Metapedia connaît une importante phase d'expansion et nous avons, de ce fait, besoin de votre aide pour l'accroître : faîtes un don pour la cause.

Thomas Werlet

De Metapedia.

Thomas Werlet
Thomas Werlet et Kemi Seba
Thomas Werlet (Clichy, 1983-), militant nationaliste français. Président du Parti solidaire français.

Issu d'une famille d'artisan catholique, autodidacte et luthier de profession, Thomas Werlet fonda la Droite socialiste en 2007 et fut l'initiateur d'un certain nombre de manifestations (dont une le 8 mars 2008 afin de protester contre la venue de Shimon Pérès en France).

En 2008, il tenta de mettre sur pied une alliance avec le Mouvement des damnés de l'impérialisme de Kémi Seba qui fit long feu et n'aboutit qu'à l'organisation, le 8 mai 2008, d'une manifestation contre la présence de troupes françaises en Afrique.

En janvier 2009, Thomas Werlet a été à l'origine de la création du Parti solidaire français. Au nom de celui-ci, il a soutenu la Liste antisioniste aux Élections européennes du 7 juin 2009. Axant la majeure partie de son combat contre l'influence du sionisme dans la politique française et au sein de la mouvance nationale, il a été l'objet d'une plainte suivie d'un procès, le 3 novembre 2009, où il a été relaxé alors que le procureur demandait six mois de prison avec sursis et cinq ans d'interdiction de droits civiques, pour avoir conçu un autocollant portant le slogan « Le sionisme c’est la gangrène on l’élimine ou on en crève ». Curieusement, et signe peut-être d'une normalisation, Thomas Werlet a participé comme orateur à la troisième Journée nationaliste et identitaire de la revue Synthèse nationale le 11 novembre 2009, par la suite un rapprochement avec l'Oeuvre française a été annoncé en fin 2011 sans qu'il semble s'être concrétisé.

Thomas Werlet a participé au 5th International Digital Media Fair & Festival qui s’est tenu à Téheran du 9 au 15 Octobre 2011 et affirme avoir établi alors des liens avec le gouvernement iranien et divers mouvements chiites.

Texte à l'appui

Pfsiran31.jpg
Entretien avec Thomas Werlet de la Droite socialiste (Site Génération FA8 - décembre 2008).

Cette semaine nous recevons Thomas Werlet, président-fondateur de la Droite socialiste. Le mouvement qu’il dirige a souvent été cité dans les médias officiels depuis quelques mois. Leurs actions, leurs alliances et leur positionnement ne sont pas toujours compris par les acteurs de la mouvance nationale, cet entretien est donc l’occasion pour Thomas Werlet de préciser ses idées, ses vues, ses méthodes et de présenter l’objet de son combat.

Génération FA8 : Bonjour. Tout d’abord serait-il possible que vous vous présentiez à nos lecteurs ne vous connaissant pas encore ? De même pourriez-vous nous décrire rapidement votre parcours politique ? La Droite socialiste, pourquoi cette appellation ? Lorsque vous avez décidé de la création de votre mouvement, aucun parti existant ne correspondait à vos attentes ? Qu’est-ce qui différencie concrètement la Droite Socialiste des autres mouvements de la mouvance nationale ?

Né à Clichy en 1983, je suis issu d’une modeste famille d’artisans catholiques. Ayant perdu mon père très jeune, mon parcours fut compliqué et j’ai été contraint de quitter l’enseignement scolaire tout juste à l’âge où le travail devient légal pour les mineurs. Malgré les difficultés qui s’imposaient à moi, entre autre le manque de moyens financiers, mais grâce aux aptitudes autodidactes que dans sa grâce Dieu m’a données, je suis parvenu à poursuivre mon éducation par les moyens qui restaient à ma disposition : la lecture, les recherches sur le terrain et, par-dessus tout, la curiosité qui est loin d’être « un vilain défaut ». Je suis aujourd'hui artisan luthier et de cette manière je fais perdurer l'héritage familial qui a toujours tourné autour des métiers manuels. A vrai dire je n’ai pas vraiment de parcours politique. J’ai passé des années à étudier l’histoire et la géopolitique dans la petite chambre d’un appartement du 17ème arrondissement de Paris. Je ne me destinais absolument pas à faire de la politique ; c’est donc le destin si je dirige aujourd’hui la Droite socialiste. Car, bien que je sois l’instigateur de la DS avec d’autres camarades, ce n’est pas la vie à laquelle j’aspirais réellement. Mais les difficultés que nous connaissons tous dans nos milieux sociaux respectifs, le dégoût et le mépris qu’exacerbent les puissants états envers les peuples qu’ils soumettent et qui subissent la violence et la répression au quotidien, le rejet de ce mode de pensée unique que l’on tente de nous imposer par la soumission intellectuelle et l’asservissement matériel, ainsi que l’analyse du système et l’absence de solution alternative politique sérieuse, nous imposaient à moi et à mes camarades de créer la Droite socialiste. Par conséquent, d’entrer de plain-pied dans la lutte politique contre ce que nous appelons « le Nouvel Ordre Mondial ». Ce qui différencie la Droite socialiste des autres secteurs de la mouvance nationale se résume dans la prononciation plus ou moins récurrente de ce qui pourrait se voir comme un petit détail verbal, mais qui est en réalité un gigantesque combat idéologique à l’échelle nationale et mondiale. Cette différence se nomme le sionisme. La question de l’idéologie sioniste peut apparaître comme un détail lorsque l’on analyse la situation nationale ou mondiale actuelle. Mais, comme elle est la source des concepts politiques, économiques, universalistes et de conflits sociaux en tous genres… (démocratie libérale, capitalisme, brassage des populations, immigration de masse, communisme, socialisme, anarchisme, droite bourgeoise, libéraux, démocrates...diviser pour mieux régner), cette dernière ne peut alors plus paraître aussi insignifiante et sans importance aux yeux d’hommes et de femmes clairvoyants et compatissants envers les peuples qui luttent chaque jour contre cette doctrine dangereuse, raciste, colonialiste et meurtrière. Par conséquent, les Français doivent disposer d’une formation politique sérieuse et véritablement dissidente du système actuel et qui ne soit ni prisonnière d’un dogme religieux quelconque, ni d’une famille politique particulière. Elle doit être structurée pour mener un combat purement et exclusivement politique sans jamais remettre en question la lutte originelle du parti : « la défense de la Sainte mère Patrie et du peuple qu’elle abrite depuis des siècles ».

Génération FA8 : Depuis quelques mois, votre mouvement est cité dans la presse officielle de manière peu élogieuse. Consécutivement aux a priori de la presse aux ordres, nous ne reprendrons pas les différents termes qu’ils ont employés à votre égard. Il est grand temps d’apporter un peu de clarté à tous ces articles et à tous les commentaires qui s’en sont suivis. Alors auriez-vous l’obligeance de tout mettre à plat afin que nos lecteurs puissent comprendre les événements qui vous ont valu des articles ?

De nos jours, il est devenu très compliqué de prétendre vouloir défendre sa patrie et son peuple en dénonçant les dérives actuelles, sans prendre le risque d’être immédiatement catalogué par des mass médias qui pèsent d’un poids inégalable comparés à ceux dont disposent la plupart des partis ou formations politiques qui attaquent le système en place. Nous sommes contraints de nous rendre à une triste évidence, l’alchimie politique la plus dangereuse est la suivante : patriotisme, ethno-différencialisme, socialisme, anticapitalisme, anti-sionisme et anti-communisme. Plus simplement dit : gare à celui qui prône la dissidence totale au Nouvel ordre mondial et à ses différentes formes. Cette alchimie est celle que la Droite socialiste a tenté de mettre en place, en appuyant sur les points les plus faibles de la politique démocratique de la république française et cette dernière n’a pas tardé à nous répondre. En mai 2008 « l’affaire » Nomad 88 éclate. La Droite socialiste a, à plusieurs reprises, condamné publiquement l’affaire de Saint-Michel-sur-Orge qui aurait pu coûter la vie à plusieurs personnes et qui n’a, fort heureusement, causé que des dégâts matériels. La Droite socialiste étant logiquement dégagée de toutes implications dans cette affaire nous savons que les arrestations concernant les cadres de la Droite socialiste ne sont en fait que des pressions qui n’ont pour unique but que de dissuader nos cadres de persister dans la dissidence radicale. Nous en sommes convaincus car, si la police avait voulu simplement avoir des précisions concernant les relations qu’il pouvait y avoir entre le service d’ordre bénévole et notre parti politique, une simple convocation aurait suffi. Aucun des cadres de la Droite socialiste ne saurait se soustraire à une convocation par la justice. Cette manœuvre politique menée par la Direction de la surveillance du territoire n’était en réalité qu’un avertissement de la part des autorités mondialistes afin de nous faire taire au plus vite ! Il ne fait pas bon aimer son peuple et sa patrie tout en dénonçant le sionisme capitaliste apatride et vagabond. Cette idéologie sioniste qui ronge nos familles les unes après les autres avec sa propagande de métissage et de débauche pseudo-artistique. Quant nous regardons la jeunesse actuelle manipulée par le matérialisme, l’individualisme et les mœurs légères des jeunes d’aujourd’hui, que peut-on se dire mis à part « quelle déchéance et quelle décrépitude pour cette jeunesse de France qui devra un jour être l’héritière et la gardienne de notre patrie et de notre histoire ! » ? Nous sommes loin d’être les diables de la sphère politique, mais nous faisons partie de ceux qui osent dénoncer les fourberies et les mensonges des hommes qui nous dirigent. Nous faisons partie de la véritable résistance nationale et mondiale. Nous ne sommes pas les Besancenot ou les Cohen-Bendit qui se disent « révolutionnaires » ou « écolos » et qui disposent de toute l’attention et des courbettes médiatiques. Pensez-vous réellement qu’Olivier Besancenot (au passage ami de Jacques Attali …) représente un vrai danger pour le système et ceux qui le font ? Ne vous y trompez pas, leur objectif est le Nouvel ordre mondial, car le capitalisme et le communisme ne sont en définitive que deux formes différentes de subversion et dont il résulte la même finalité. Quelle est la différence entre la suppression des nations au profit de l'internationale Communiste et la disparition des frontières pour des raisons économiques mondiales ? Mondialiste capitaliste ou International Communiste ? Preuve formelle et indiscutable que la seule vraie résistance et dissidence contre le Nouvel ordre mondial réside au cœur même du nationalisme et ce quoi qu’en disent les puissants médias. Vous serez donc dorénavant mieux à même de comprendre pourquoi les masses médiatiques, contrôlées pour la plupart par des partis politiques, s’acharnent à briser le plus tôt possible les organisations qui pourraient un jour parvenir à sortir la nation et son peuple de la décrépitude sociale dans laquelle ils se trouvent.

Génération FA8  : Ne craignez-vous pas que vos liens (même lointains) avec Nomad 88 entament durablement votre crédit ou au moins pour un certain temps auprès des acteurs de la mouvance voire du grand public ? De même, dans une époque où les médias aux ordres sont contre nous, comment améliorer l’image des mouvements dissidents auprès du grand public ?

Nous arrivons à la fin de l’année 2008 et nous la concluons sur un bilan plus que positif pour la DS Malgré certaines erreurs que nous avons pu commettre, « et qu’est-ce une erreur en politique… », nous sommes heureux de voir que notre manière de mener la lutte attire l’attention et rien n’est aujourd’hui plus précieux que cela. L’affaire concernant le service d’ordre bénévole (Nomad 88), qui avait assuré la sécurité de deux de nos manifestations et qui est à l’origine de plusieurs coups de feu dans la banlieue parisienne, n’a malheureusement pas été la meilleure des promotions pour la Droite socialiste. Mais comme notre parti politique n’a aucun lien direct avec le service d’ordre et que ce sont bien deux organisations distinctes, nous n’avons rien à craindre pour le futur. De plus, nous savions pertinemment que les médias attendaient la plus mince occasion pour essayer de nous faire tomber dans les stéréotypes douteux du néo-nazisme. Mais pour l'instant seuls comptent nos messages, nos propositions et notre militantisme pour cette France que nous aimons tant. De plus nous avons un programme bien défini et nous nous tenons à la ligne que nous nous sommes fixée au départ sans nous laisser distraire par des actes diffamatoires à notre encontre. Je pense que la Droite socialiste est un bon point de démarrage pour définir le sens de notre action en politique. Mais désormais il est temps pour le renouveau populaire et national de revoir sa copie et de redémarrer sur des bases non pas nouvelles mais traditionnelles. Je suis profondément convaincu que nous devons changer certaines choses dans le secteur du militant nationaliste et surtout revenir aux fondamentaux. Nous devons être capables de définir avec certitude la cible que nous devons avoir en ligne de mire sans être susceptibles d'être distraits ou manipulés. L'image que nous donnons de nos mouvements et de nos partis est une des premières choses que les gens qui sont extérieurs à notre famille de pensée voient de nous. Il est donc essentiel d'être digne de celle-ci. Je dois vous avouer que je suis profondément inquiet de voir dans quelles dynamiques désastreuses et peu reluisantes certains jeunes se disant de la mouvance nationale se complaisent. Sans attaquer ni juger qui que ce soit, partons du simple principe qu'un idéal et que des convictions ne se trouvent nulle part ailleurs que dans la tête. En aucun cas dans un style vestimentaire ou un quelconque comportement souvent plus excentrique et provocateur que discret et efficace. L'ordre doit être clairement apparent et c'est un point vital pour rendre notre militantisme crédible. Mais jamais nous ne devons tomber dans les stéréotypes tendus par nos adversaires et se complaire dedans. Nous devons savoir pourquoi nous sommes ici, soit pour assouvir un « trip » ou une quelconque soif de bagarre, soit pour faire avancer les choses. Nous devons viser le « trône » de France et nous donner les moyens d'y parvenir. Personnellement, mon objectif est de redonner à la France et à son peuple la dignité qui lui revient de droit et ce, en s'émancipant de toutes formes de subversion à commencer par le mondialisme et le capitalisme.

Génération FA8  : Dans votre blog, il y a neuf articles sur dix qui traitent de l’antisionisme. N’avez-vous pas peur que l’hémiplégie politique mène à l’hémiplégie mentale ? De même, pensez-vous que ce seul thème puisse permettre le rassemblement des Français sous votre bannière ?

L'objectif de la Droite socialiste est de cibler une idéologie qui se trouve être le point de départ de beaucoup de maux que notre pays connaît. Contrairement à ce que prétend le soi-disant « expert » ou « spécialiste » de l'extrême droite Jean-Yves Camus, le sionisme ce n'est pas seulement « ceux qui défendent l'État d'Israël ». Car si cela se résumait à un raisonnement aussi simpliste, notre rhétorique serait évidemment largement erronée. Nous devons d'abord souligner que l'antisionisme n'est pas de l'antisémitisme, mais que pour protéger sa politique, il est indispensable aux sionistes de se faire passer pour d'éternels persécutés. Ils se replient alors systématiquement derrière le mythe de l'antisémite qui aurait pour objectif de les opprimer une nouvelle fois. Comprenez-donc que là où l'antisémitisme n'existe pas, le sionisme le fabrique. Le sionisme est en fait le résultat d'une escroquerie gigantesque réalisée il y a deux siècles sur le dos du judaïsme. Il est un idéal politique qui se sert d'une religion et de mythes bibliques pour définir et réaliser un projet humain qui est on ne peut plus raciste, colonialiste, guerrier et meurtrier. Ce qui est le plus triste dans ce constat dramatique pour les juifs, c'est que cela fait des siècles qu'ils sont infiltrés par les sionistes et leur idéologie dominatrice et donc aujourd'hui la plupart d'entre eux cautionnent (sciemment ou inconsciemment) cette doctrine qui effectivement se base au départ sur le mythe du retour sur la terre sainte et l'existence réelle de l'État d'Israël. C'est vrai, Tel Aviv est loin de Paris, mais plus de 600.000 juifs vivent sur la terre de France. Et le fait que la grande majorité d'entre eux et surtout ceux qui profitent des médias sont des sionistes, est indépendant de notre volonté. Nous nous retrouvons alors face à une question troublante, car si le judaïsme est une religion et que le sionisme est le nom que porte l'idéal politique qui est le moteur de l'État d'Israël et du peuple juif actuel, alors une synagogue ne serait-elle pas une ambassade? Nous sommes convaincus que les sionistes ont volontairement brouillé les pistes de façon à pouvoir interagir avec plus d'aisance au cœur même des autres nations. Ceci afin de diffuser leur propagande au-delà des frontières de l'état juif et ainsi nous contraindre à cautionner le concept du sionisme et de sa suprématie sur les autres peuples y compris le nôtre. Les dires du très sioniste Rav Ron Chaya sont clairs en ce qui concerne l'avenir des juifs ainsi que celui des autres peuples au travers de l'idéologie sioniste. Celui qui aujourd'hui ne comprend pas le sens du sionisme, est malheureusement incapable de comprendre ce que signifie le Nouvel ordre mondial. Car l'avènement du sionisme repose dans la destruction de nations ainsi que dans la destruction de la diversité ethnique (le communisme ou le libéralisme mondialiste qui sont des concepts politiques conçus spécifiquement pour les occidentaux, ne sont en fait que de simples outils du sionisme pour asseoir sa doctrine aux quatre coins du globe). Une fois cette prouesse réalisée, ils prétendront alors devoir être reconnus par tous comme étant le peuple élu de Dieu, ceci également grâce à l'appui de leur tradition matriarcale qui offre la possibilité aux juifs de non seulement conserver ce que nous pouvons appeler leur sang, mais également d'élargir leur communauté sur le plan (je pense qu'on peut le dire) racial. L'implication de l'État français dans le soutien qu'il affiche désormais ouvertement au sionisme et à Israël confirme ce que nous soulignons. L'intérêt démesuré que l'Occident exacerbe à l'égard de l'État juif dans les questions de politique internationale est aussi une source d'interrogations qui pourraient rester sans réponse si la dynamique sioniste n'était pas soulignée de façon aussi régulière par la Droite socialiste. De plus pourquoi ne peut-on pas être contre le sionisme comme on peut être antifasciste, sans être forcément immédiatement taxé de révisionniste, d'antisémite ou de mangeur d'enfants ? L'antisionisme est interdit en France, pas officiellement car on ne peut pas enfreindre la soi-disant liberté d'expression, mais officieusement il est considéré comme de l'antisémitisme pur et simple. Donc aucun moyen disponible pour dénoncer cette idéologie sans en payer les frais aussi lourds soient-ils. C'est pourquoi nous faisons partie de ceux qui combattent ce dogme, c'est aussi parce que là où l'interdit ou le tabou sont posés (sur un plan de pensée ou d'expression) la vérité est souvent cachée dessous. Je pense que les Français doivent au plus vite se rendre compte que le sionisme est en train de détruire une partie de ce que nos ancêtres ont mis des siècles à bâtir et que si nous ne parvenons pas à nous émanciper de cette idéologie qui s'empare de tous les points de contrôle de notre Patrie, nous finirons alors par être les spectateurs impuissants de la disparition de notre peuple sur presque tous les plans, à commencer par le plan ethnique et identitaire. Non, l'antisionisme n'est pas et ne sera pas ce qui ralliera la majorité des Français, cela serait une vision purement utopique. La première cause que nous défendons, c'est la sauvegarde de la France et de son peuple, mais nous ne pouvons laisser de côté notre combat contre le sionisme. C'est par ailleurs je pense l'occasion de vous annoncer que la Droite socialiste en tant que mouvement politique aura bientôt achevé sa mission et va laisser la place à une nouvelle organisation qui se basera sur le principe fondamental de la protection du peuple et de la Patrie. Ce nouveau parti saura je pense répondre aux attentes des Français sans bien entendu jamais laisser le sionisme tranquille car cela fait maintenant plusieurs années que la Droite socialiste milite dans l'hexagone afin de tenter de redonner au peuple français le courage de reprendre son destin en main. Ce mouvement a durement travaillé à son niveau, pour essayer de recentrer le combat et les objectifs du concept politique social qui est celui de la France et qui doit mener à l'harmonie nationale. Mais l'avenir de ce mouvement ne réside que dans sa capacité à toucher la plus grande partie des citoyens. Au-delà bien sûr de l'indispensable création d'une fédération de mouvements de la famille nationale, qui devrait je l'espère prendre forme le plus rapidement possible, la création d'un nouveau parti politique qui développera le sérieux politique attendu nous semblait donc plus que nécessaire. C'est donc ainsi qu'il fut décidé récemment d'opter pour cette solution. La création d'un parti qui se voudra désormais solidaire de son peuple et de sa terre, un parti authentiquement français et qui se voue totalement à la compétition politique au sein du système démocratique actuel. C'est la mission que le PSF s'est fixée, et c'est pourquoi nous vous annonçons que la Droite socialiste sera prochainement dissoute au profit d'un nouveau parti ambitieux et réaliste: le Parti solidaire français.

Génération FA8  : Le 16 novembre 2008 dans votre blog vous avez écrit : Le Bloc identitaire est-il vraiment dissident ? « Quiconque suit régulièrement nos activités, lit nos textes, sait que le Bloc identitaire n’est ni antisémite, ni antisioniste et qu’il a relégué au magasin des antiquités politiques du XXe siècle ce que d’aucuns appellent la question juive » (Fabrice Robert, droit de réponse au Figaro, 20 septembre 2006). Ce ne sont certes pas Attali, Dray, Henry Lévy, Bedos, Moati, Fabius, Mellah Sarközy, Balaskovitch, Béart-Cohen, Cohen-Bendit, Strauss Kahn, Hollande, Lang, Buffet-Kosselek, Krivine, etc. qui vont contredire cette judicieuse remarque de Fabrice Robert. Cela cependant n'empêchera pas les procès (DS). Pourriez-vous nous en dire plus sur les intentions qui ont animé ce court article ?

Cet article souligne simplement que dans la mouvance nationale française, des doutes peuvent naître suite aux positions prises par certaines organisation politiques. Comme je l'ai dit précédemment, si le nationalisme repose sur le combat contre le Nouvel ordre mondial, et que celui-ci est intimement lié au sionisme, comment peut-on se prétendre réellement dissident alors que l'on évite d'affronter publiquement le danger que représente la lutte politique et philosophique contre cette idéologie ? Personnellement je ne vois pas comment ceci est possible, cela rend leur discours incohérent et nombre de nationalistes partagent cette opinion ! Je ne critique pas Le Bloc identitaire ou les Jeunesses identitaires dans leurs actions ou leurs luttes (ni keffieh ni kippa), mais cet accent de clarté de la part de Fabrice Robert en ce qui concerne le sionisme (assimilé par ailleurs une nouvelle fois à l'antisémitisme) me choque terriblement car les sionistes n'aiment pas se faire remarquer et c'est justement ce que le BI et les JI leur offrent sur un plateau d'argent. Dans quel but ? Mystère.

Génération FA8  : Votre alliance avec Kémi Seba a été l’occasion d’une action commune avec son groupe, mais depuis plus rien d’officiel. Suite à cela nous sommes en droit de nous poser la question suivante : cette action militante avec le Mouvement des damnés de l'impérialisme n'était-elle pas là pour surfer sur la vague médiatique de Kémi Seba afin de vous faire connaître et reconnaître plus rapidement ? Ainsi donc quels sont les buts concrets de cette alliance ? De même est-elle toujours d’actualité ?

Bien sûr, nous sommes toujours en de très bonnes relations avec le Mouvement des damnés de l'impérialisme de Kémi Seba. Cette alliance avec le MDI et le travail que nous avons et que nous accomplirons encore dans l'avenir n'est aucunement une volonté de se faire mousser médiatiquement. Je vous avouerai même que cette médiatisation a été prématurée et démesurée par rapport à nombre d'actions de la Droite socialiste. Ceci laisse par ailleurs entrevoir de très bons présages pour le développement du Parti solidaire français qui verra le jour au mois de janvier prochain. En réalité Kémi Seba est un homme hors du commun, et c'est une première en France de voir que ceux-là mêmes qui furent jusqu'à aujourd'hui les cibles principales des mouvements gauchistes pseudo-humanistes ou antiracistes - je veux bien sûr parler des individus issus de communautés d'origine étrangères - se retournent désormais contre ceux qui n'étaient là que pour canaliser leur colères et leurs revendications. Mais Kémi Seba va plus loin encore et rejoint totalement notre mode de pensée en employant une rhétorique ethno-différencialiste et combattant du dogme sioniste. J'ai du respect pour celui qui protège sa patrie et veut sauvegarder le sang de son peuple, et ce, qu'il soit arabe, noir ou asiatique. De plus si le but est de créer un parti capable de remporter des élections, si notre but est de retrouver une France ethniquement renouvelée et originelle telle qu'elle était autrefois, si nous considérons que seuls le sionisme et la maçonnerie complices, sont à l'origine du brassage des populations et du chaos identitaire que nous vivons, nous devrons alors être capables de convaincre au maximum les masses d'origine immigrée d'être rapatriées par leur propre volonté et non sous la contrainte comme certains l'imaginent. Notre soutien au MDI illustre parfaitement ce que nous affirmons, car avec des leaders et des orateurs d'origine étrangère de la qualité, du courage et du sérieux politique de Kémi Seba, les masses immigrées n'auront plus peur de soutenir des mouvements comme le MDI et par conséquent, la Droite socialiste ou le Parti solidaire français.

Génération FA8  : Franck Abed a déclaré le 15 septembre 2008 « La France est née du baptême de Clovis en 496. En convertissant le peuple franc à la religion catholique, en léguant leur nom au pays que nous connaissons actuellement, c’est bien ce baptême donc la religion catholique qui se trouve au fondement culturel de notre nation. D’un point de vue politique, historique et naturellement symbolique, le baptême de Clovis marque le début de l’aventure millénaire que connaît notre pays. Rappelons-nous la formule du baptême : « Courbe la tête fier Sicambre, adore ce que tu as brûlé, brûle ce que tu as adoré ». Par cet acte, Clovis donnait naissance à la France. » Partagez-vous cette analyse ? De même quelle place accorde la Droite socialiste à la religion catholique, un des piliers principaux de notre pays et fondement de notre civilisation ?

Nous sommes très attachés aux valeurs ancestrales de la Patrie et rien ni personne ne peut occulter ceux qui ont fait la France telle que nous la connaissons sous ce nom. Cependant nous avons un objectif exclusivement politique. Cela ne veut absolument pas dire que nous nous moquons de la tradition catholique qui est - et nous le soulignons - la religion nationale, dont nous reconnaissons largement sa légitimité. Mais pour deux raisons nous ne nous attachons pas aux dogmes religieux au sein du mouvement et nous n'en ferons aucunement notre fer de lance. Premièrement parce que même si Clovis nous a offert le nom de Francs qui n'est autre que le Français actuel, même si la religion catholique est le tuteur de 1200 années d'histoire de notre pays, notre histoire remonte plus loin que cela et la France n'a pas toujours porté ce nom : rappelez-vous que comme toutes les mères, elle eut un nom de jeune fille. La France en tant que terre et traditions est bien plus ancienne encore que la naissance du Christ et nous n'avons à aucun moment le droit de l'occulter. Deuxièmement, nous sommes des acteurs de politique et l'organisation en est l'outil. La politique n'est pas de la religion, et pour notre sécurité à tous, l'une doit être toujours séparée de l'autre. Pour que l'esprit spirituel revienne massivement en France,nous devrons remettre tous les éléments en place petit à petit, car dans ce nid d'athées voulu par le sionisme et sa propagande, seuls les actes politiques pourront réouvrir les perspectives spirituelles qui manquent à notre société.

Génération FA8  : Tout le monde est conscient des divisions, beaucoup appellent à l’unité, peu la mettent en pratique. Comment parvenir à réaliser cette unité tant réclamée et sur quelle base devrait-elle ou doit-elle se faire ? Pour notre part, nous considérons qu’elle devra nécessairement se réaliser sur le catholicisme et le monarchisme. Partagez-vous cette analyse ?

Pour être totalement honnête, je doute qu'un retour au monarchisme soit actuellement la meilleure des solutions. Les prétendants au trône de France ne sont pas reluisants et leurs attachements à leurs loges respectives me laisse extrêmement perplexe sur un hypothétique monarchisme qui, je le pense sincèrement, nous ramènerait à un gouvernement proche de celui existant en Angleterre ou en Espagne. Je suis convaincu que la réunification du peuple français se fera par une nouvelle forme d'impérialisme national formé autour d'un gouvernement qui vivra pour son peuple et non l'inverse. Le chef de ce gouvernement devra lui aussi travailler pour le bien-être de son peuple et cela devra fonctionner uniquement en ce sens. Le programme du PSF soulèvera d'ailleurs une nouvelle option pour restructurer un gouvernement basé sur un socialisme qui saura assurer la préférence nationale et en sachant réellement se soucier de l'avenir de son peuple. Mais sans parler de futur trop lointain, il serait effectivement temps de mettre en place au plus vite une fédération de mouvements politiques afin de mettre un terme aux dissensions ridicules qui ternissent nos mouvements et avoir la capacité de déplacer plusieurs centaines de personnes à chaque évènement public. C'est une question sur laquelle nous travaillons également beaucoup. Éventuellement constituer une structure dont personne n'aurait la direction mais qui saurait fédérer pour des évènements d'importance tout comme cela se passait autrefois au Vel d'hiv. Nous ne sommes pas moins capables de réaliser des actions du genre en quelques années, alors oublions-nous en tant que personne et agissons de façon commune et désintéressée.

Génération FA8  : L’occupation du terrain est une réalité importante pour tout groupe politique. Après une manifestation réussie à Saint-Michel avec le groupe de Kémi Seba, votre présence dans la rue s’est faite très discrète nonobstant votre récente campagne d’auto-collage (sur le thème : Le Sionisme c’est la gangrène on l’élimine ou en crève). Pour quelles raisons ? Êtes-vous en train de préparer des actions d’envergure pour 2009 ? Quand et comment allez-vous reprendre les activités militantes ?

Nous avons évidemment toujours un pied sur le terrain, nous collons les affiches et les autocollants DS que nous avons encore en stock, mais nous sommes actuellement plongés dans les préparatifs de l'inauguration du Parti solidaire français qui sera une organisation bien plus vaste que la Droite socialiste, tant sur le plan militant que sur le plan du programme. Nous préparons un mouvement politique authentiquement français, ethno-différencialiste, antisioniste et qui fera, je l'espère, grand bruit rapidement. Vous devrez attendre par contre jusqu'au mois de janvier prochain pour savoir ce qu'il en sera. Mais je vous garantis un bon nombre d'actions conséquentes pour 2009 et un militantisme qui va reprendre puissance mille sous le symbole du PSF !

Génération FA8  : Serait-il possible selon vous d’organiser une action commune dans différents pays contre le Nouvel ordre mondial ? L’idée est que le même jour, plusieurs organisations défileraient dans leur pays respectif avec le même slogan qui serait à définir. Qu’en pensez-vous ? Idée réalisable ou totalement utopique ? Ou est-ce une idée qu’il ne faut même pas envisager ?

Je pense que l'idée peut être bonne mais il faudrait alors faire attention à ne pas tomber à notre tour dans un schéma mondialiste ou communiste. Le problème est que le nationalisme est dans une situation si catastrophique dans la plus grande partie du monde, qu'il serait je pense pour l'instant déraisonnable d'envisager l'organisation d'une telle action. Par contre sur un plan européen l'idée devient dans l'absolu déjà beaucoup plus réaliste. Je suis allé il y a quelques mois dans le nord de la France à la frontière belge. Là-bas j'ai rencontré des militants du mouvement CSPL lié à Nation et ils m'avaient l'air plutôt assez largement ouverts à de possibles actions communes au sein de différents pays de l'Europe. Je suis donc convaincu que dans les années et peut-être même les mois qui viennent nous pourrions voir ce genre d'actions se réaliser. Mais à une échelle mondiale, nous serions certainement les témoins d'un échec cuisant et qui serait plus démoralisant que motivant pour nos troupes. Reconstruisons notre militantisme national, et nous pourrons ensuite envisager ce genre d'action d'envergure.

Propos recueillis en décembre 2008

Contact

  • Courriel: thomaswerlet.psf@gmail.com

Lien

Outils personnels