Lectures françaises

De Metapedia
Aller à : navigation, rechercher

Lectures françaises est un mensuel d'information d'orientation contre-révolutionnaire paraissant depuis 1957.

Lectures Francaises n° 449 : Quelques souvenirs de Henry Coston

L'origine


Selon les récits qu'en fit Henry Coston, c'est autour d'un tonnelet de Mâcon que, le 9 mars 1957, il présenta aux membres du Club national des lecteurs le premier numéro de Lectures françaises sous la forme d'une mince plaquette au format de poche, seize pages sous couverture rouge bordée de blanc. Dès l'origine, l'équipe était composée principalement de Pierre-Antoine Cousteau (ancien rédacteur en chef de Je suis partout et de Paris Soir), qui rédigeait l'éditorial, de Henry Coston qui y publiait ses remarquables études sur les divers titres de la presse, de Pierre Fontaine et ses révélations sur les dessous pétroliers, de Georges Ollivier, spécialiste de la politique internationale, de Paul Rassinier qui y révèlera le rôle des "kapos" communistes dans les camps de Buchenwald et de Dora, de Jacques Ploncard d'Assac, qui était alors rédacteur à la Radio Portugaise, et de Michel de Mauny qui assurait la fonction de directeur de la publication.

Les numéros spéciaux



Dès juin 1957 commençait la série des numéros spéciaux avec Les origines secrètes de la guerre 1939/1945, dont une nouvelle édition augmentée sera publiée en mai 1975 sous le titre Les causes cachées de la seconde guerre mondiale. En avril 1958, Les mystères de la Franc-Maçonnerie ; en octobre 1958, La Franc-Maçonnerie gouverne; puis François Mitterrand ou cet homme est dangereux ; en novembre 1958, Daniel Mayer ou " je vous hais"; en 1960 Partis, journaux et hommes politiques, six cent vingt pages, dix mille noms cités avec un second tirage l'année suivante; Les technocrates et la synarchie en 1962, La France à l'encan en 1965. En novembre 1967, dix ans après sa fondation, Lectures françaises prenait son format actuel, sous couverture blanche à large marge interne rouge.

En 1968 paraît un nouveau numéro spécial, Le secret des dieux (trois tirages en deux ans). En avril 1970, Onze ans de malheurs : bilan de l'expérience de De Gaulle évoquant année par année le règne néfaste.

Après la disparition de Georges Ollivier, Pierre-Antoine Cousteau, Pierre Fontaine et Paul Rassinier, Coston resta seul avec Michel de Mauny et Jacques Ploncard d'Assac, toujours rédacteur à la radio portugaise ; Pierre Hoffstetter, spécialiste averti de la politique anglo-saxonne, avait rejoint la revue, ainsi qu'un tout jeune homme qui signait alors Cédric de Gentissaud, que l'on connaît aujourd'hui sous le patronyme d'Alain de Benoist ; Jacques Bordiot (ancien compagnon de chaîne de Coston au camp de concentration de Saint-Sulpice-la-Pointe dans le Tarn) se vit confier en septembre 1970 l'éditorial sur les dessous de la politique internationale.

Avec la DPF


Henry Coston vendit en 1977 la revue à Jean Auguy, directeur de la maison de vente par correspondance Diffusion de la pensée Française (DPF), de Lectures et tradition et des Editions de Chiré, qui constitua ainsi le plus important groupe éditorial et de diffusion de la mouvance royaliste et contre-révolutionnaire.

Ce mensuel, qui compte un nombre très conséquent d'abonnés, insère depuis 1989 dans ses pages une Contre-encyclopédie historique et religieuse dont la plupart des notices sont rédigées par l'historien Henri Servien.

L'équipe de Lectures françaises organise, chaque premier dimanche de septembre, une "journée chouanne" dans ses locaux à Chiré-en-Montreuil (86190).