Mai 14

De Metapedia
Aller à : navigation, rechercher
  • 1666 : Naissance à Turin du futur roi Victor Amédée II, duc de Savoie qui règnera sur le royaume de Piémont Sardaigne. Sa mère, Marie de Savoie-Nemours, assurait la régence et poursuivait une politique pro-française, visant à attirer la puissance anti-impériale de l'Ouest en Italie du Nord, pour menacer l'Autriche sur sa frontière méridionale et faciliter la tâche aux Ottomans dans les Balkans. Cette politique italienne a commencé dès l'annexion du Vivarais impérial, puis du Dauphiné et de la Provence, également terres impériales, dans la première moitié du 14ième siècle. Victor Amédée épouse Anne d'Orléans, une nièce de l'abominable Louis XIV. En 1690, toutefois, Victor Amédée abandonne ses projets anti-impériaux pour se joindre à la coalition légitimiste en Europe, formée par l'Autriche et l'Espagne, pour mettre à la raison le roi bandit (Räuberkönig). Mais, conscients de son caractère versatile, du danger de ses positions antérieures, les Espagnols refusent de lui céder Milan (a-t-il rejoint la légitimité impériale pour obtenir Milan, avec l'intention de faire volte-face et d'introduire les Français dans la plaine du Pô, pour que ceux-ci fassent leur jonction éventuelle avec les Ottomans, durement étrillés par Eugène de Savoie, en Vénétie ou en Dalmatie?). Effectivement, qui tient Milan tient la plaine du Pô et obtient une fenêtre sur l'Adriatique. Vexé, Victor Amédée fait une paix séparée conforme à ses intérêts. Dans la guerre de succession d'Espagne, il se range d'abord du côté des Français, mais rejoint une nouvelle fois le camp de la légitimité en 1703. Il abdique en faveur de son fils Charles Emmanuel III, puis se ravise. Son fils le fait arrêter en 1731 et le place en réclusion pour le reste de ses jours. Ce geste permet de soustraire l'Italie et la Savoie à toute influence française illégitime et d'éloigner du pouvoir un monarque déraisonnable, agissant à l'encontre des intérêts européens.
  • 1912 : Naufrage du Titanic.
  • 1941 : Mort prématurée de Rudolf Craemer, à l'âge de 38 ans. Universitaire qui doit sa promotion à une thèse sur l'homme politique britannique Gladstone (1930), il obtient une chaire d'histoire à Königsberg en 1932, mais, à l'avènement du national socialisme, il tombe en disgrâce, malgré son appartenance au parti. On lui reproche sa fidélité au “luthéranisme conservateur”, ses liens avec la grande noblesse prussienne et quelques écrits critiques contre le nouveau régime. Il est sous surveillance constante. En 1937, il obtient toutefois du Front du Travail, instance syndicale unique du régime, le droit d'enseigner l'histoire sociale à un Institut des sciences du travail (Arbeitswissenschaftliches Institut). Son ouvrage historique de 1933, Der Kampf um die Volksordnung. Von der preußischen Sozialpolitik zum deutschen Sozialismus (= La lutte pour l'ordre populaire. De la politique sociale prussienne au socialisme allemand) est un travail minutieux sur le développement de la politique sociale de l'État en Allemagne, partant des libéralités discrétionnaires du Roi de Prusse, jusqu'au socialisme moderne, en passant par les réformes de Bismarck. Craemer retient aussi l'idée wéberienne d'un désenchantement du monde, produit du mental strictement économique du capitalisme. L'auteur trace des parallèles entre des œuvres, jugées erronément hétérogènes, comme celles de Baader, Rodbertus et Marx. Il synthétise clairement les filons socialistes, étatistes et chrétiens (comme les idées sociales du prélat catholique Ketteler). Cette synthèse doit déboucher sur un "socialisme allemand", dont les pratiques sont certes similaires à celles du national socialisme dans les premiers mois du régime, mais dont l'essence, dit Craemer, n'est nullement "nationale", au sein restreint du terme, mais supra-nationale voire universelle. Cette définition était jugée "hérétique". Craemer réclamait, en effet, une organisation socialiste des peuples devant à terme apporter la paix à l'Europe. Quant aux peuples non allemands, les Bundesvölker, englobés dans le futur Reich centre-européen, ils devaient bénéficier de la liberté, car, au final, le Reich était l'incarnation de la valeur "justice". Un œuvre trop peu prise en considération par l'historiographie actuelle.