Convergence des catastrophes

De Metapedia
Aller à : navigation, rechercher

Convergence de lignes de ruptures civilisationnelles qui risquent, au cours du XXIème siècle, de faire disparaître dans le chaos l'ensemble du « monde moderne » à l'échelle planétaire.

Pour la première fois dans son histoire, l'humanité est menacée par une convergence des catastrophes.

Une série de « lignes dramaturgiques » se rapprochent et convergent comme des affluents fluviaux, avec une parfaite concomitance vers un point de rupture et de basculement dans le chaos. De ce chaos - qui sera extrêmement douloureux à l'échelle mondiale - peut émerger le nouvel ordre de l'après-catastrophe et donc une nouvelle civilisation accouchée dans la douleur.

Résumons brièvement la nature de ces lignes-de-catastrophes:

La première est la cancérisation du tissu social européen. La colonisation de peuplement de l'hémisphère nord par les peuples du sud, de plus en plus importante en dépit des affirmations rassurantes des médias, est lourde de situations explosives; l'échec de la société multiraciale, toujours plus multiraciste et néo-tribale; la progressive métamorphose ethno-anthropologique de notre continent, véritable cataclysme historique; le retour du paupérisme à l'Ouest et à l'Est; la progression lente, mais constante de la criminalité et de la consommation de stupéfiants; l'effritement continu des structures familiales; le déclin de l'encadrement éducatif et de la qualité des programmes scolaires; le grippage de la transmission des savoirs culturels et des disciplines sociales (barbarisation et décompétence); la disparition de la culture populaire au profit d'un abrutissement des masses par la culture-spectacle.

Mais ces facteurs de rupture sociale en Europe seront aggravés par la crise économico-démographique qui ne fera qu'empirer et débouchera sur un paupérisme de masse.

Le nombre d'actifs va devenir insuffisant pour financer les retraités du « papy-boom ». L’Europe croulera sous le poids des vieillards; or, des pays vieillissants voient leur économie ralentie et handicapée par le financement des dépenses de santé et des retraites de citoyens improductifs; de surcroît, le vieillissement assèche le dynamisme techno-économique. S'ajoutera à cela une tiers-mondisation de l'économie, due à l'immigration incontrôlée de populations sans compétences.

Troisième ligne dramaturgique de catastrophe de la modernité: le chaos du Sud. En s'industrialisant contre leurs cultures traditionnelles, les pays du Sud, en dépit d'une croissance trompeuse et fragile, ont créé chez ex un chaos social qui va en s'aggravant.

Quatrième ligne de catastrophe: la menace d'une crise financière mondiale, qui serait beaucoup plus grave que celle des années trente et entraînerait une récession générale.

La chute des bourses et des monnaies extrême-orientales, comme la récession qui frappe cette région, en serait le signe avant-coureur.

Cinquième ligne de catastrophe: la montée des fanatismes intégristes religieux, principalement l'islam. Le surgissement de l'islam radical est le contrecoup des excès du cosmopolitisme de la modernité qui voulut imposer au monde entier le modèle de l'individualisme athée, le culte de la marchandise, la déspiritualisation des valeurs et la dictature du spectacle.

Par réaction à cette agression, l'islam s'est radicalisé, en même temps qu'il redevenait dominateur et conquérant, conformément à sa tradition.

Sixième ligne de catastrophe: un affrontement Nord-Sud, aux racines théologico-ethniques se profile. Il remplace, avec une probabilité accrue, le risque, pour l'instant conjuré, d'un conflit Est-Ouest. Nul ne sait la forme qu'il prendra, mais il sera grave, car fondé sur des enjeux et des sentiments collectifs bien plus forts que l'ex-polarité polémique Etats-Unis/URSS, capitalisme-communisme, de nature artificielle.

Septième ligne de catastrophe: le développement d'une pollution incontrôlée de la planète, qui ne menace pas cette dernière (elle a encore quatre milliards d'années devant elle et peut reprendre à zéro toute l'évolution), mais la survie physique de l'humanité. Cet effondrement de l'environnement est le fruit du mythe libéralo-égalitaire (mais jadis aussi soviétique) du développement industriel universel et d'une économie énergétique pour tous.

A cela s'ajouteront la probable implosion de l'actuelle Union européenne, de plus en plus ingouvernable, les risques liés à la prolifération nucléaire dans le tiers monde, et la probabilité d'une guerre civile ethnique en Europe.

La convergence de ces facteurs au sein d'une civilisation mondialisée et très fragile nous laisse deviner que le XXIème siècle ne sera pas le prolongement « progressiste » du monde moderne, mais le surgissement d'un autre univers. Il faut, avec lucidité, nous préparer à cette chance tragique.

Articles connexes