François Brigneau

De Metapedia
Aller à : navigation, rechercher

François Brigneau est le pseudonyme de Emmanuel Allot (30 avril 1919 à Concarneau - 9 avril 2012 à Saint-Cloud), journaliste et militant politique.

Brigneaufranoisparlegri.jpg

Biographie

Fils d'un instituteur laïc, internationaliste et jaurésien, Emmanuel Allot adhéra tout d'abord, en 1937, au frontisme de Gaston Bergery, mais, en juin 1944, alors que les troupes des armées débarquaient en Normandie, il s’engagea dans la Milice.

Arrêté, il fut emprisonné à Fresnes du 6 octobre 1944 au 17 décembre 1945, où il côtoya Robert Brasillach.

Après sa libération, il devint journaliste et romancier dans le sillage des Hussards. Il signa plusieurs romans policiers (Grand prix de littérature policière en 1954). Mais c’est par le journalisme qu’il devint célèbre, notamment par ses collaborations à la presse nationaliste, comme Paroles françaises, Rivarol, La Dernière lanterne, L'Indépendance française ou La Fronde. Par la suite, il sera rédacteur en chef de Semaine du monde, grand reporter à Paris-Presse et L'Aurore, puis, dès 1964, rédacteur en chef de Minute.

Cofondateur de Présent en 1982, il en fut directeur politique et directeur de la rédaction jusqu'en 1986 rompant avec ce titre sur la question du révisionnisme qu'il soutenait. Il apporta une précieuse collaboration au Choc du Mois. Il fut à l'initiative de L'Anti-89. Il fut aussi chroniqueur à National hebdo et au Libre journal. Ces collaborations multiples lui valurent des procès retentissants, tant il mettait d’énergie à dénoncer ceux qu'il considérait comme "l'ennemi". Il fut ainsi condamné pour avoir qualifié Philippe Alexandre de « marchand de bretelles à RTL, juif assimilé de tendance centriste » et Anne Sinclair – qui resta l’une de ses cibles privilégiées – de « marchande de soutien-gorge à TF1, juive mal assimilée de tendance socialiste ».

En politique, il s’engagea au Parti républicain de la liberté, puis plus tard il fut des Comités Tixier-Vignancour avant de participer à la fondation d'Ordre nouveau, dont il fut membre du bureau politique, puis du Front national, dont il fut vice-président. Il s’en éloigna d'abord pour participer au Parti des forces nouvelles, dont il fut vice-président avant de revenir au FN dans les années 1980 et de le quitter définitivement en 1998 en suivant Bruno Mégret.

Journaliste sous divers pseudonymes (François Brigneau, de loin le plus célèbre, Julien Guernec, Mathilde Cruz, Caroline Jones), il fut également éditeur (Les Éditions du Clan, Publications FB) notamment pour ses propres écrits.

Bibliographie

  • J'ai descendu un flic, Froissart, 1947
  • Les propos de Coco-Bel-Oeil, Froissart, 1947
  • Belles amies du temps passé, Froissart, 1949
  • Paul Monopol, Jean Froissart, 1949 (réédité sous le titre Faut toutes les buter, Nouvelles presses mondiales, 1954; éd. Baleine, 2010)
  • La Beauté qui meurt, André Martel, 1953 (Grand prix de littérature policière en 1954)
  • L'Aventure est finie pour eux, Gallimard, 1960
  • Deux femmes, Albin Michel, 1963
  • Mon après-guerre, Éditions du Clan, 1966
  • Mon village à l'heure socialiste, La Table ronde, 1982
  • Jules l'imposteur (avec une préface de Jean Madiran), 2e édition : Éditions Dominique Martin Morin, Bouère, octobre 1983.
  • Le Notaire de Concarneau, éd. Martel, 1985 ; rééd. La Découvrance, 2001
  • Le Criminel de guerre, éd. Martel, 1985
  • 1792-1794 : La Terreur, mode d'emploi, Publications F.B., 1991
Collection « Mes Derniers cahiers » (Publications F.B., vingt-trois volumes)
Première série :
  • n° 1 : Pour saluer Mgr Lefebvre, juin 1991
  • n° 2 : Un certain racisme juif : dénoncé par un fils de rabbin, septembre 1991
  • n° 3 : Philippe Pétain : Le chef de guerre – Le chef de paix – Le chef de l'État nouveau – Le théoricien de la Révolution Nationale – Le maudit : Quarante ans après sa mort, 1991
  • n° 4 : La haine anti-Le Pen : L'explosion du 2 novembre 1996 – L'affaire du « Détail » – La journaliste qui venait du show – Le montage de Carpentras – Citations au champ du déshonneur, 1992
Deuxième série :
  • n° 1 : Mais qui est donc le professeur Faurisson ? : Une enquête, un portrait, une analyse, quelques révélations, 1992
  • n° 2 : Le jour où ils tuèrent Philippe Henriot, septembre 1992
  • n° 3 : Devine qui vient télédîner ce soir ? : Premier service (copieux) : d'ALEXANDRE Philippe à HANIN Roger, janvier 1993
  • n° 4 : L'interrogatoire : Une histoire ambiguë sur l'antisémitisme, la guerre, l'amour, la vieillesse, la mort et la tendresse homme-chien, 1993
Troisième série :
  • n° 1 : Devine qui vient télédîner ce soir ? : Deuxième service : de Michel HONORIN à F.-H. DE VIRIEU, septembre 1993
  • n° 2 : « Mon » Affaire Dreyfus
  • n° 3 : 75 ans... : Un cahier anniversaire : Réponses à Anne Le Pape, avril 1994
  • n° 4 : À Fresnes au temps de Robert Brasillach : 1. * La nuit du 16 octobre 1944, ** Cellule 348, Première division, septembre 1994
Quatrième série :
  • n° 1 : À Fresnes au temps de Robert Brasillach : 2. Un rude hiver, octobre 1994
  • n° 2 : À Fresnes au temps de Robert Brasillach : 3. * Avant le procès, ** Le procès, *** La mise à mort, décembre 1994
  • n° 3 : Le vote juif, juillet 1995
  • n° 4 : Le retour des morts-vivants : Attention ! La gauche revient et l'extrême-gauche arrive : Chronique des temps actuels, janvier 1996
Cinquième série :
  • n° 1 : En réaction... – Trois histoires insolites, cruelles et politiquement incorrectes, avril 1996
  • n° 2 : Le tartuffe du porno : L'affaire Jourdain, septembre 1996
  • n° 3-4 : Le racisme judiciaire (1944-1997) : Lettre à M. Toubon, ministre de la Justice, garde des Sceaux, février 1997
Sixième série :
  • n° 1 : Un hold-up raté : mon journal pendant la campagne électorale (avril, mai, juin 1997), juillet 1997
  • n° 2 : Xavier Vallat et la Question juive : Pour le cinquantième anniversaire de son procès en Haute Cour, septembre 1997
  • n° 3 : Avant de prendre congé : Réponses à Anne Le Pape (première partie), mars 1998
  • n° 4 : Avant de prendre congé : Réponses à Anne Le Pape (deuxième partie), juin 1998
  • De moi-mézigue à Coco-bel-œil, Auto-Édition FB, 1995
  • Jean-Marie m'a tuer, Auto-Édition FB, novembre 1999
  • Mon journal de l'an 2000, Auto-Édition FB, mars 2001
  • Si Mussolini était conté, Auto-Édition FB, 2006

Ouvrage sur François Brigneau

Brigneau Qui suis-je.jpg
  • Anne Le Pape, François Brigneau, Editions Pardès, collection « Qui suis-je ? », 2014 [1].

Autres Sources

  • Marie-Simone Poublon et Philippe Randa, Le Défi, Dualpha, Paris, 2019.