Metapedia connaît une importante phase d'expansion et nous avons, de ce fait, besoin de votre aide pour l'accroître : faîtes un don pour la cause.

Sigrid Hunke

De Metapedia.

L'ouvrage le plus connu de Sigrid Hunke en édrition française
Sigrid Hunke (1913-1999), écrivain, dirigeant des Unitariens allemands.


Sommaire

Formation


Sigrid Hunke est née en 1913 à Kiel, dans une famille d'éditeur. Elle a étudié dans sa ville natale, puis à Fribourg et à Berlin, les religions comparées, la philosophie et la psychologie, la philologie germanique et l’histoire. Ses maîtres furent notamment Hermann Mandel, Martin Heidegger, Ludwig Ferdinand Clauss et Nicolai Hartmann.

Elle appartint à la direction de la Nationalsozialistischen Studentenbunde (NSDStB) et travailla à son service des relations publiques à Berlin. Elle adhéra au NSDAP le 1er mai 1937. Par la suite elle collabora aux recherches menées par l'Ahnenerbe et donna des articles à sa revue Germanien.

En 1940, elle passa sa thèse de phi­losophie avec Eduard Spranger. Elle épousa ensuite le futur diplo­mate de la RFA, Peter H. Schulze, à qui elle donnera trois enfants.

Œuvre

Après la guerre elle écrivit quelques nouvelles et romans, jus­qu’au jour où elle fut prise d’une véritable passion pour l’essai scien­tifique. Ainsi, en 1955 paraît Am Anfang waren Mann und Frau [= A l’origine, il y avait l’homme et la femme], une psychologie des relations entre les sexes, un livre qui a été lu dans les commissions du Bundestag, quand il s’a­gissait de codifier les articles assurant l’égalité en droit de l’homme et de la femme. Dans Le Soleil d’Allah brille sur l’Occident, paru en 1960, Sigrid Hun­ke s’est révélée comme une grande spécialiste de la culture arabe. Le livre a été traduit en sept langues. En 1974, Sigrid Hunke est nom­mée membre d’honneur du « Conseil Supérieur des Questions Isla­mi­ques », en tant que femme, qu’étrangère et que non-musulmane ! Dans l’hommage qu’il lui a rendu à l’occasion de ses 70 ans, Gerd-Klaus Kaltenbrunner l’a appelée « l’ambassadrice non officielle de la culture allemande dans les pays arabes ». Son enracinement reli­gieux dans la vraie religion de l’Europe, l’a conduite à réfléchir sur les origines les plus lointaines des cultures et des peuples de la Ter­re, à reconnaître leurs spécificités et à les respecter. En 1965 paraîtra Das Reich und das werdende Europa [= Le Reich et l’Europe en devenir].

Les autres livres de Sigrid Hunke ont également été essentiels :

  • Europas andere Religion – Die Überwindung der religiösen Krise (= L’autre religion de l’Europe. Le dépassement de la crise religieuse), 1969. Ce livre fondamental a été réédité in extenso en 1997 sous le titre de Europas eigene Religion (= La religion spécifique de l’Eu­ro­pe) chez l’éditeur Grabert. Il a connu aussi une édition de poche en 1981 : Europas eigene Religion – Der Glaube der Ketzer (= La religion spécifique de l’Europe – La foi des hérétiques) chez Bastei-Lübbe.
  • En 1971 paraît Das Ende des Zwiespaltes – Zur Diagnose und Therapie einer kranken Gesellschaft (= La fin de la césure dualiste – Diagnostic et thérapie d’une société malade).
  • En 1979, parution d’un autre ouvrage fondamental, toujours dans la même trajectoire : Glauben und Wissen. Die Einheit europäischer Religion und Naturwissenschaft (= Foi et savoir. L’unité de la religion européenne et des sciences naturelles).
  • Chez Seewald en 1974 paraît un manifeste : Das nachkom­mu­nistische Manifest – Der dialektische Unitarismus als Alternative (= Le manifeste post-communiste – L’unitarisme dialectique comme al­ter­native).
  • En 1986, Sigrid Hunke publie Tod, was ist dein Sinn ?, ouvrage sur le sens de la mort .
  • En 1989, paraît Von Untergang des Abendlandes zum Aufgang Europas – Bewußtseinswandel und Zukunftsperspektiven (= Du dé­clin de l’Occident à l’avènement de l’Europe – Mutation de cons­cien­ce et perspectives d’avenir). Sur la jaquette du livre, Sigrid Hunke est dé­crite comme un « Spengler positif », vu son inébranlable foi en l’a­venir.

Sigrid Hunke a reçu plusieurs prix et distinctions honorifiques pour ses travaux, dont la Kant-Plakette en 1981 et le « Prix Schiller du Peu­ple allemand » en 1985.

Engagement religieux


Sigrid Hunke fut pendant douze ans la vice-présidente de la « Com­mu­nauté religieuse des Unitariens allemands ». En se référant à Wilhelm Hauer et à Friedrich Schöll, elle a transmis ce qui, à ses yeux, était « l’autre religion de l’Europe », la vraie religion de l’Eu­ro­pe, celle qui allait permettre au divin « de revenir dans sa réalité ». Dans de nombreux écrits et discours, elle a explicité cette pensée et cette religiosité unitariennes, elle a montré son en­racinement profond dans la philosophie et la théologie de l’an­ti­qui­té, du moyen âge et de l'époque contemporaine. Elle a ex­pli­qué la profondeur et l’ampleur de cette vision unitaire de Dieu et du monde.

Liens externes


Outils personnels
Autres langues