Le Livret du chef de nid

De Metapedia
Aller à : navigation, rechercher

Le Livret du chef de nid est un ouvrage de Corneliu Zelea Codreanu.

Couverture d'une édition allemande du Livret du chef de nid.

Un guide politico-spirituel du militant

Le petit livre est composé de directives et d'explications, structurées en 92 points. Adressé en principe au chef de « nid », nom donné au groupe de base de la la Garde de fer, il s'agit en fait d'un guide complet pour chaque militant. Le livret aborde aussi bien les aspects les plus pratiques de la vie quotidienne d'un groupe de militants que les objectifs politiques, ainsi que, surtout, les particularités spirituelles demandées à un soldat politique.

La seconde vie d'un petit ouvrage

Après la Seconde guerre mondiale, les groupes d'exilés roumains qui ont décidé de continuer la lutte contre le communisme vont certes tenter de faire connaître ce qu'a été la tragédie de la Garde de fer. Ils traduisent peu à peu les œuvres de Codreanu à destination du public non roumain. Mais la deuxième vie du mouvement légionnaire commence véritablement en Italie. En effet, le Centro Studi Ordine Nuovo, un laboratoire politico-culturel inspiré par Julius Evola, va s'intéresser de très près à l'expérience de la Garde de fer. Dès la fin des années 1950, les jeunes « évoliens » se mettent ainsi à traduire les textes roumains en italien, à les étudier et à les diffuser. Ceux-ci deviennent célèbres dans les mouvances radicales et sont bientôt traduits en allemand, en français, en anglais.

Aujourd'hui encore, le Livret du chef de nid est considéré comme un texte de base par de nombreux groupes de Droite radicale à travers le monde.

À titre d'exemple, on peut signaler que le parti politique Forza Nuova, fondé en 1997, nomme ses sections locales « cuib » (nid, en roumain). Le groupe de rock nationaliste italien Ultima frontiera a de son côté intitulé une de ses chansons « Il Capo di cuib » (Le Chef de nid).

Textes à l'appui

Article paru dans Rivarol le 7 juillet 2021 :

Article sur Le livret du chef de nid dans Rivarol

Éditions

en français

en allemand

  • Handbuch für die Nester - Leitfaden für die Legionäre der Eisernen Garde, Regin-Verlag, Straelen, 2006, 138 p.

en italien

  • Il Capo di Cuib, Edizioni di Ar, 2009 (rééd.), 134 p.

Manipulations

En 1975 paraît en Italie un roman, Occident, dont l'objectif consiste à dépeindre les militants de la Droite radicale italienne comme des « ennemis de la classe ouvrière » et des assassins sans aucun scrupule. La figure de l'anti-héros « Franco » fait clairement référence à l'éditeur militant Franco Freda, qui dira d'ailleurs plus tard ne se reconnaître aucunement dans ce personnage.

L'auteur du roman, Ferdinando Camon, place dans la bouche de l'anti-héros en question des citations qu'il présente comme provenant du Livret du chef de nid. A la fin du livre, Camon revient sur les propos en affirmant qu'ils seraient bien authentiques : « Tout ce qui est raconté dans ce roman n'est pas le fruit du hasard ou de l'imagination : au contraire, c'est le fruit de la réalité, aussi bien en ce qui concerne les idées, qu'en ce qui concerne les évènements »[1].

On lit ainsi dans le roman :

« Chaque section pour son propre compte et chaque militant peut prendre l'initiative de la terreur. Il peut faire sauter un pont, une école, une maternelle, un cinéma, une maison, abandonner ici et là des engins qui exploseront tous en même temps »[2] (sic !)

Mais le texte de Codreanu n'a qu'un lointain rapport avec la « citation » introduite par Camon :

« Le cuib peut prendre l'initiative d'un chantier. C'est­-à-dire qu'il peut réparer un pont affaissé, un fossé, une route, une palissade, qu'il peut aider un enfant malade, réparer la maison d'un vieillard ou d'une veuve. Prendre soin des tombes abandonnées »[3].

Il s'agit donc d'une manipulation évidente et particulièrement malhonnête.

Notes et références

  1. Ferdinando Camon, Occident, Garzianti, 1975 ; traduction française : Gallimard, 1979), p. 325.
  2. Camon, op. cit., p.153.
  3. Le Livret du chef de nid, Éditions de Montag, 2020, p.11.