Mars 7

De Metapedia
Aller à : navigation, rechercher
  • 1921 : En URSS, les soviets (conseils ouvriers) de marins de Cronstadt se révoltent. Lénine déclare : « C'est Thermidor, mais nous ne nous laisserons pas guillotiner ». L'Armée rouge sur ordre de Trotsky tire sur les mutins, qui se font tuer aux cris de « Vive l'Internationale communiste ! »
  • 1940 : Naissance à Schönefeld près de Berlin du futur activiste de l'“Opposition Extra-Parlementaire” ouest-allemande dans les années 1965-69, Rudi Dutschke. Né dans le foyer d'un fonctionnaire de la poste al­lemande, nationaliste et volontaire de guerre en dépit de ses 39 ans, Rudi Dutschke va d'abord développer une vision protestataire et luthérienne de la société, qui le conduira à rejeter le “socialisme réellement existant” de la RDA, pays où il est né. Il se réfugie à Berlin-Ouest, juste avant la construction du Mur de la honte. Il fon­de avec ses camarades le SDS (“Ligue des Étudiants Socialistes allemands”), puis, à l'avènement d'une “grande coalition” gouvernementale, unissant sociaux-démocrates et démocrates-chrétiens, il crée cette fameuse “Op­po­sition extra-parlementaire” (APO), jugeant qu'une coalition aussi vaste ne permet pas l'expression d'une con­tes­tation parlementaire normale. Cette initiative le place sous les feux de la rampe et à la tête de la con­tes­ta­tion étudiante, au cours de laquelle il s'intéresse aux mouvements révolutionnaires latino-américains (sous l'in­fluen­ce de son ami chilien Gaston Salvatore), au Printemps de Prague, à la notion de “socialisme à visage hu­main”, à la notion d'“homme unidimensionnel” de Marcuse et au révolutionnarisme religieux d'Ernst Bloch (a­vec il entretiendra une longue correspondance). En avril 1968, juste avant les événements du Quartier Latin à Pa­ris, un individu, visiblement manipulé, lui tire une balle dans la tête. Dutschke survit, achève des études de phi­losophie à Berlin et termine sa carrière avec une chaire à l'Université d'Arhus au Danemark. Aujourd'hui, les com­pagnons de Dutschke ont rejoint en gros le camp national en Allemagne, dont Bernd Rabehl, Günter Masch­ke et surtout son avocat, Horst Mahler. Le frère de Dutschke a donné récemment un entretien à l'hebdo­ma­daire national-conservateur berlinois, Junge Freiheit. Ce glissement indique que la “gauche institutionnalisée” n'inspire plus les esprits rebelles. On doit au politologue suisse Ulrich Chaussy, une excellente biographie rai­sonnée de Dutschke, intitulée Die drei Leben des Rudi Dutschke, Pendo, Zurich, 1999.