Octobre 18

De Metapedia
Aller à : navigation, rechercher
  • 1685 : Révocation de l'édit de Nantes par Louis XIV. Signé en 1598 il assurait la liberté de culte et une certaine protection aux protestants, après la révocation le protestantisme appelé la Religion Prétendue Réformée sera alors interdit.
  • 1955 : Mort du grand philosophe espagnol José Ortega y Gasset, qui était né à Madrid le 9 mai 1883. Issu d’une famille de journalistes de grand talent, comme il en existait encore à son époque, José Ortega y Gasset, armé d’une solide formation classique reçue dans une école de Jésuites, est fasciné, dès son plus jeune âge, par les forces vivantes qui agissent dans le monde et génèrent l’histoire. Il étudie ensuite en Allemagne, où il apprend la dialectique hégélienne, où il se frotte au vitalisme de Dilthey et de Nietzsche. De cette formation germanique, José Ortega y Gasset retient, dans le contexte espagnol, l'idée de rénover le pays spirituellement et intellectuellement. Cette option l'éloigne d’un certain catholicisme institutionnel ibérique et le classe dans la catégorie des auteurs et penseurs libéraux, républicains et démocratiques. Mais, à la différence des professionnels de ces obédiences, Ortega, horrifié par la montée au pouvoir du bolchevisme en Russie, demeure, comme Mosca et Pareto en Italie, un « élitiste » au bon sens du terme. La guerre civile qui éclate en 1936 le contraint à l'exil en France, en Argentine, au Portugal et en Allemagne. Il revient à Madrid en 1945 et récupère sa chaire universitaire en 1949. Il fonde avec son disciple Julio Marias un « Instituto de Humanides », dont l'objectif est de préparer un après-franquisme reposant sur une monarchie constitutionnelle. L'ouvrage le plus connu d’Ortega est La révolte des masses, où il pose l’opposition fondamentale, dans la sphère politique, non pas entre possédants et démunis, à la mode marxiste, mais entre « masse » et « élite », où la masse, à laquelle peuvent appartenir un banquier inculte, un industriel ignare, un prolétaire abruti ou un ivrogne du lumpenproletariat, est dévoreuse d’énergies mais n’en produit aucune qui soit créative. L'élite ne se mesure pas au compte en banque mais au degré élevé des aspirations culturelles et à la volonté de marquer l'histoire. Un ouvrier cultivé fait partie de l'élite. Un banquier ignare fait partie de la masse. La masse est hédoniste, hisse l’hédonisme au rang d’objectif suprême, et fait appel à la machine administrative de l'État pour balayer tous les désagréments de la vie. Il s'ensuit une hypertrophie de la machine bureaucratique. Toute opposition, tout appel à la raison et au bon sens émanant de personnalités élitaires, sont dès lors considérés comme « inacceptables », comme la manifestation d’intentions méchantes et perverses de briser la course au bonheur final et total (les « derniers hommes » de Nietzsche, « qui clignent de l’œil »). Pour s’opposer à la raison vitale des êtres d'élite, la masse recourt à la terreur, aux procès d'intention, aux condamnations scélérates, à la violence politique.