Jan Palach

De Metapedia
Aller à : navigation, rechercher

Jan Palach, né le 11 août 1948 à Prague et mort le 19 janvier 1969 dans la même ville, était un étudiant tchèque.

Palach.jpg

Il s’est immolé par le feu sur la place Venceslas à Prague le 16 janvier 1969 pour protester contre l’invasion de la Tchécoslovaquie par les troupes du Pacte de Varsovie.

Il est devenu un symbole de la résistance européenne contre le communisme.

Biographie

Jan Palach était issu d’une famille modeste. Son père était un petit patron pâtissier dont les communistes avaient confisqué le commerce, sa mère une simple vendeuse dans un kiosque de gare. En 1967-68, Palach participe à des brigades de travail des jeunesses en URSS et subit un véritable choc face à la réalité soviétique. Au printemps 1968, alors qu’un léger vent de liberté souffle sur la Tchécoslovaquie avec les réformes d’Alexandre Dubcek et sa volonté non pas de sortir du communisme mais de construire un « socialisme à visage humain », émancipé peu à peu du grand frère soviétique, l’URSS écrase ce « printemps de Prague » en quelques jours seulement, mobilisant pour l’occasion pas moins de 6 000 véhicules blindés et 1 000 avions.

Refusant la léthargie de la société après cette intervention-occupation de fer, l’étudiant Palach fut un des premiers à appeler sans succès à une grève générale. Échouant à réveiller ses concitoyens, il opte pour une autre stratégie de choc. Avec d’autres volontaires, il est tiré au sort pour devenir la torche n°1 (les deux autres tirés au sort ne suivront pas) : le 16 janvier 1969, après avoir achevé la rédaction d’un manifeste revendiquant la levée de la censure, il s’immole par le feu place Venceslas, principale place praguoise. Il agonise dans d’atroces souffrances avant de mourir trois jours plus tard.

Postérité

100 000 personnes défilent en silence à Prague pour ses obsèques.

Enterré dans son village, sa tombe devenant un lieu de pèlerinage et de défi au régime, les communistes l’exhument dès 1973 pour l’incinérer. Ses cendres seront ramenées au cimetière d’Olsany après la chute du régime.

L’astronome Luboš Kohoutek a nommé un astéroïde en hommage à Palach le 22 août 1969 ((1834) Palach).

Plusieurs groupes italiens de Musica alternativa di Destra, comme le Gruppo Padovano di Protesta Nazionale, qui deviendra célèbre sous le nom de Compagnia dell’Anello, les Messageri del Sole et le soliste Massimo Rotoloni, lui rendront hommage en lui dédiant des chansons.