Juillet 24

De Metapedia
Aller à : navigation, rechercher
  • 1702 : L'abbé du Chayla ayant fait enfermer au château de Pont-de-Montvert un groupe de protestants cévenols, une cinquantaine de paysans parviennent à les libérer. C'est le début de la révolte des Camisards, calvinistes des Cévennes et du Languedoc persécutés depuis la révocation de l'édit de Nantes. Ils lutteront durant près de dix ans.
  • 1783 : Naissance à Caracas (Venezuela) de Simón Bolivar. Il proclama en 1819 l'indépendance de son pays, libéra l'Équateur et le Pérou de la domination espagnole, et fonda les républiques de Colombie et de Bolivie (qui porte son nom).
  • 1878 : Naissance à Warendorf en Westphalie de l'écrivain et théoricienne féministe et folciste allemande Sophie Rogge-Börner, qui épousera en 1910 le Général-Médecin Rogge, de la Kriegsmarine. Elle consacrera son existence au problème féminin dans la société allemande. Elle se fera l'avocate d'une pensée de l'harmonie entre les sexes, d'une polarité qu'il convient de garder équilibrée. Bien que ne faisant pas partie du mouvement national-socialiste, elle fonde en 1933, l'année où Hitler arrive au pouvoir, une revue féministe, Die deutsche Kämpferin. Parmi ses ouvrages figure An geweihtem Brunnen, une histoire du mouvement des femmes allemandes à la lumière des théories raciales, en vogue depuis la fin du XIXe siècle (et pas seulement en Allemagne). Sa théorie de la polarité des sexes la conduit à critiquer les théories unilatérales du matriarcat pri­mitif, très discutées depuis Bachofen et réactualisées en son temps par le Professeur Ernst Bergmann. De même, dès 1934, elle s'insurge contre la nouvelle politique nationale-socialiste qui autorise les femmes à exercer notamment la profession de juge. Sophie Rogge-Börner estimait que cette politique qui déséquilibrait l'harmonie et la polarité souhaitables faisait fausse route. A partir de ce moment, elle adopte des positions très critiques à l'endroit du nouveau régime, ce qui conduit à l'interdiction de sa revue en 1937. Aujourd'hui, la théoricienne féministe et historienne du féminisme allemand, Christine Wittrock, appelle à redécouvrir son œuvre, notamment dans le libre Weiblichkeitsmythen. Das Frauenbild im Faschismus und seine Vorläufer in der Frauenbewegung der 20er Jahre (Francfort, 1983).