Fritz Wolffheim

De Metapedia
Aller à : navigation, rechercher

Fritz Wolffheim, né à Berlin en 1888 et mort au camp de concentration de Ravensbrück en 1942, était un militant politique et syndicaliste allemand, et l'une des figures du national-bolchevisme.

Biographie

Fritz Wolffheim est un Allemand d'origine juive. Il vit longtemps aux États-Unis, où il milite dans les syndicats marxistes. Il rédige notamment, en 1912-1913, le Vorwärts der Pacific-Küste à San Francisco, organe des Industrial Workers of the World (IWW).

En 1913, il revient en Allemagne et s'installe à Hambourg, où il intègre le cercle réuni autour de Heinrich Laufenberg et de Paul Frölich.

Avec Laufenberg, il va prendre la tête de l'aile gauche de la section du Parti social-démocrate à Hambourg. Ils attaquent la politique d’Union sacrée à laquelle s'est ralliée la direction du SPD. Ensemble, ils publient en 1915 un livre, Démocratie et Organisation. Leur incorporation dans l’armée, leurs emprisonnements successifs leur donnent un incontestable brevet de résistance à la guerre dans la gauche allemande.

Après la guerre, les deux hommes vont jouer un rôle central dans le soulèvement communiste de novembre 1918. Laufenberg devient le président du Conseil des ouvriers et soldats de Hambourg qui remplace le sénat de la ville libre. Il dirige celle-ci jusqu’au 19 janvier 1919, date où il est renversé par une coalition socialiste modérée.

Wolffheim et Laufenberg intègrent le Parti communiste allemand (KPD). Ils conduisent l’opposition interne et sont exclus lors du Congrès de Heidelberg. Ils lancent, le 25 octobre 1919, un appel à constituer un nouveau parti.

Les deux hommes jouissent alors d'un prestige énorme dans la gauche allemande. Surnommés les Dioscures sauveurs de la révolution, ils participent à la fondation du Parti communiste ouvrier allemand (KAPD). Menant la tendance national-bolchevik à l'intérieur du KAPD, ils prônant le déclenchement de la « révolution nationale et sociale » contre l’Entente, dont l’Allemagne serait une « colonie ».

Lors du deuxième congrès du KAPD, qui se tient en aout 1920, la majorité des délégués du KAPD, qui souhaitent avant tout remplacer le KPD au sein de la IIIe Internationale, finit, après de violents débats, à obtenir la condamnation et l'exclusion de la tendance national-bolchevik.

En 1923, Wolffheim soutient la « ligne Schlageter », qui lui semble être une concrétisation des positions qu'il avait prônées moins de trois ans plus tôt au sein du KAPD. Quand la « ligne Schlageter » est abandonnée par le KPD, il s'éloigne des organisations marxistes.

En 1930, il rejoint le Gruppe Sozialrevolutionärer Nationalisten de Karl Otto Paetel.

Arrêté en 1936, il meurt au camp de concentration de Ravensbrück en 1942.

Publications

  • Avec Heinrich Laufenberg, Demokratie und Organisation, Grundlinien proletarischer Politik, Hambourg, 1915.