Metapedia connaît une importante phase d'expansion et nous avons, de ce fait, besoin de votre aide pour l'accroître : faîtes un don pour la cause.

Accueil

De Metapedia.

Bienvenue sur Metapedia – une encyclopédie traitant de la culture, l'art, la science, la philosophie et la politique.

Introduction  -  Comment éditer  -  Conseils pour le style  -  A–Z  -  Nombre d'articles: 1 936

L'administration de Metapedia France évolue, nous recherchons de nouveaux contributeurs !
Si vous désirez devenir rédacteur ou formuler des remarques, veuillez communiquer avec nous par courriel à france@metapedia.org.
Le développement de Metapedia
Que s'est-il passé à cette date dans l'histoire — septembre 21
  • 1939 : Le premier ministre roumain Armand Calinescu est assassiné par des militants de la Garde de fer.
Les citations de Metapedia

Science sans conscience n'est que ruine de l'âme.

François Rabelais

C'est toujours un grand mal de juger dépassé ce qui est irremplaçable.

Gustave Thibon

Il n’y a pas d’homme plus complet que celui qui a beaucoup voyagé.

Alphonse de Lamartine.

Vivre, c'est réagir.

Charles Maurras.

Nous devons être intellectuels et violents.

Charles Maurras.

L'homme n'existe que dans le combat, l'homme ne vit que s'il risque sa vie.

Pierre Drieu La Rochelle.


Au sujet de Metapedia

Metapedia est une encyclopédie électronique qui traite de culture, d'art, de science, de philosophie et de politique.

Le mot 'Metapedia' est issu de deux concepts du grec classique : 'meta' qui signifie à l’'extérieur' ou 'au delà' ; et 'enkyklios paideia' dont le sens est 'encyclopédie'. Cette dénomination a donc un double sens symbolique :

  • Metapedia met l’accent sur des sujets qui ne sont pas habituellement traités - c’est-à-dire qui restent à l’extérieur - des encyclopédies classiques.
  • Metapedia a un but métapolitique : influer sur les débats politiques et philosophiques, et sur la manière dont sont présentées la culture et l’histoire.
Evénements actuels

Metapedia repart autour d'une nouvelle direction. Des contributeurs sont recherchés afin de participer au développement de cette encyclopédie en ligne.

Article recommandé
Tête de cortège de la Solidarité française le 6 février

La date du 6 février 1934 fait référence à une manifestation antiparlementaire organisée à Paris par les ligues nationalistes. Elle fut l'occasion de violents affrontements avec les forces de l'ordre sur la place de la Concorde.

La France a été touchée à partir de 1931 par la Grande dépression, née en 1929 aux États-Unis. La crise économique et sociale frappa particulièrement les classes moyennes. Or, le pouvoir se révéla incapable d'apporter des solutions, ce qui se traduisit par une très forte instabilité ministérielle (cinq gouvernements de mai 1932 à janvier 1934) contribuant à alimenter le rejet du régime parlementaire.

L'antiparlementarisme fut aussi alimenté par une succession de scandales politico-financiers : affaire Hanau, affaire Oustric, et enfin, cause directe des évènements du 6 février, affaire Stavisky.

Ce nouveau scandale, impliquant le Crédit municipal de Bayonne, éclate en décembre 1933. Apparaît alors le personnage d'Alexandre Stavisky, un escroc lié à plusieurs parlementaires radicaux, dont un ministre du gouvernement du radical Camille Chautemps. La presse révèle ensuite qu'Alexandre Stavisky a bénéficié de dix-neuf remises de son procès, alors que le Parquet est dirigé par le beau-frère de Camille Chautemps. Le 8 janvier 1934, Alexandre Stavisky est retrouvé mort. Selon la version policière, il se serait suicidé, ce qui suscite l’incrédulité générale. Pour la droite, il a été assassiné sur l'ordre de Chautemps, afin d’éviter des révélations. Dès lors, la presse se déchaîne, les ligues manifestent, et, à la fin du mois, après la révélation d’un nouveau scandale, Camille Chautemps démissionne. C'est un autre radical, Édouard Daladier, qui lui succède le 27 janvier.

Depuis le 9 janvier, treize manifestations concernant cette affaire ont eu lieu à Paris. Comme l'a remarqué l'historien Serge Berstein, l'affaire Stavisky n'est exceptionnelle ni par sa gravité ni par les personnalités mises en cause, mais par la volonté des ligues de faire chuter le gouvernement sur ce thème, profitant du fait que les radicaux n'ont pas la majorité absolue à la Chambre des députés et forment donc des gouvernements fragiles.

C'est le limogeage du préfet de police Jean Chiappe qui provoque les manifestations massives du 6 février.

La suite est à lire sur l'entrée 6 février 1934.

Modifier | Archive

Saviez-vous que...
Les participants au Camp Maxime Real del Sarte 2006
Depuis sa fondation en 1953, le Camp Maxime Real del Sarte est l'université d'été de la Restauration nationale puis du Centre royaliste d'Action française. Il porte le nom du sculpteur Maxime Real del Sarte, Camelot du Roi de la première heure.

Modifier | Archive

Liens rapides

Toutes les pagesLes pages les plus vuesLes plus récentes pagesToutes les catégoriesImages nouvellesCatégories souhaitéesLes pages les plus souhaitéesPages orphelinesRecherche avancéeListe des contributeursStatistiques - Le salon des contributeurs - Page des tâches à faire

Portails

Musique alternativeNouvelle droiteNationalisme révolutionnaireMarxismeMouvements nationalistesPaganismeConcepts politiquesRévolution conservatriceEveilleurs de peupleTraditionalismeThéoriciensDeuxième guerre mondialeVoir tous les portails

Outils personnels