Jeunesses nationalistes révolutionnaires

De Metapedia
Aller à : navigation, rechercher

Les Jeunesses nationalistes révolutionnaires (JNR) sont un mouvement nationaliste-révolutionnaire français.

Basé sur la dynamique du mouvement skinhead, il a été constitué à la fois sous une forme communautaire et sous celle d'un service d'ordre.

Fondé en 1987, le mouvement cesse ses activités en 1995.

Il est réactivé par son fondateur, Serge Ayoub, en même temps que Troisième Voie, en 2010. Il est dissous par décret ministériel le 12 juillet 2013, suite à l'« affaire Méric ».

Première période

Les JNR à Paris en 1988

Les JNR sont fondées à Paris en 1987 par Serge Ayoub. Celui-ci, lors d'un séjour linguistique d'une année en Angleterre, est impressionné par la dynamique et la politisation du mouvement skinhead britannique. Il lui apparaît comme un moyen actuel de mobiliser la jeunesse ouvrière dans un sens patriotique.

Rentré en France, il va s'atteler à organiser et politiser les jeunes rebelles d'extraction ouvrière, notamment les punks, dans un sens nationaliste-révolutionnaire. C'est ainsi que, pour les structurer, il crée les Jeunesses nationalistes révolutionnaires (JNR) en 1987.

Dès la fin de l'année 1987, les JNR se rapprochent du mouvement nationaliste-révolutionnaire Troisième Voie, dirigé par Jean-Gilles Malliarakis. Le mouvement inclut alors dans sa stratégie de reconquête de la jeunesse les JNR, qu'il résume par : « La Jeune Garde dans les lycées, le GUD dans les facs, les JNR dans la rue ! ».

Mais, suite à différentes dissensions, les JNR reprennent leur autonomie en 1989.

En 1993, les JNR présentent une liste aux élections législatives. Elle obtient 0,17 % dans les Hauts-de-Seine.

Le 7 mai 1994, les JNR coorganisent, avec le Groupe union défense, une manifestation contre l'« impérialisme américain », intitulée « Bienvenue aux ennemis de l'Europe ! ». La dispersion par la police de la manifestation interdite est marquée par la mort d'un militant de 22 ans, Sébastien Deyzieu. Celle-ci donnera à la création du Comité du 9-Mai (C9M), qui va réunir des représentants du GUD, des JNR, du Front national de la jeunesse, et du Parti nationaliste français, et organisera chaque année une commémoration de la tragédie.

Les Jeunesses nationalistes révolutionnaires se dissolvent en 1995.

Deuxième période : la réactivation

En octobre 2010, Serge Ayoub lance le mouvement Troisième voie pour une avant-garde solidariste.

Il recrée alors les JNR, en tant que service d'ordre de l'organisation. Plusieurs anciens membres des premières JNR rejoignent la structure.

Les JNR, tout comme Troisième voie pour une avant-garde solidariste, sont dissoutes suite à l'« affaire Méric » par décret ministériel.

Bibliographie

  • Serge Ayoub, L'affaire Clément Méric - Du fait divers au scandale politique, Paris, éd. du Pont d'Arcole, 2013. Postface de Nicolas Gardères.

Document audio

  • Sur les pavés, autonomiste media, 2009 (documentaire en cinq parties l'histoire des JNR, en réponse au DVD Antifa chasseurs de skins, réalisé l’année précédente par Marc-Aurèle Vecchione).