. On aurait donc donné un ordre de cessez-le-feu ? Des voitures roulent avec des drapeaux blancs. Fenet décide de retourner au ministère de la justice du Reich pour obtenir de nouveaux ordres. A la tête de ses hommes, il croisera des soldats soviétiques qui n'essayeront même pas de les arrêter. Seul un officier, le Standartenoberjunker Douraux, blessé au bras, aura son pistolet confisqué. Avec eux, environ vingt hommes appartenant au Waffen Fusilier Batallion der SS 15 (volontaires lettons) qui a combattu dans une autre aile du ministère. Ils tentent une percée vers Pankow. Une ouverture de ventilation leur permet d'atteindre le tunnel du Métro. A la station de Stadtmitte, ils ne trouvent aucune trace de l'ancien Q.G. divisionnaire. A la station de Kaiserhof, Fenet observe par un axe de ventilation des centaines de soldats et de véhicules soviétiques qui encombrent les chaussées dévastées. Tout semble fini. Ils décident néanmoins de se diriger vers la station de Potsdamerplatz. Là, ils se cachent sous un pont, espérant échapper à la capture. Mais les Français sont bientôt découverts par des patrouilles de l’Armée rouge. Les soldats Russes confisquent leurs montres, puis leurs armes. Ils se joignent à une colonne de prisonniers. L’Untersharführer Brunet est tué d’une balle dans la tête par un soldat russe totalement ivre. Ce jeune sous-officier avait à son actif 4 des 62 chars soviétiques détruits par les W-SS Français durant la bataille de Berlin. Pour les survivants commence la captivité, puis viendra, au retour en France, l'heure du jugement et de la prison.

La défense de Kolberg

Toutes les unités de la Division Charlemagne sont disloquées depuis les combats de Körlin. Des isolés se précipitent comme ils peuvent vers Kolberg. Fritzow, à proximité, est le théâtre de violents mais courts combats, SS français contre les chars russes, de nouveau! Kolberg est déjà sous les assauts ennemis quand les Français arrivent par petits groupes le 4 mars. Dès le 7 mars, la ville est encerclée. La Charlemagne compte environ 500 hommes sur les 3.000 combattants mais la fatigue est là, ils sont épuisés. C'est un Suisse, l’Untersturmführer Ludwig, qui les commande sous l’autorité d'un lieutenant de la Wehrmacht, Hempel. Regroupés au casino de la ville, le cœur n'y est plus : le moral de la Charlemagne est cassé. Seulement 200 soldats combattront, les 300 autres travailleront simplement à ériger des barricades. Quelques autres rejoindront des unités de SS Polizei, combattront et mourront avec eux. Les SS français livrent de terribles combats de rue, ils attaquent encore de toutes leurs forces le 10 mars en compagnie des hommes de la Polizei. L’objectif, le cimetière situé dans les banlieues de la ville, est atteint; ils y resteront une journée entière. Pendant ce temps, les civils et les soldats blessés sont évacués par la mer, sous la protection de deux destroyers de la Kriegsmarine. Il ne reste plus qu'un groupe d'environ cinquante Waffen-SS valides. Les Russes sont maintenant sur la plage, les combats sont sauvages, violents et sanglants. Les Allemands ordonnent une mission de sacrifice pour permettre aux SS français d’être évacués. Dans la nuit du 18 au 19 mars, des Allemands meurent pour des Français. Ludwig est parvenu à sortir avec une poignée de ses hommes. Ils arrivent finalement au port de Swinemünde le 19 mars 1945.

Le bataillon Martin résiste à Dantzig

Des Waffen-SS de la Division Charlemagne, isolés depuis les combats de Barenwald et d'Elsenau le 27 février 1945, ne peuvent pas participer au regroupement sur Neustettin et se retrouvent encerclés dans la grande poche de Dantzig. Beaucoup de ces hommes appartiennent à la 1ère compagnie du régiment 58, commandée par l’Obersturmführer Fantin, des vétérans de la LVF, et au 2ème bataillon du régiment 57 du Hauptsturmführer Obitz. A Schlawe, ils retrouvent le Hauptsturmführer Martin qui, avec ses hommes, a juste débarqué d'un train venant de Josefstadt en Bohême! Le Hauptsturmführer Obitz rassemble environ 300 hommes de son bataillon, rejoints par environ cent canonniers d'artillerie commandés par le Hauptsturmführer Martin. Le 4 mars, ils forment un kampfgruppe d'environ 500 hommes qui sont mis à la disposition de la division SS Polizei. Obitz, blessé pendant une attaque aérienne, meurt quelques jours plus tard. Le Hauptsturmführer Martin prend immédiatement le commandement et reforme un Ersatz-Bataillon à trois compagnies de 120 hommes chacune. Le 6 mars, le bataillon Martin arrive à Neustadt. Ils prennent en charge les positions de défense dans trois villages au nord de la ville. Les Soviétiques, qui ne peuvent pas prendre tout de suite Neustadt, décident de contourner la ville par le nord, droit sur les SS français. Un tiers d'entre eux succombe aux attaques des chars russes. Les survivants essayent de se retirer vers l'est, vers Dantzig. Il reste environ cent soldats valides, les autres sont blessés, invalides et démunis d’armement. Le temps est au "repos" et à une brève réorganisation. Le 20 mars, le bataillon Martin remonte en ligne dans la région de Gotenhafen, près d’un terrain d'aviation. Ils sont avec des Hongrois, des Lettons, des Néerlandais, tous Waffen-SS. Après de violents combats contre les T34, le bataillon est retiré le 1er avril 1945; environ cent Français ont péri dans cette tourmente. Le bataillon Martin est transporté par bateau sur l’île de Hela puis par bateau encore vers le Danemark. Ils arrivent le 5 avril à Copenhague mais prennent en soirée un train pour Hambourg. Ils rejoindront par la suite les restes de la Division à Neustrelitz.

Ceux de Neustrelitz

Il reste environ 700 Waffen-SS à Neustrelitz, 300 combattants et 400 ouvriers, tous sous le commandement du Stubaf Boudet-Gheusi. Après l'assaut des forces russes, le Q.G. de la division (ce qu’il en reste) est déplacé à Zinow.

  • 27 avril 1945 : Les survivants combattent les Soviétiques en plusieurs endroits; le bataillon se retire encore davantage vers l'ouest, se dirigeant vers le Danemark. Les forces anglo-américaines sont là, attaquant les W-SS français qui sont bloqués à Bad-Kleimen.
  • 2 mai 1945 : Boudet-Gheusi a l'intention de se rendre aux Anglais, quelques W-SS enfilent des vêtements civils pour échapper à la capture et pour tenter leur chance individuellement. A 15 heures, le contact est pris avec l'ennemi qui occupe la gare de train de Bublitz à Mecklembourg. La Charlemagne, exsangue, épuisée par les marches continuelles des derniers jours, capitule...

Ceux de Wildflecken

L’évacuation du camp de Wildflecken est décidée le 29 mars 1945. C’est un régiment entier de Waffen-SS français, environ 1 200 hommes, qui prend la route sous le commandement d'un officier suisse, Ostubaf Hersche. Ils échappent plus ou moins à l'avance des unités blindées américaines qui les traquent. Le régiment, marchant jour et nuit sans presque aucune nourriture, traverse la Thuringe et la haute Franconie. Là, un ordre émanant du SS Obergruppenführer Sheperd en personne leur enjoint de rejoindre la "forteresse des Alpes", le régiment ne pouvant pas atteindre le reste des troupes W-SS dans le Mecklembourg. Le régiment, moins de 600 hommes en fait, arrive le 14 avril 1945 à Ratisbonne sur le Danube et, toujours mourant de faim, continue sa marche vers le sud. Néanmoins, une unité de Français (dont les futurs exécutés de Bad Reichenhall) participe aux combats près de Wartenberg le 18 avril. Quelques autres combattront pour la ville de Moosburg aux côtés de la nouvelle division SS "Nibelungen". De nouveau, le régiment se dédouble, une partie choisissant de continuer le combat en Autriche où ils capituleront près de Lodge. Les autres continuent leur route vers l'Italie et capitulent finalement à Bolzano dans le Tyrol du sud. Un accord est conclu avec les Anglo-Américains: ils ne seront pas remis au gouvernement français avant un an. L’accord ne sera pas respecté. La Charlemagne disparaît. Nous voici à la fin de la saga de la 33ème Waffen-Grenadier-division der SS “Charlemagne”.

Bibliographie

Articles connexes

Liens externes